« Non à l’atelier protégé ! » La lutte des travailleurs de l’usine pilote de Berck-plage

En 1958, une usine pilote de fabrication de bijoux est fondée à Berck. Cette usine est constituée par un fabricant d’objets de fantaisie, qui avait pris l’habitude de fournir des travaux rémunérés à la pièce aux malades du centre héliomarin de Berck et des autres institutions de réadaptation de la ville, et qui se décide en 1958 à constituer une petite usine du fait de l’accroissement des commandes. Mélangeant travailleurs handicapés et travailleurs valides qui partagent le même statut – statut ordinaire de travailleur -, cette usine constitue pour l’époque une innovation considérable sur le plan des politiques publiques du handicap, visant à l’émancipation des personnes handicapées par l’insertion collective dans le milieu industriel ordinaire.

Au début des années 1970, plus de soixante-dix personnes handicapées physiques travaillent dans cette usine de bijou et d’articles de fantaisie à Berck, aux côtés d’une quarantaine de personnes valides. Elles produisent toutes sortes de bijoux (colliers de strass, cendriers d’onyx, gourmettes d’argent, bagues, porte-clés frappés des signes du zodiaque) destinés aux touristes .

Au milieu des années 1970, l’usine éprouve de plus en plus de difficultés pour écouler ses productions, du fait de la concurrence des bijoux étrangers. Le dirigeant de l’entreprise annonce alors aux salariés son envie de fermer l’usine pour s’implanter dans des pays au coût du travail plus compétitif (Brésil, Thaïlande) .

L’entreprise fait même faillite en 1977, mais les travailleurs de l’usine refusent cette fermeture. Soutenus par la municipalité socialiste de Berck, ils décident de réinvestir leurs indemnités de licenciement pour racheter leur entreprise. L’entreprise coopérative redémarre sa production, sous la direction d’un ingénieur conseiller de la municipalité de Berck, M. De Bie. L’usine coopérative fonctionne bien, les commandes affluent, mais elle ne possède pas les fonds suffisants pour investir, payer les matières premières et l’impression du catalogue, et faire face à toutes les dépenses salariales, alors que la majorité des ventes sont effectuées pendant la période de fin d’année. Le bilan est finalement déposé le 1er octobre 1979, et les personnes handicapées se retrouvent au chômage. Les coopérateurs de Berck se mobilisent toutefois pour faire revivre l’usine, ils manifestent et interpellent les pouvoirs publics à de nombreuses reprises afin d’obtenir une subvention de plusieurs millions de francs. Dès le mois de juin 1979, ils constituent un comité de défense et organisent des manifestations à Berck. Ils osent même arrêter pendant une heure un train qui pars vers Paris à la gare de Berck. Au siège social de la société Pilote, les travailleurs arborent une affiche critiquant l’action gouvernementale favorisant les grandes entreprises de la sidérurgie au détriment des petites structures : « 1500 milliards de francs de cadeaux aux patrons de la sidérurgie, 50 millions de francs suffisent pour sauver Pilote ». Ils manifestent de nouveau le 22 novembre 1979 à Berck.

Mais malgré les multiples négociations entreprises auprès des pouvoirs publics (préfet, ministères, DATAR, Comité département pour le financement des entreprises) avec le soutien de la CGT, les autorités se refusent à subventionner le fonctionnement de l’usine coopérative, sauf si celle-ci se dissout pour ensuite se transformer en atelier protégé, auquel cas l’atelier pourrait obtenir des mesures fiscales avantageuses et des subventions publiques accordées aux ateliers protégés. Les travailleurs de l’usine s’y opposent farouchement, considérant que cela reviendrait à licencier les travailleurs « valides », et à ramener les travailleurs handicapés au statut d’ « handicapé » non productif. Ces derniers seraient in fine marginalisés, alors qu’ils avaient parfaitement réussi à s’intégrer socialement. L’atelier protégé est donc perçu par les travailleurs handicapés comme « une regression par rapport à leur statut actuel de travailleurs à part entière » .

