La sélectivité géographique de l’assistance technique dispensée par les organisations internationales dans le domaine du handicap

       En 1950, un programme international coordonné de réadaptation des personnes physiquement diminuées est mis en place sous l’égide des Nations Unies. Les agences spécialisées (OIT, OMS, UNESCO) rejettent l’idée d’élaborer un programme commun d’activités à l’ensemble des organismes intergouvernementaux, comme le recommandait le conseil économique et social des Nations Unies. Désireuses de conserver leur autonomie d’action, et soucieuses des implications financières de tels engagements, l’OIT et l’OMS préfèrent conserver une autonomie complète dans le développement de leurs projets, qui seront ensuite coordonnés afin de composer un programme d’activités conjointes. Le programme international coordonné de réadaptation est insuffisamment financé par les organismes intergouvernementaux, et les ONG (notamment l’ISWC et la WVF) sont fortement encouragées à contribuer financièrement et techniquement au programme international.

     Le programme international coordonné sur la réadaptation des personnes physiquement diminuées vise à faciliter l’organisation de services complets de réadaptation, s’occupant de toutes les catégories d’infirmités. Il attribue à l’Etat la responsabilité d’adopter les mesures adéquates de prévention des infirmités, et de garantir la réalisation de politiques d’assistance, d’éducation et de réadaptation à partir des personnes physiquement diminuées. Ce programme international est principalement basé sur les standards d’assistance des pays de la sphère nord-atlantique (Royaume-Uni, Etats-Unis, Pays nordiques). Les gouvernements de ces pays, estimant qu’ils disposent de techniques de réadaptation les plus avancées, souhaitent les diffuser aux autres gouvernements. Toutefois, dès le milieu des années 1950, certains experts manifestent des doutes sur l’applicabilité des normes d’assistance conçues dans les pays occidentaux aux autres pays du monde, notamment dans les pays à dominante rurale.
De 1953 à 1968, plus d’une soixantaine de pays bénéficient de l’assistance technique d’une ou plusieurs agences spécialisées (OIT, OMS, Unesco) ou des Nations Unies. Un tiers d’entre eux (21 pays) obtiennent une assistance technique de la part de l’ONU, de l’OMS et de l’OIT. L’engagement conjoint des agences spécialisées et des Nations Unies est coordonné au cas par cas, de manière souvent spontanée. L’intervention des agences et des Nations Unies est rarement simultanée. Le système de coordination permet toutefois de solliciter certaines ONG, ou d’autres organismes tels que l’UNICEF, afin qu’ils complètent les projets d’assistance en fournissant du matériel de pointe, de la littérature, des bourses et qu’ils financent l’envoi d’experts. Compte tenu de l’absence généralisée d’engagement de l’Unesco dans le secteur de l’éducation spécialisée, seul un pays, la Yougoslavie, réussit à être aidé par les Nations Unies et toutes les agences spécialisées (OIT, OMS, Unesco). Dans deux tiers des cas, l’assistance technique n’est opérée que par une ou deux agences intergouvernementales, ce qui témoigne d’une faible coordination entre les agences.
Nous avons élaboré une carte de l’assistance technique en réadaptation dispensée par les organismes intergouvernementaux dans le monde (1953-1968) à partir de plusieurs sources recueillies dans les fonds de l’OMS, de l’OIT et des Nations Unies. Cette recension ne peut pas prétendre à l’exhaustivité, car nous n’avons pas pu retrouver de liste complète des territoires d’intervention de l’OMS et des Nations Unies pendant cette période. Toutefois, ces sources se complètent bien et donnent un aperçu assez fidèle des zones d’assistance technique des organisations intergouvernementales.

    Carte de l’assistance technique dans le domaine du handicap dispensée par les organismes intergouvernementaux dans le monde (1953-1968)

      Les résultats obtenus montrent une forte sélectivité géographique de cette intervention, qui concerne principalement les pays d’Amérique Latine, les pays d’Afrique de l’Est et du Nord, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud. Cette sélectivité s’explique par plusieurs facteurs. D’une part, un certain nombre de pays n’ont pas accès à cette assistance technique, car ils ne sont membres d’aucune instance intergouvernementale (ONU, OIT, OMS, Unesco). Dans un contexte de guerre froide, les pays socialistes d’Europe de l’Est se voient refuser pendant longtemps leur demande d’adhésion à l’ONU par les Etats-Unis et les autres pays occidentaux . Les pays d’Afrique de l’Est adhèrent à l’ONU seulement à partir des années 1960. D’autre part, les Nations Unies ont décidé d’orienter leur programme international de réadaptation vers les pays dits « sous-développés ». Enfin, les intérêts géopolitiques et géostratégiques sont nombreux, sans qu’il nous soit possible de tous les déterminer. Les réseaux de l’Organisation des Etats américains, ainsi que les réseaux du Commonwealth, contribuent sans nul doute à la sensibilisation des gouvernements d’Amérique Latine, d’Afrique et d’Asie à la nécessité d’une politique de réadaptation. Le gouvernement britannique soutient ainsi fortement le développement d’une assistance technique en réadaptation dans ses colonies, anciennes colonies ou protectorats d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient (Inde, Nigéria, Egypte, etc.). Cette politique répond peut-être au désir des responsables coloniaux britanniques de donner un fondement légitime à un Etat impérial unifié. D’autre part, la puissance américaine soutient la mise en place d’une politique de réadaptation dans les territoires asiatiques où s’affrontent les deux blocs (Viet-Nam du Sud, Corée du Sud). La puissance coloniale française ne ressent visiblement pas le besoin de faciliter le développement d’une politique de réadaptation physique et professionnelle dans ses territoires coloniaux.
Cette carte ne permet cependant pas de comprendre les modalités d’assistance des organismes intergouvernementaux. Une assistance technique peut en effet se traduire sous différentes formes, l’envoi d’experts, l’attribution de bourses, et la carte ne dit rien de l’intensité de l’investissement des agences intergouvernementales. De plus, il ne faut pas tirer de conclusions hâtives sur la mise en place ou l’absence de telle politique publique à partir de la seule présence ou absence de l’assistance technique d’une agence intergouvernementale. Par exemple, l’absence de l’aide de l’OIT ne signifie pas pour autant qu’aucun conseil en réadaptation professionnelle (et en placement sélectif) n’a été délivré par d’autres experts intergouvernementaux. En effet, il arrive parfois que les Nations Unies missionnent un expert polyvalent, à la demande de certains Etats souhaitant réduire le montant de leur investissement. Ce faisant, les Nations Unies empiètent sur le domaine de compétence de l’OIT, qui n’hésite pas à manifester son mécontentement d’une telle attitude, et recommande la nomination systématique de plusieurs experts (dont un de l’OIT) lorsqu’il est nécessaire de conseiller un gouvernement sur l’ensemble des aspects de la réadaptation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *