Une nouvelle ère dans l’éducation des enfants aveugles ou L’enseignement des aveugles dans les écoles ordinaires (1876)

Dès le milieu du XIXe siècle, certains professeurs d’aveugles écossais ont eu la conviction que le meilleur système d’enseignement des aveugles était celui de la co-éducation entre enfants aveugles et voyants. Si certaines expériences sont menées en ce sens en Ecosse au cours des années 1870, et à partir des années 1880 en France (à Angers, puis à Lille en 1902), ce système d’enseignement reste pendant très longtemps discrédité à l’échelle internationale au profit des écoles spécialisées d’enseignement du braille. La dynamique d’intégration des enfants aveugles dans les écoles publiques ordinaires ne se développe véritablement à l’échelle internationale qu’à partir du début des années 1960.
Je vous présente ici un texte retrouvé dans les archives nationales de Pierrefitte, qui présente les arguments énoncés en 1876 par M. Alexandre Barnhill en faveur de la co-éducation des enfants aveugles et voyants :

En 1870, après deux ans d’essai, le professeur Rév Andrew Mc Farlane, de Greenock, déclarait que l’enseignement des aveugles avec les voyants avait donné un résultat très satisfaisant. En conséquence, des lois écossaises furent codifiées pour permettre ce genre d’éducation mixte. Des écoles nationales de Londres adoptèrent ce même système, préconisé déjà à cette époque, par M. Bird, de Londres, depuis plus de 25 ans, et par M. Martin et les Directeurs de l’Ecole royale d’Edimbourg, depuis une quinzaine d’années.
L’expérience démontra que rien ne s’opposait à la co-éducation entre aveugles et clairvoyants. Plus cette co-éducation se fait entre deux classes d’enfants, plus l’aveugle en retire de bénéfice, sans nuire en rien au voyant.
Cette éducation commune excite l’émulation entre eux ; les plus avancés parmi les clairvoyants se font les instructeurs de leurs camarades aveugles, pour le plus grand bien de chacun. Les petits voyants se font un jeu d’apprendre à lire des yeux, avec une rapidité extraordinaire, le caractère en relief.
Le système de la co-éducation est le seul permettant d’instruire facilement sans grands frais les enfants aveugles. Autrefois, ceux-ci tenaient le peu qu’ils savaient de la charité et un grand nombre étaient forcément négligés. Il y a des textes de loi pour empêcher l’aveugle de mourir de faim, mais aucun n’existe encore pour amélliorer son bien-être moral et intellectuel.
L’aveugle devrait être instruit dans les meilleures écoles, aux frais de l’Etat si besoin en était, les livres et les objets d’enseignement devraient être fournis aux mêmes conditions que pour les clairvoyants.
L’enseignement que nous préconisons n’a nullement pour but de condamner celui que les aveugles reçoivent dans les écoles privées; mais seulement de mettre l’enseignement primaire à la portée de tous les aveugles. Ceux-ci feront autant de progrès dans les écoles publiques que leurs petits camarades voyants. Dans certaines branches mêmes, ces derniers seront dépassés par leurs rivaux, particulièrement dans l’arithmétique mentale et pour tous les exercices oraux où le jugement, l’intelligence et la mémoire jouent le principal rôle.
D’après l’essai fait à l’école de Greenock, un enfant aveugle peut parfaitement apprendre vite et bien l’alphabet en relief sans passer par une école spéciale. Ce qu’il faut éviter en général, c’est de trop gâter l’enfant aveugle, soit par pitié, soit par tout autre sentiment, ou, au contraire, de trop exiger d’eux, par ignorance de leurs capacités. Un excellent livre à consulter, en ces matières, est celui de J. G. Knie, de Breslau, traduit en anglais par le Rév Taylor et intitulé « Education et Instruction des enfants aveugles ».
D’après les lois récentes relatives à l’instruction, il s’ensuit qu’aucun professeur ne pourra exercer sa profession que s’il en est véritablement capable. Avec de telles garanties, il faut s’attendre à un constant progrès dans l’éducation et l’instruction des enfants. En étant enseignés avec les voyants, les enfants aveugles gagneront les sympathies générales et profiteront de toutes ces améliorations.
Sans vouloir établir de comparaison entre la situation actuelle des aveugles et celle de jadis, il serait intéressant néanmoins, de chercher si l’instruction qu’on donne aux aveugles dans les internats est égale à celle que l’on reçoit dans les écoles publiques et si leurs livres valent ceux dont se servent les écoliers normaux. En ouvrant aux aveugles les écoles publiques, on leur fait bénéficier de tous les avantages offerts aux enfants clairvoyants. De plus, les aveugles, en contact avec leurs compagnons clairvoyants, se sentent moins isolés que dans un internat : leur vie devient ainsi plus normale.
[Comme] preuve de l’efficacité de la co-éducation, nous pouvons assurer qu’un certain nombre d’enfants voyants ont été admis aux Collège des aveugles de Worcester, pour y être élevés ensemble, et que les résultats ont été très bons.
Les petits voyants apprennent très facilement à lire l’alphabet des aveugles ; en deux ou trois leçons, leurs yeux lisent aussi facilement cette écriture conventionnelle que l’autre; et, à l’aide de ce procédé, ils apprennent aux aveugles leurs leçons. Les livres scolaires devraient être transcrits en relief, de manière que, aveugles et clairvoyants aient les mêmes outils en mains, et puissent étudier chez eux.
Il serait à souhaiter aussi que chaque ville possédât un musée d’histoire naturelle spécialement agencé pour que les aveugles puissent manier et toucher les objets qui leur sont décrits.
Quelques pédagogues craignaient qu’en ouvrant les écoles publiques aux aveugles, ceux-ci accaparent une trop large part du temps des professeurs, au détriment des écoliers voyants. Rien de semblable ne s’est produit, à cause de l’aide que les enfants se donnent entre eux et de leur facilité à s’assimiler l’écriture en relief. De plus, les enfants voyants sont très disposés à rendre aux petits aveugles mille services, non seulement en classe, mais en dehors de l’école, soit pour les y conduire, soit pour les ramener chez eux, etc.
La co-éducation a aussi pour effet de donner à l’aveugle plus de confiance en lui, par son contact constant avec le voyant et de créer entre eux de profondes sympathies qui suivront et aideront l’aveugle dans tout le cours de sa vie…
Certains professeurs se figurent qu’il est très difficile d’instruire et d’élever un enfant aveugle : l’expérience démontre journellement qu’il n’en est rien.
Les lois écossaises autorisent la co-éducation dans les écoles publiques et en font supporter les frais au pays pour les enfants indigents. Il serait à désirer :
1 – Que chaque instituteur reçut une indemnité pour chaque aveugle qu’il se chargerait d’instruire.
2 – Qu’une autre indemnité lui soit accordée pour perfectionner l’instruction des aveugles, de 16 à 20 ans, qui désireraient pousser et compléter leur éducation.
3 – Que les aveugles qui voudraient obtenir les grades universitaires soient aidés par l’Etat.
4 – Que les musées, les écoles d’arts et métiers soient ouverts gratuitement aux aveugles sur la recommandation de personnes honorablement connues dans le district.

Source : Document intitulé « Une nouvelle ère dans l’éducation des enfants aveugles ou L’enseignement des aveugles dans les écoles ordinaires ». Extraits tirés d’un Mémoire présenté au Congrès des Sciences Sociales tenu à Glasgow, par M. Alexandre Barnhill, Glasgow, 1er janvier 1876 (traduits en français par un auteur inconnu). In : Archives Nationales de Pierrefitte, 19830628/13.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *