Guerre froide et politiques publiques du handicap

L’influence de la géopolitique sur les politiques publiques du handicap est largement méconnue par les citoyens, alors que cette influence est réelle et considérable. Cette méconnaissance s’explique par plusieurs raisons. D’une part, les citoyens sont peu informés des débats qui existent au sein des institutions internationales qui élaborent des déclarations internationales, et ils ignorent donc que les déclarations internationales constituent des compromis provisoires (et subjectifs) qui reflètent l’état du rapport de force entre les acteurs à l’échelle internationale. D’autre part, les historiens commencent tout juste à s’intéresser à la genèse des institutions destinées à assister les personnes handicapées. En l’absence de tout récit de cette genèse, ces institutions (comme les hôpitaux de jours, les ateliers protégés, etc.) ont acquis un caractère « naturel », leur existence et leur légitimité ne sont pas questionnées. Or, ce genre d’institutions a été promu à l’échelle internationale par certains acteurs, dans un contexte historique spécifique. En l’occurrence, les ateliers protégés ont été promus par les pays anglo-saxons au début de la guerre froide, comme une solution professionnelle pour les personnes handicapées peu productives, au détriment d’autres solutions privilégiées par d’autres acteurs.

Pendant la guerre froide, les luttes idéologiques (capitalisme vs socialisme) ont profondément influencé l’orientation des politiques publiques du handicap à l’échelle internationale et nationale. Pendant cette période, de nombreuses normes internationales sur le handicap ont été adoptées par les organismes intergouvernementaux (OIT, OMS, ONU, etc.). Or, les gouvernements des pays dirigeants les blocs capitaliste et socialiste ont joué un rôle primordial dans la construction de ces nouveaux textes normatifs. Et ce sont les gouvernements des pays capitalistes qui sont sortis les grands vainqueurs des luttes politiques internes pour définir le contenu des normes internationales.

En effet, ces luttes se sont soldées par l’adoption de certaines solutions d’assistance aux personnes handicapées compatibles avec l’idée du libre marché, au détriment d’autres solutions proposées par les gouvernements des pays socialistes.

Lire la suite

Les photographies de manifestations des personnes handicapées des années 1970.

Prises sur le vif, les photographies de manifestations sont généralement considérées pour leur valeur informative, et les chercheurs sont tentés de leur attribuer une dimension objective. Néanmoins, elles ne reflètent pas la réalité de l’événement, mais la vision que désire en donner le photographe, ou l’éditeur du journal lorsqu’elles sont publiées. L’historien doit donc se montrer prudent lorsqu’il s’interroge sur la valeur documentaire de ces clichés, puisqu’elles tendent à naturaliser les faits qu’elles documentent. Pour éviter les erreurs de sens ou d’interprétation, il est nécessaire de comprendre les conditions de la production et de la diffusion de ces photographies.

Pour cela, il faut prendre en compte les possibilités techniques de photographie de l’époque, pour déterminer précisément les choix techniques et esthétiques, notamment les choix de cadrage du photographe, et analyser les choix éditoriaux de publication de la photographie au sein d’un ensemble plus large (titre de l’article, légende, etc.).

Prenons l’exemple d’une photographie publiée dans le journal argentin El Descamisado, journal officieux des Montoneros, un groupe péroniste révolutionnaire d’orientation marxiste. Cette photo montre des hommes portant une pancarte « Nous ne demandons pas l’aumône, seulement que l’on respecte nos droits (No pedimos limosna, solamente queremos nuestros derechos ».

Photographie prise par un inconnu sur la manifestation des internés de l’Institut municipal de réadaptation, Buenos Aires, fin mai/début juin 1973.

photolisiados1

Source : « Lisiados », El Descamisado, Buenos Aires, n°3, 5 de junio de 1973.

Lire la suite

Etude comparative de la couverture médiatique de deux marches pour les droits des personnes handicapées (Espagne 1933, Bolivie 2011).

En septembre 1933, une demi-douzaine de personnes dites « invalides » entreprennent une marche entre Zaragoza et Madrid. Ces militants demandent le placement des invalides aptes à des postes subalternes de l’Etat, et la concession de pensions à vie pour ceux qui ne peuvent pas travailler.

Le 15 novembre 2011, à Trinidad (Bolivie), dix sept personnes handicapées physiques débutent une marche de plus d’un millier de kilomètres afin de rejoindre la capitale La Paz. Leur objectif est de revendiquer le droit à l’obtention d’une pension de 3000 pesos bolivianos. Leur voyage se termine 100 jours plus tard, le 23 février 2012. Cette marche mobilise en tout plus d’une centaine de personnes handicapées appartenant aux couches les plus populaires de la société.

Nous allons tenter brièvement d’analyser la couverture médiatique différente portée à ces deux marches de personnes handicapées, qui se définissent par le fait de « parcourir à pied de longues distances de ville à ville à travers un ou plusieurs pays pour sensibiliser les populations des régions traversées à une injustice et pour interpeller l’opinion et les pouvoirs publics ».

La marche de 2011 fait l’objet d’une couverture médiatique nettement différente de celle de 1933, notamment du fait des progrès techniques réalisés dans le domaine de la photographie au cours du XXe siècle (apparition des photographies numériques, démocratisation de la photo, généralisation de la prise d’images en mouvement, etc.).

Lire la suite

Une définition historique et anthropologique du handicap

Prolongeant la réflexion menée par les historiens de la Disability History (Longmore and Umansky, 2001), je considère que le handicap est une construction sociale et culturelle, basée généralement sur des considérations médicales, médico-religieuses ou religieuses.