L’un des jeunes employés du service des ventes de l’usine coopérative, explique ainsi l’échec des négociations :

Tout ce qu’on nous a proposé, c’est de fermer l’entreprise et d’envoyer les handicapés dans un atelier protégé. C’est exactement la solution dont nous ne voulons pas : les handicapés seraient séparés de leurs camarades valides – eux-mêmes réduits au chômage – et rejetés dans des usines ghettos, avec des salaires de famine, au maximum 130% du SMIC, alors qu’ici, rien ne différencie un paralysés des jambes, devant sa machine, d’un ouvrier ordinaire, ni par le salaire, ni par les conditions de travail . (Le Monde, 12 octobre 1979)

L’une des militante handicapée de l’usine coopérative, Monique Lièvre, témoigne auprès de la journaliste d’Antenne 2 Monique Cara de cette situation ubuesque à leurs yeux :

l’atelier protégé on le refuse. L’atelier protégé c’est fait pour réinsérer les handicapés dans une vie normale. Or nous ca fait 20 ans que nous menons une vie normale. d’ailleurs nous ne savions pas que nous étions des handicapés. Il n’y a que depuis deux ans qu’on entend parler qu’il y a des différences, sinon dans notre entreprise il n’y a pas de différence. nous travaillons à des salaires norma[ux], et nous avons les mêmes pauses de travail que nos camarades valides, et nous assumons [notre travail] avec autant efficacité. Alors je ne vois pas pourquoi aujourd’hui on veut nous remettre dans un ghetto. Ou alors tout ce qu’on dit c’est du blablabla et c’est tout. (Antenne 2, 22 novembre 1979)

La situation est d’autant plus ubuesque à leurs yeux, et aux yeux des responsables politiques qui les soutiennent (notamment le député communiste du Nord George Hage) que les subventions publiques demandées pour soutenir la coopérative couteraient moins chères que les futures allocations chômages des travailleurs de l’usine ! De plus, une législation a été adoptée quelques années auparavant (loi d’orientation de 1975) qui est censée favoriser et organiser leur insertion professionnelle en tant que travailleurs handicapés. Mais les responsables politiques du gouvernement persistent dans leur majorité à n’entrevoir que la solution de l’atelier protégé, et la solution reste bloquée. Finalement, la société Pilote de Berck-sur-Mer tente de réinitier ses activités en février 1980, mais elle ne parvient pas à être bénéficiaire et cette expérience originale disparaît rapidement.

Cette transformation de statut proposé par les pouvoirs publics (de l’usine coopérative à l’atelier protégé) est représentative de la réorientation libérale de la politique publique de l’emploi développée par les pouvoirs publics français, qui s’alignent de plus en plus sur les recommandations internationales de l’Organisation Internationale du Travail. En effet, au milieu des années 1950, la recommandation n°99 sur la réadaptation professionnelle des invalides sacralise l’exercice d’une activité professionnelle salariée dans le contexte d’une économie libérale de marché. Elle écarte les personnes handicapées moins productives du milieu ordinaire du travail, en les destinant soit aux ateliers protégés, au travail indépendant ou en les condamnant à l’absence d’activité rémunératrice (par le refus de leur accorder le droit à l’emploi).
Bien que la loi d’orientation du 30 juin 1975 adoptée en France maintient un système de quota assez élevé (6%) d’embauche obligatoire de personnes handicapées au sein des administrations publiques et des entreprises privées (alors que le quota institué précédemment était de 10%), cette loi ne prévoit aucune mesure de contrôle stricte de l’application (comme des amendes dissuasives) et incorpore des dispositifs visant à garantir un taux élevé de profits aux grandes entreprises privées (fortes exemptions fiscales, etc.). Elle favorise certes l’insertion individuelle des travailleurs handicapés compétitifs en milieu de travail ordinaire, mais légitime en même temps l’existence des ateliers protégés, qui conduisent à la ségrégation des travailleurs handicapés jugés moins productifs ou « au chômage ». Le sort réservé aux travailleurs de l’usine coopérative de Berck est parfaitement révélateur de l’ambiguïté de cette politique d’ « intégration » des personnes handicapées menée par le gouvernement de l’époque : Celle-ci valorise sur le plan discursif l’insertion individuelle des travailleurs handicapés en milieu ordinaire, mais refuse de faciliter l’insertion collective des travailleurs handicapés dans ce même milieu.

Sources :

« La société Pilote S. A. de Berck, qui emploie une majorité de handicapés, risque de disparaître », Le Monde, 12/10/1979.

« Le sauvetage de l’entreprise des handicapés Pilote S. A.», Le Monde, 26/11/1979.

« Reprise progressive de l’entreprise pilote sous forme de coopérative », Le Monde, 29 février 1980.

Archives Institut National de l’Audiovisuel. « Manifestation handicapés Berck », C’est la vie, Antenne 2, 22/11/1979.

Pour plus d’information sur la recommandation n°99 adoptée par l’OIT, lire le billet « Guerre froide et politiques publiques du handicap », http://handipol.hypotheses.org/47#more-47


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *