Protéger les aveugles dans l’espace public au début du XXe siècle : Brassard ou Canne blanche ?

          Après la Première Guerre mondiale, peu d’aveugles circulent dans l’espace public, la plupart restent chez eux. Ceux qui se déplacent en ville pour aller à l’école, à l’hôpital ou dans des ateliers professionnels sont généralement aidés d’un guide, enfant ou adulte. Ces guides appartiennent généralement à la famille ou à l’entourage proche. Les travailleurs aveugles nécessitant des déplacements réguliers en ville, comme les accordeurs de pianos, rémunèrent souvent leur guide, ce qui génère une dépense importante pour eux. De ce fait, dès les premières décennies du XXe siècle, les associations d’aveugles réclament auprès des pouvoirs publics la délivrance d’une allocation économique pour tous les travailleurs aveugles (afin de payer ce guide et de compenser les moindres revenus), et la gratuité du transport public, au moins pour le guide.

            Au cours des années 1920, des représentants associatifs sont préoccupés par la dangerosité de la circulation des aveugles et des sourds dans l’espace public, car ceux-ci deviennent de plus en plus régulièrement victimes de la vitesse des automobiles. En Suisse, à l’initiative de l’Association des sociétés suisses de sourds, les sourds et les aveugles sont invités à porter des insignes circulaires sous forme de brassards, de boutonnières ou de broches. Ces insignes ont une visée protectrice : ils sont destinés à rendre visibles et rapidement identifiables les sourds et les aveugles dans l’espace public, afin de leur éviter des accidents et des « malentendus désagréables » avec la foule. En portant ce type d’insignes, ils deviennent immédiatement identifiables pour les agents de police qui régulent la circulation, et peuvent donc stopper les véhicules pour les laisser traverser les rues.

            En Suisse, les diverses institutions (Association des sociétés suisses de sourds, Société romande contre les effets de la surdité, Société suisse d’assistance aux sourds-muets, Comité central suisse pour les aveugles) se mettent d’accord pour établir trois insignes différents pour les sourds, les sourds-muets, et les aveugles[1]. Ces insignes peuvent être portés sous forme de brassard, de boutonnière ou de broche. Dans ce pays, environ 3500 personnes sourdes ou aveugles portent une broche ou un brassard de ce type.

insignes-protecteurs              Des brassards analogues apparaissent rapidement en Allemagne, au Danemark et aux Pays-Bas, et la Revue internationale de la Croix-Rouge recommande en 1925 d’étendre l’usage de ces insignes dans le monde entier. En Autriche, les aveugles sont incités à porter une plaque allongée, portant le mot blind (aveugle) encadré de deux croix rouges. En France, Mlle Guilly D’Herbemont, une femme de la bourgeoisie parisienne d’une quarantaine d’année, habitant près d’un foyer pour aveugles, constate la difficulté qu’ont les aveugles à se mouvoir dans l’espace public, et propose en novembre 1930 de leur fournir un distinctif : une canne blanche. Elle fait cette proposition à l’Echo de Paris, qui la rend publique :

Je pense que si chaque aveugle était muni d’une canne blanche aussi visible que le bâton blanc de nos agents, cette canne lui serait d’un grand secours : pour la traversée des rues encombrées, l’aveugle lèverait sa canne, et la circulation s’arrêterait un instant pour laisser passer ce grand blessé de la guerre, cette pauvre femme disgraciée de la nature; dans le métro ou l’autobus, les voyageurs, apercevant la canne blanche de leur compagnon de route s’empresseraient de lui faciliter l’accès des voitures, de lui céder leur place…

Bref, il me semble que la canne blanche libérerait l’aveugle, lui donnerait la possibilité de sortir seul, de vaquer à ses occupations, de se promener ![2]

            Contactés par la direction du journal, le préfet de police et le directeur de la police municipale en acceptent immédiatement le principe. Une dizaine de directeurs d’institutions d’assistance aux aveugles approuvent ensuite le port de la canne blanche en décembre 1930[3]. L’Association Valentin Haüy et Mlle D’Herbemont organisent une première distribution officielle de cannes blanches le 7 février 1931 à Paris, en présence de représentants des autorités[4]. Financées par Mlle D’Herbemont, ces premières cannes blanches sont semble-t-il estampillées aux armes de la ville de Paris.

distribution_cannes_blanchesDistribution d’une canne blanche par Mlle Guilly D’Herbemont à une aveugle de Paris, 7 février 1931.

         Plus de 5000 cannes blanches sont rapidement distribuées dans la région parisienne. D’autres distributions similaires de cannes blanches sont organisées dans les provinces, ainsi qu’à l’étranger (Bruxelles) dès 1931, puis aux Etats-Unis en 1932. Néanmoins, l’usage de la canne blanche ne fait pas l’unanimité parmi les dirigeants associatifs. Le président de la Fédération nationale des aveugles civils, Paul Guinot, critique dès janvier 1931 l’idée de la canne blanche, qui a « un inconvénient » grave lorsqu’elle est appliquée, et constitue « un danger pour notre liberté individuelle, notre indépendance voire même l’intégrité de notre capacité civile »[5]. Comme le port de la canne blanche est volontaire, le piéton aveugle sans canne blanche pourrait selon lui être rendu responsable de tout accident qui lui arriverait, par défaut de port de canne. De ce fait, tous les aveugles ne souhaitant pas utiliser ce genre de canne pourraient être contraints de rester chez eux. Il considère donc que l’imposition de l’utilisation de la canne blanche revient à « nous brimer dans notre liberté et de décréter ainsi, pour toujours, que nous sommes des mineurs »[6]. Ces arguments, au demeurant peu convaincants, masquent en réalité une autre crainte : l’utilisation de la canne blanche pourrait rendre inutile le recours à un guide voyant, et pourrait donc remettre en cause partiellement ou totalement l’attribution de l’allocation d’assistance à la tierce personne qui a été attribuée récemment (par l’article 173 de la loi de Finances de 1930) aux infirmes et aux aveugles civils par les pouvoirs publics, et qui est destinée à couvrir notamment les frais du guide accompagnateur. Cette préoccupation apparaît de manière limpide dans l’éditorial qu’il signe un mois plus tard dans la revue de la Fédération nationale des aveugles civils. Il y critique l’emploi de la canne blanche et désigne le recours au guide voyant comme la seule solution adéquate :

Pour les usagers qui, mieux que quiconque, connaissent le[s] besoins [des aveugles], les dangers qu’ils courent, les difficultés qu’ils éprouvent, un seul et unique moyen existe : le guide voyant. Le problème de la tierce personne se pose ainsi une nouvelle fois dans toute son étendue et sous son angle vrai[7].

Il n’évoque pas ici le cas du chien-guide, car celui-ci n’est encore pas utilisé en France, bien qu’il existe déjà en Allemagne, aux Etats-Unis et en Italie depuis plusieurs années.

            De plus, l’usage de la canne blanche fait l’objet de vives critiques car celle-ci ne garantit pas à ses utilisateurs une sécurité complète dans les rues. Trois semaines après la première distribution de cannes blanches, fin février 1931, l’un de ses premiers utilisateurs, un jeune médecin aveugle, le Docteur Henri Racine, est percuté par une voiture à vive allure lorsqu’il traverse les passages cloutés de l’avenue des Champs-Elysées[8]. Il décède immédiatement. Paul Guinot invoque immédiatement cet accident pour prouver que la canne blanche n’est d’aucune utilité pour susciter plus de vigilance de la part des chauffeurs. Certains dirigeants d’institution insistent quant-à-eux sur l’utilité de la canne blanche « qui est une aide mais pas une garantie », et sur la prudence systématique que doivent avoir les aveugles lorsqu’ils sortent.

         En juillet 1932, lors du 11e congrès international des aveugles espérantistes organisé à Paris, des aveugles espérantistes provenant de douze pays discutent des éléments distinctifs pouvant protéger les aveugles circulant sur la voie publique. Après de multiples débats sur les avantages et inconvénients des brassards, insignes et cannes blanches, les participants se prononcent en faveur de la canne blanche munie d’un écusson avec étoile portant les initiales de l’Association Universelle des Organisations d’Aveugles (UABO)[9]. Pendant les trois décennies suivantes, l’emploi de la canne blanche se diffuse dans la majorité des pays du monde, et devient un instrument caractéristique de l’individu aveugle, au même titre que les lunettes noires. Dans de nombreux pays du monde, les individus atteints de cécité mobilisent désormais ces attributs historiquement constitués (canne blanche, lunette noire) pour s’identifier comme aveugles devant la société locale afin d’accéder à une diversité de biens symboliques[10].

            En France, à partir des années 1950, la canne blanche voit son statut d’ « emblème de l’indépendance physique » des aveugles disputé par le chien-guide, dont l’emploi se développe grâce à l’action de Paul Corteville et à l’Association Chiens guides d’aveugles. Le système des chiens-guides d’aveugles se développe progressivement à l’échelle internationale, mais reste longtemps limité aux pays industrialisés, du fait du coût et des compétences techniques nécessaires à la préparation d’un chien-guide.

[1] « Brassards pour sourds, sourds muets et aveugles », Revue internationale de la Croix-Rouge, vol. 7, n°77, mai 1925, p. 331-333.

[2] L’Echo de Paris, Paris, n°18661, 20 novembre 1930.

[3] Archives de l’Institut Valentin Hauÿ. Procès-Verbal de la commission du patronage de l’Association Valentin Hauÿ, Séance du 19 décembre 1930.

[4] « Les aveugles de Paris ont reçu la canne blanche. Don de Mlle Guilly D’Herbemont », L’Echo de Paris, Paris, 8 février 1931.

[5] « La canne blanche », La Voix des Aveugles, Paris, janvier 1931.

[6] « La canne blanche », La Voix des Aveugles, Paris, janvier 1931.

[7] « Editorial », La Voix des aveugles, Paris, mars 1931.

[8] Le petit parisien, Paris, 23 février 1931.

[9] Le Valentin Hauy, octobre-novembre-décembre 1932, n°4, p. 82.

[10] Cavalheiro, A. M. (2012). Com outros olhos. Uma análise etnográfica da « cegueira » e « deficiência visual ». Dissertação de Mestrado em Antropologia. São Paulo : Universidade de São Paulo.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *