Les aveugles et l’emploi au cours de l’entre-deux-guerres

          A la sortie de la Première Guerre mondiale, les débouchés professionnels des aveugles de guerre et des aveugles civils sont très limités : Beaucoup d’aveugles de guerre bénéficient d’une formation aux métiers de l’artisanat (en vannerie, en brosserie, dans le cannage de chaise, en cordonnerie, ou au tournage de bois). Les aveugles civils adolescents bénéficient des mêmes formations aux métiers de l’artisanat dans les écoles spécialisées pour aveugles. Les femmes aveugles sont cantonnées dans un nombre de métiers encore plus limité : le tricot, le filet, la fabrication des couronnes de perles, ainsi que la brosserie.

Femmes aveugles fabriquant des filets à l'Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?).

Femmes aveugles fabriquant des filets à l’Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?). Archives de l’Institut du Val Mandé.

Lire la suite

Histoire de la première fédération internationale des accidentés du travail (1925-1932)

Au milieu des années 1920, des associations nationales d’accidentés du travail et d’invalides civils n’existent que dans quelques pays (dont la France, l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, la Suède). En France, la Fédération nationale des mutilés et invalides du travail (FNMIT) est créée en juillet 1920. Dès sa création, elle milite activement pour une refonte de la loi du 9 avril 1898 concernant les responsabilités dans les accidents du travail. Elle exige en 1928 l’augmentation du montant des pensions, la priorité dans l’accès aux emplois, le financement de la rééducation professionnelle par les employeurs, l’élargissement des bénéficiaires des mesures de réparation des accidents du travail (à tous les travailleurs victimes d’accidents ou de maladies professionnelles, à toutes les catégories d’entreprises ou d’institutions, aux travailleurs des colonies), la création d’une Caisse autonome pour la réparation des accidents du travail gérée par un conseil d’administration composé de représentants des employeurs et des victimes du travail.

Lire la suite

The disability protests in the decade 1968-1982 : contesting the western-centric point of view

        The Anglo-Saxon countries are generally considered the main sites that generate protest and emancipatory projects at an international level. Some American and English associations used diverse means of protest (demonstrations, sit-ins, bus chaining, etc.) during the 1970s in order to defend their rights. Sociologists Sharon Barnartt and Richard Scotch listed 97 protests initiated by disabled people and deaf people in the United States between 1970 and 1982 (Barnartt, Scotch, 2001). The actions from the United States and from England share some common goals: the fight against charitable and paternalistic attitudes and discrimination, and the fight for access to self-determination and accessibility. However, mobilisations in the United States distinguish themselves by the way in which they defend a specific community organisation, that is, the centers for independent living founded on mutual aid and consumerism (Longmore, 2003). The English mobilizations distinguish themselves by the revendication of a social interpretation of disability (inspired by Marxism), by the Union of the Physically Impaired Against Segregation association (Shakespeare, 1993).

The period between 1973 and 1981 was identified by James Charlton as a crucial period for the disability rights movements at an international level (Charlton, 1998). We think it is necessary to extend this to at least the earlier date of 1968, identified by Michelle Zancarini as the time of a protesting trend at an international level, marked by politicization and aspiration to social change in several social sectors (Zancarini-Fournel, 2008)). The chronology of this protesting decade varies from country to country, but it could be said to last from the beginning of 1960 until 1981.

