Colonialisme et Handicap : Les aveugles dans l’Algérie coloniale

Depuis plus d’une décennie, l’intérêt des sociologues occidentaux pour l’expérience de vie des personnes handicapées dans les pays du Sud s’accroît. Cet intérêt s’accompagne d’une réflexion sur l’influence de la situation post-coloniale sur les conditions de vie de ces personnes handicapées. Clare Barker met ainsi en avant l’utilité de la littérature postcoloniale pour comprendre la complexité du phénomène du handicap dans les pays post-coloniaux (Barker, 2010). Considérant qu’il était nécessaire d’étudier les conséquences du colonialisme, Shaun Grech a essayé d’analyser les liens entre colonialisme et handicap à partir des travaux historiques existant sur l’Amérique Latine, l’Afrique et l’Asie. Ce faisant, il homogénéise les expériences des colonisations, et dresse un tableau assez uniforme des conséquences néfastes de la colonisation sur les personnes handicapées (rôle des missions chrétiennes dans le dénigrement des croyances non chrétiennes; violence physique et mutilations comme instrument de punition coloniale ; valeur monétaire attribuée au corps escalavagisé ; rôle des professionnels médicaux occidentaux dans l’imposition d’un nouveau modèle d’appréhension du corps infirme ; rôle des expériences médicales sur les corps) (Grech, 2015). L’auteur note avec justesse que les historiens occidentaux du handicap négligent d’étudier le fait colonial, et qu’il faut impérativement comprendre comment le colonisé appréhende le handicap et gère les personnes handicapées (Grech, 2015, p. 12). Lire la suite

La sélectivité géographique de l’assistance technique dispensée par les organisations internationales dans le domaine du handicap

       En 1950, un programme international coordonné de réadaptation des personnes physiquement diminuées est mis en place sous l’égide des Nations Unies. Les agences spécialisées (OIT, OMS, UNESCO) rejettent l’idée d’élaborer un programme commun d’activités à l’ensemble des organismes intergouvernementaux, comme le recommandait le conseil économique et social des Nations Unies. Désireuses de conserver leur autonomie d’action, et soucieuses des implications financières de tels engagements, l’OIT et l’OMS préfèrent conserver une autonomie complète dans le développement de leurs projets, qui seront ensuite coordonnés afin de composer un programme d’activités conjointes. Le programme international coordonné de réadaptation est insuffisamment financé par les organismes intergouvernementaux, et les ONG (notamment l’ISWC et la WVF) sont fortement encouragées à contribuer financièrement et techniquement au programme international. Lire la suite

Guerre froide et politiques publiques du handicap

L’influence de la géopolitique sur les politiques publiques du handicap est largement méconnue par les citoyens, alors que cette influence est réelle et considérable. Cette méconnaissance s’explique par plusieurs raisons. D’une part, les citoyens sont peu informés des débats qui existent au sein des institutions internationales qui élaborent des déclarations internationales, et ils ignorent donc que les déclarations internationales constituent des compromis provisoires (et subjectifs) qui reflètent l’état du rapport de force entre les acteurs à l’échelle internationale. D’autre part, les historiens commencent tout juste à s’intéresser à la genèse des institutions destinées à assister les personnes handicapées. En l’absence de tout récit de cette genèse, ces institutions (comme les hôpitaux de jours, les ateliers protégés, etc.) ont acquis un caractère « naturel », leur existence et leur légitimité ne sont pas questionnées. Or, ce genre d’institutions a été promu à l’échelle internationale par certains acteurs, dans un contexte historique spécifique. En l’occurrence, les ateliers protégés ont été promus par les pays anglo-saxons au début de la guerre froide, comme une solution professionnelle pour les personnes handicapées peu productives, au détriment d’autres solutions privilégiées par d’autres acteurs.

Pendant la guerre froide, les luttes idéologiques (capitalisme vs socialisme) ont profondément influencé l’orientation des politiques publiques du handicap à l’échelle internationale et nationale. Pendant cette période, de nombreuses normes internationales sur le handicap ont été adoptées par les organismes intergouvernementaux (OIT, OMS, ONU, etc.). Or, les gouvernements des pays dirigeants les blocs capitaliste et socialiste ont joué un rôle primordial dans la construction de ces nouveaux textes normatifs. Et ce sont les gouvernements des pays capitalistes qui sont sortis les grands vainqueurs des luttes politiques internes pour définir le contenu des normes internationales.

En effet, ces luttes se sont soldées par l’adoption de certaines solutions d’assistance aux personnes handicapées compatibles avec l’idée du libre marché, au détriment d’autres solutions proposées par les gouvernements des pays socialistes.

Lire la suite