Les interprétations politiques de la marginalisation sociale des personnes handicapées

Les groupes de personnes handicapées interprètent souvent les différentes discriminations qu’ils subissent par le prisme de leur idéologie politique. Dans le contexte de la guerre froide, les mouvements pour les droits des personnes handicapées s’approprient de manière variable les diverses utopies politiques de justice sociale et d’égalité (marxisme, catholicisme social, théologie de la libération, New-Left, anarchisme).

Les discours influencés par le marxisme.

En Espagne, les dirigeants de l’association Minusválidos unidos (MU) à Madrid interprètent la discrimination professionnelle qu’ils subissent par le prisme du marxisme. Dans la lettre ouverte qu’ils font parvenir à des revues et journaux en septembre 1975, ils dénoncent la marginalisation éducative et professionnelle dont ils font l’objet de la part de la société capitaliste :

 En ce qui concerne le travail (un des droits fondamentaux de la personne), beaucoup d’entre nous s’en sentent exclus, étant donné notre limitation (limitación) physique, notre manque de formation culturelle et professionnelle qui est due à notre marginalisation antérieure dans ce domaine ; étant donné le manque d’établissements de convalescence et de réadaptation, le manque de formation professionnelle spécialisée et le manque de postes de travail adaptés à nos limitations (limitaciones) et à nos possibilités.

(…) Finalement, les multiples barrières architectoniques et sociales que nous rencontrons nous empêchent d’accéder à la culture, à la vie sociale, et finalement de nous intégrer.

(…) On peut difficilement résoudre cette problématique dans le cadre d’une société fondée sur la concurrence et le profit à outrance, dans laquelle une grande majorité de la population est obligée de vendre sa force de travail à une minorité – qui possède les moyens de production -pour pouvoir survivre[1].

Lire la suite