This decade (1960’s-1981) is characterized by the significant promotion of the disability rights concept at an international level. It starts at the end of the 1960s when several NGOs (Fédération internationale des mutilés, des invalides du travail et des invalides civils, International League of Societies for the Mentally Handicapped, International Society for Rehabilitation of the Disabled) adopt a program of social claims, and ends with the UN’s organization of the International Year for Disabled people in 1981, which also has consequences in 1982. These two factors – the political fervour and the promotion of the concept of rights – act as catalysts inside disability rights movements. In many countries they initiate the increase of a social culture of protest, the regular, large-scale use of protests inside the public sphere in order to defend their rights, and the building of new emancipatory utopias. Lire la suite

Pan y circo: la fantasía “solidaria” de la Teletón en Chile

Hablar de discapacidad en Chile parece ser sinónimo de Teletón. La Teletón es una institución de beneficencia asistencial que, a partir de 1978, en plena dictadura militar, adquiere la forma de una campaña anual televisa que busca colectar fondos para dar rehabilitación a niños con discapacidad. Tomando el formato de la Telethon norteamericana creada por Jerry Lewis en 1966- en las llamadas “27 horas de amor”-, desde aquellos días a la actualidad, los canales chilenos una vez al año, emiten en simultáneo un espectáculo al cual asisten autoridades estatales, miembros de la farándula local e internacional y se exponen historias de vida de niñitos con discapacidad junto a sus familias (Humeres, 2013).

Afiche_Teletón_2015foto-teleton

El tono melodramático, el énfasis en la “superación” por alcanzar un presunto cuerpo “normal”/ “sano”, generalmente vehiculizada en la obsesión por lograr que el niño camine, reproducen una mirada de la discapacidad completamente miserabilista. Lire la suite

« Non à l’atelier protégé ! » La lutte des travailleurs de l’usine pilote de Berck-plage

En 1958, une usine pilote de fabrication de bijoux est fondée à Berck. Cette usine est constituée par un fabricant d’objets de fantaisie, qui avait pris l’habitude de fournir des travaux rémunérés à la pièce aux malades du centre héliomarin de Berck et des autres institutions de réadaptation de la ville, et qui se décide en 1958 à constituer une petite usine du fait de l’accroissement des commandes. Mélangeant travailleurs handicapés et travailleurs valides qui partagent le même statut – statut ordinaire de travailleur -, cette usine constitue pour l’époque une innovation considérable sur le plan des politiques publiques du handicap, visant à l’émancipation des personnes handicapées par l’insertion collective dans le milieu industriel ordinaire.

Lire la suite

Les luttes pour les droits des personnes handicapées.

Image

Le domaine des luttes politiques pour les droits des personnes handicapées au XXe siècle reste encore largement inexploré. Les rares études existantes portent sur de courtes périodes, généralement postérieures aux années 1970, et sur des espaces géographiques restreints à l’échelle nationale. Un seul article, celui de Pierre Turpin, analyse les mobilisations complexes des associations françaises de personnes handicapées au cours des années 1970. Les mobilisations des personnes handicapées dans les pays anglo-saxons ont fait quant-à-elles l’objet de plusieurs études (Sharon Barnartt et Richard Scotch, Tom Shakespeare, Paul Longmore, etc.). A en juger par la place qui est attribuée à ces mobilisations dans l’écriture des manuels de sociologie du handicap, les pays anglo-saxons sont encore considérés comme les premiers pôles émetteurs de contestation et de projets émancipateurs au niveau international. Nous ne partageons pas cette conviction. Considérer les pays occidentaux comme les premiers pôles émetteurs de contestation et de projets émancipateurs pour les personnes handicapées au niveau international revient à adopter un point de vue occidentalo-centré. Nous pensons d’une part que la contestation est généralisée au sein des mouvements pour les droits des personnes handicapées dans de nombreux pays du monde au cours des années 1968, et d’autre part qu’il est possible de constater une pluralité d’invention de projets émancipateurs dans des sociétés distantes chronologiquement et spatialement.

De manière schématique, nous pensons qu’il est possible d’identifier trois cycles de radicalisation au sein des mouvements pour les droits des personnes handicapées à l’échelle internationale au cours du long XXe siècle : les années 1930, les années 1968 (1960-1982), et la période actuelle (2008-2014). Nous abordons ici la période des années 1968, et évoquerons les autres périodes dans des billets postérieurs.

Lire la suite