Les aveugles et l’emploi au cours de l’entre-deux-guerres

          A la sortie de la Première Guerre mondiale, les débouchés professionnels des aveugles de guerre et des aveugles civils sont très limités : Beaucoup d’aveugles de guerre bénéficient d’une formation aux métiers de l’artisanat (en vannerie, en brosserie, dans le cannage de chaise, en cordonnerie, ou au tournage de bois). Les aveugles civils adolescents bénéficient des mêmes formations aux métiers de l’artisanat dans les écoles spécialisées pour aveugles. Les femmes aveugles sont cantonnées dans un nombre de métiers encore plus limité : le tricot, le filet, la fabrication des couronnes de perles, ainsi que la brosserie.

Femmes aveugles fabriquant des filets à l'Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?).

Femmes aveugles fabriquant des filets à l’Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?). Archives de l’Institut du Val Mandé.

          Tous ces aveugles artisans travaillent généralement dans des ateliers gérés par des associations protectrices des aveugles, ou à domicile. En 1910, dans la métropole française, environ 480 aveugles travaillent dans des ateliers d’artisanat. L’Ecole Braille du Val Mandé, située en région parisienne, abrite à elle seule un tiers de ces ouvriers et ouvrières. D’autre part, une centaine de femmes aveugles tricotent à leur domicile, et vendent leur production (à la pièce) à l’Association Valentin Haüy qui se charge de l’écouler.

         Les jeunes garçons et filles dotés de compétences musicales sont généralement orientés vers l’Institut National des Jeunes Aveugles à Paris, où ils bénéficient d’une formation professionnelle pour devenir organiste, accordeur de piano ou professeur de piano. Quelques aveugles qui se montrent brillants dans leurs études deviennent également instituteurs ou professeurs dans les écoles spécialisées d’aveugles dans les villes de province.

            Toutefois, dès 1910, certains professionnels du monde de la cécité s’inquiètent de la crise des débouchés professionnels des aveugles, car de nombreux élèves sortis des institutions restent longtemps au chômage. C’est le cas notamment pour les aveugles formés comme organistes, qui se confrontent à l’absence de postes vacants d’organistes. Deuxièmement, les ateliers d’artisanat éprouvent des difficultés à être rentables, et dans ce cas les ouvriers sont très mal rémunérés. Troisièmement, les aveugles artisans qualifiés ne parviennent pas à être embauchés dans les ateliers ordinaires. Les patrons refusent de les employer en invoquant le risque très important d’accidents, et la surprime d’assurance accidents qu’il faut payer pour eux. Enfin, dès les années 1910, les aveugles sont peu à peu écartés des postes de professeurs dans les écoles primaires d’aveugles, puis dans les écoles secondaires, exception faite des professeurs de musique. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette éviction progressive : d’une part, il y a la volonté d’améliorer la compétence des enseignants. De nombreux spécialistes de l’enseignement spécialisé exigent désormais que le personnel enseignant possèdent un diplôme d’aptitude pédagogique spécial afin d’améliorer la qualité de l’enseignement. D’autre part, plusieurs dirigeants d’institutions d’enseignement pour aveugles considèrent que les enseignants aveugles, quelle que soit leur degré de compétence, sont incapables d’éduquer les enfants aveugles aux bonnes conduites en société, car ils ne peuvent pas surveiller leurs faits et gestes. Si les compétences professorales des aveugles dans l’enseignement primaire sont délégitimés dès les années 1910, les compétences des aveugles comme enseignants dans l’enseignement secondaire et supérieur sont contestées surtout à partir des années 1930.

         En raison de cette crise des débouchés professionnels, plusieurs dirigeants associatifs souhaitent ouvrir de nouveaux débouchés professionnels en s’inspirant des expériences étrangères. Ils proposent de former les aveugles au massage (comme au Japon et en Suède), à la dactylographie (comme en Allemagne), à la cordonnerie (comme à Copenhague), à la tonnellerie, à la matelasserie. A la fin de la Première Guerre mondiale, les dirigeants de l’Union des aveugles de guerre parviennent à placer quelques dizaines d’aveugles de guerre dans l’industrie, aux côtés des autres travailleurs. En 1921, 46 aveugles travaillent ainsi dans le bobinage électrique à l’usine de la Thomson Houston à Paris. Malgré l’ouverture de nouveaux débouchés professionnels dans le massage et l’industrie, les formations professionnelles continuent d’être focalisées sur les métiers de l’artisanat au moins jusqu’aux années 1950.

           Il est intéressant de remarquer que dès les premières décennies du XXe siècle, les hommes et les femmes aveugles travaillant dans les ateliers associatifs se mobilisent pour défendre leurs droits, leurs salaires et leurs conditions de travail. C’est le cas des travailleurs et des travailleuses de l’Institut du Val Mandé tout au long des années 1920. Plus de 100 ouvriers et ouvrières y travaillent 54 heures par semaine jusqu’en 1919, puis 48 heures par semaine. Ils sont payés à façon, à des salaires généralement moindres que ceux fixés par les chambres syndicales, mais ils perçoivent des compensations : ils sont logés gratuitement, ils ont la possibilité de se restaurer à moindre coût, et d’avoir des soins médicaux gratuits. Ils ont également une majoration de salaire pour vie chère, mais cette majoration est inférieure à celle que perçoivent les autres travailleurs clair-voyants de l’Institut.