Pour avoir une vision ouverte sur la réalité latino-américaine, et sur les multiples cultures ethniques qui la composent, il me semble indispensable de constater que certaines populations indigènes caractérisent le handicap et la maladie à partir d’une vision religieuse ou médico-religieuse. Dans ces communautés, le rôle du sacré est souvent primordial dans le rapport à l’autre, et les maladies et infirmités sont parfois considérées comme un châtiment des esprits. Dans une communauté Mapuche du Chili, les personnes malades sont désignées comme  »Kutranche ». Selon le machi, pilier de cette communauté, le handicap peut avoir trois causes : une cause héréditaire, une cause surnaturelle, ou une cause de  »miroir » (espejo) (Sarue, Duarte, Perez, 2008). Si l’historien utilise les définitions occidentales du handicap pour analyser cette population et la façon dont elle prend en charge les personnes handicapées, il fait preuve d’ethno-centrisme, et finit pas assumer la supériorité de sa culture face à l’autre.

Je tiens à préciser pourquoi le handicap est une construction sociale et culturelle basée généralement – et non pas en permanence – sur des considérations médicales, médico-religieuses ou religieuses. La lecture d’ouvrages historiques et la consultation d’archives m’amène à penser que parfois, l’identification d’une personne comme handicapée, et son internement dans une institution spécialisée, n’a rien à voir avec son état de santé, mais qu’elle est plutôt le résultat d’une volonté familiale ou communautaire de mise à l’écart, pour ne pas dire d’ostracisme, pour des raisons économiques, politiques ou de simple convenance.

Lire la suite

Les personnes handicapées, actrices de leur histoire et de l’histoire en général

Les personnes handicapées sont encore généralement considérées comme passives par la société. Il ne faut donc pas s’étonner si elles sont absentes en tant qu’acteurs historiques dans les manuels d’enseignement d’histoire. Ceux-ci ne mentionnent en général jamais les personnes handicapées comme actrices de l’histoire, mis à part quelques exceptions notables de dirigeants handicapés (Roosevelt). Cette absence mérite d’être questionnée. J’ai personnellement l’espoir que les recherches sur l’histoire du handicap contribueront à faire évoluer le contenu des manuels scolaires, et qu’enfin des personnes handicapées figureront en tant qu’actrices de transformation de la société, au même titre que d’autres acteurs.

Les personnes handicapées sont actrices de l’histoire en général, par leurs actions collectives et individuelles. L’historien peut facilement étudier les actions collectives qu’elles mènent auprès des gouvernants, et qui influent sur la construction des politiques publiques du handicap. En plus de la presse, les archives des associations et des administrations contiennent de nombreuses sources précieuses sur cette question. Cependant, à cause du faible nombre de travaux sur cette question, ces engagements politiques des personnes handicapées restent encore largement inconnus des historiens des mouvements sociaux. C’est ce qui rend possible le fait qu’un ouvrage encyclopédique formidable comme 1968, une histoire collective (1962-1981) dirigé par Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel ne contient aucun article sur les mouvements de personnes handicapées.

Lire la suite

Les luttes pour les droits des personnes handicapées.

Image

Le domaine des luttes politiques pour les droits des personnes handicapées au XXe siècle reste encore largement inexploré. Les rares études existantes portent sur de courtes périodes, généralement postérieures aux années 1970, et sur des espaces géographiques restreints à l’échelle nationale. Un seul article, celui de Pierre Turpin, analyse les mobilisations complexes des associations françaises de personnes handicapées au cours des années 1970. Les mobilisations des personnes handicapées dans les pays anglo-saxons ont fait quant-à-elles l’objet de plusieurs études (Sharon Barnartt et Richard Scotch, Tom Shakespeare, Paul Longmore, etc.). A en juger par la place qui est attribuée à ces mobilisations dans l’écriture des manuels de sociologie du handicap, les pays anglo-saxons sont encore considérés comme les premiers pôles émetteurs de contestation et de projets émancipateurs au niveau international. Nous ne partageons pas cette conviction. Considérer les pays occidentaux comme les premiers pôles émetteurs de contestation et de projets émancipateurs pour les personnes handicapées au niveau international revient à adopter un point de vue occidentalo-centré. Nous pensons d’une part que la contestation est généralisée au sein des mouvements pour les droits des personnes handicapées dans de nombreux pays du monde au cours des années 1968, et d’autre part qu’il est possible de constater une pluralité d’invention de projets émancipateurs dans des sociétés distantes chronologiquement et spatialement.

De manière schématique, nous pensons qu’il est possible d’identifier trois cycles de radicalisation au sein des mouvements pour les droits des personnes handicapées à l’échelle internationale au cours du long XXe siècle : les années 1930, les années 1968 (1960-1982), et la période actuelle (2008-2014). Nous abordons ici la période des années 1968, et évoquerons les autres périodes dans des billets postérieurs.

Lire la suite

Handicap et politique au XXe siècle

Ce carnet est consacré aux aspects politiques de la question du handicap à l’échelle internationale, et surtout dans les pays non-occidentaux. L’objectif est d’analyser les luttes pour les droits des personnes handicapées menées par les ONG nationales et internationales, ainsi que les politiques publiques développées par les organismes intergouvernementaux (OMS, OIT, ONU, etc.). Il est prévu d’y inclure des analyses visuelles de photographies de manifestations de personnes handicapées, en reprenant la démarche de l’histoire visuelle. Nous envisageons également d’élaborer progressivement une liste des manifestations publiques des personnes handicapées réalisées dans les pays latino-américains pendant la période 1968-2010, et de publier régulièrement des discours politiques émancipateurs prononcés par des intellectuels handicapés au cours du XXe siècle.