          Mécontents de leur situation, les ouvriers exigent dès 1918 l’application des barèmes syndicaux de salaires, l’augmentation de la prime de vie chère, le blanchissement de leur linge, l’amélioration de la nourriture et du service médical. Tout au long des années 1920, la direction de l’Institut ainsi que la commission de surveillance de l’Institut du Val Mandé  acceptent d’augmenter légèrement les tarifs à façon. Mais ils s’opposent à tout alignement de leur tarifs sur les barèmes syndicaux, en invoquant les nombreux avantages qui leur sont concédés. En mars 1920, la commission de surveillance de l’Institut du Val Mandé insiste d’ailleurs sur le fait que les tarifs syndicaux ne seraient jamais appliqués aux aveugles de l’Institut départemental, qui « sont des assistés par le travail et non des ouvriers ordinaires »[1]. Les aveugles de l’Institut ne parviennent donc pas à être reconnus comme des travailleurs ordinaires, malgré le soutien de certains syndicats, comme le syndicat de la Tabletterie.

            De la même manière, les aveugles professeurs se mobilisent pour sauvegarder leur droit d’enseigner dans le secondaire et le supérieur. En mai 1939, ils manifestent ainsi publiquement sur le Boulevard des Invalides en exhibant des pancartes dénonçant leur situation[2].

Manifestation des aveugles à Paris en mai 1939

Manifestation des aveugles à Paris en mai 1939

        Dès la première décennie du XXe siècle, de nombreux dirigeants d’institutions d’aveugles et d’associations réclament pour les aveugles un droit de priorité afin de leur garantir un emploi. En 1921, la filiale de Blois de l’Amitié des Aveugles de France revendique ce droit de priorité pour fournir aux administrations publiques certains produits comme les brosses, la vannerie, les chaises, les pianos. Elle revendique aussi un droit de priorité pour accéder à certaines fonctions publiques, comme les postes de professeurs de musique, de masseurs dans les hôpitaux, de dactylographes dans les bureaux, de standardistes dans les Postes[3]. Certaines associations réclament aussi des bénéfices économiques, comme l’exemption d’impôts individuels ou une allocation, afin de compenser la moindre productivité des aveugles travailleurs et le surcoût généré par le paiement d’un guide pour se déplacer en ville.

            On voit donc dès cette époque émerger une certaine contradiction, entre les revendications portées par certains travailleurs aveugles qui demandent à être reconnus comme des travailleurs ordinaires, rémunérés selon les barèmes syndicaux, et les revendications émises par d’autres dirigeants associatifs mettant en avant leur statut de travailleurs « désavantagés » par leur moindre productivité et leur surplus de dépenses.

            A l’échelle internationale, aucune réglementation n’est adoptée sur le travail des aveugles au cours de la période de l’entre-deux-guerres malgré les demandes de plusieurs associations. En août 1920, Paul Rémy, ancien dirigeant de l’Union des travailleurs aveugles et secrétaire général de l’Office français d’Assistance au Travail pour les Aveugles, demande au Bureau international du Travail de faire adopter  une législation internationale sur le travail des aveugles afin de garantir l’accès des aveugles à un emploi[4]. Selon Paul Rémy, l’aveugle possède généralement une productivité inférieure (50 à 60%) à celle du travailleur valide, et ne trouve pas d’emploi du fait de « l’égoïsme de l’employeur ». Cette réglementation internationale devrait déterminer l’obligation pour l’État, les départements et les communes d’embaucher des aveugles qualifiés à proportion de 5% de leur personnel. Elle devrait aussi prévoir l’obligation pour l’État, pour les départements et les communes d’acheter certains produits fabriqués par les aveugles comme les brosses et les chaises.

   Suite à cette lettre, le Bureau international du Travail entreprend en septembre 1920 une enquête internationale sur les conditions de travail des aveugles. C’est Adrien Tixier, le chef du service des mutilés du Bureau international du Travail qui la mène. Un an plus tard, il considère qu’aucun projet de convention internationale ne peut être envisagée en matière d’emploi des aveugles, et ce pour plusieurs raisons :

D’une part, si les aveugles ont obtenu dans plusieurs pays européens la réserve de la fourniture à l’État ou aux collectivités publiques de certains produits comme les brosses et les balais, ce droit de vente privilégiée n’a été inscrit dans aucune législation nationale.

D’autre part, ce droit de priorité constitue une question commerciale qui ne relève pas de la compétence de l’Organisation internationale du Travail.

Enfin, il semble difficile de faire figurer la réserve de postes ou l’obligation d’embauche dans une réglementation internationale sur le travail des aveugles, car ce type de mesures rencontre beaucoup d’oppositions à l’échelle nationale[5].

          En l’absence de réglementation internationale et nationale sur l’emploi des aveugles, les aveugles de la majorité des pays du monde restent à cette époque généralement dépendants de la bonne volonté des associations privées et des employeurs pour obtenir un emploi. Faute de trouver une activité professionnelle correctement rémunérée, nombre d’entre eux sont contraints de recourir à la mendicité pour gagner leur vie, tandis que d’autres contribuent aux activités de la vie quotidienne de leur famille sans être rémunérés.

Sources :

[1] Archives de l’Institut du Val Mandé. Lettre, Saint Mandé, 26 janvier 1922, le Directeur de l’Institut départemental des aveugles de la Seine à Mr le Directeur des Affaires Départementales.

[2] « « Grosse émotion chez les aveugles », nous confie M. Raffour, ancien élève de l’Institution nationale », L’Humanité, 4 mai 1939.

[3] « Le droit de priorité », La Tribune des aveugles, janvier 1921, p. 13.

[4] Archives du Bureau international du Travail, MU 11/1/22. Document intitulé « Requête des travailleurs aveugles à Mʳ le Directeur du Bureau du Travail de la Ligue des Nations, Paris, 10 août 1920 ».

[5] ABIT, MU 9,1/34. A. Tixier, « L’organisation du travail des aveugles », Communication à la IXeme Assemblée de l’Union Centrale Suisse pour le bien des aveugles, 5 juin 1921.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *