Les aveugles et l’emploi au cours de l’entre-deux-guerres

          A la sortie de la Première Guerre mondiale, les débouchés professionnels des aveugles de guerre et des aveugles civils sont très limités : Beaucoup d’aveugles de guerre bénéficient d’une formation aux métiers de l’artisanat (en vannerie, en brosserie, dans le cannage de chaise, en cordonnerie, ou au tournage de bois). Les aveugles civils adolescents bénéficient des mêmes formations aux métiers de l’artisanat dans les écoles spécialisées pour aveugles. Les femmes aveugles sont cantonnées dans un nombre de métiers encore plus limité : le tricot, le filet, la fabrication des couronnes de perles, ainsi que la brosserie.

Femmes aveugles fabriquant des filets à l'Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?).

Femmes aveugles fabriquant des filets à l’Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?). Archives de l’Institut du Val Mandé.

Lire la suite

Protéger les aveugles dans l’espace public au début du XXe siècle : Brassard ou Canne blanche ?

          Après la Première Guerre mondiale, peu d’aveugles circulent dans l’espace public, la plupart restent chez eux. Ceux qui se déplacent en ville pour aller à l’école, à l’hôpital ou dans des ateliers professionnels sont généralement aidés d’un guide, enfant ou adulte. Ces guides appartiennent généralement à la famille ou à l’entourage proche. Les travailleurs aveugles nécessitant des déplacements réguliers en ville, comme les accordeurs de pianos, rémunèrent souvent leur guide, ce qui génère une dépense importante pour eux. De ce fait, dès les premières décennies du XXe siècle, les associations d’aveugles réclament auprès des pouvoirs publics la délivrance d’une allocation économique pour tous les travailleurs aveugles (afin de payer ce guide et de compenser les moindres revenus), et la gratuité du transport public, au moins pour le guide.

            Au cours des années 1920, des représentants associatifs sont préoccupés par la dangerosité de la circulation des aveugles et des sourds dans l’espace public, car ceux-ci deviennent de plus en plus régulièrement victimes de la vitesse des automobiles. En Suisse, à l’initiative de l’Association des sociétés suisses de sourds, les sourds et les aveugles sont invités à porter des insignes circulaires sous forme de brassards, de boutonnières ou de broches. Ces insignes ont une visée protectrice : ils sont destinés à rendre visibles et rapidement identifiables les sourds et les aveugles dans l’espace public, afin de leur éviter des accidents et des « malentendus désagréables » avec la foule. En portant ce type d’insignes, ils deviennent immédiatement identifiables pour les agents de police qui régulent la circulation, et peuvent donc stopper les véhicules pour les laisser traverser les rues. Lire la suite

The disability protests in the decade 1968-1982 : contesting the western-centric point of view

        The Anglo-Saxon countries are generally considered the main sites that generate protest and emancipatory projects at an international level. Some American and English associations used diverse means of protest (demonstrations, sit-ins, bus chaining, etc.) during the 1970s in order to defend their rights. Sociologists Sharon Barnartt and Richard Scotch listed 97 protests initiated by disabled people and deaf people in the United States between 1970 and 1982 (Barnartt, Scotch, 2001). The actions from the United States and from England share some common goals: the fight against charitable and paternalistic attitudes and discrimination, and the fight for access to self-determination and accessibility. However, mobilisations in the United States distinguish themselves by the way in which they defend a specific community organisation, that is, the centers for independent living founded on mutual aid and consumerism (Longmore, 2003). The English mobilizations distinguish themselves by the revendication of a social interpretation of disability (inspired by Marxism), by the Union of the Physically Impaired Against Segregation association (Shakespeare, 1993).

The period between 1973 and 1981 was identified by James Charlton as a crucial period for the disability rights movements at an international level (Charlton, 1998). We think it is necessary to extend this to at least the earlier date of 1968, identified by Michelle Zancarini as the time of a protesting trend at an international level, marked by politicization and aspiration to social change in several social sectors (Zancarini-Fournel, 2008)). The chronology of this protesting decade varies from country to country, but it could be said to last from the beginning of 1960 until 1981.

This decade (1960’s-1981) is characterized by the significant promotion of the disability rights concept at an international level. It starts at the end of the 1960s when several NGOs (Fédération internationale des mutilés, des invalides du travail et des invalides civils, International League of Societies for the Mentally Handicapped, International Society for Rehabilitation of the Disabled) adopt a program of social claims, and ends with the UN’s organization of the International Year for Disabled people in 1981, which also has consequences in 1982. These two factors – the political fervour and the promotion of the concept of rights – act as catalysts inside disability rights movements. In many countries they initiate the increase of a social culture of protest, the regular, large-scale use of protests inside the public sphere in order to defend their rights, and the building of new emancipatory utopias. Lire la suite

Colonialisme et Handicap : Les aveugles dans l’Algérie coloniale

Depuis plus d’une décennie, l’intérêt des sociologues occidentaux pour l’expérience de vie des personnes handicapées dans les pays du Sud s’accroît. Cet intérêt s’accompagne d’une réflexion sur l’influence de la situation post-coloniale sur les conditions de vie de ces personnes handicapées. Clare Barker met ainsi en avant l’utilité de la littérature postcoloniale pour comprendre la complexité du phénomène du handicap dans les pays post-coloniaux (Barker, 2010). Considérant qu’il était nécessaire d’étudier les conséquences du colonialisme, Shaun Grech a essayé d’analyser les liens entre colonialisme et handicap à partir des travaux historiques existant sur l’Amérique Latine, l’Afrique et l’Asie. Ce faisant, il homogénéise les expériences des colonisations, et dresse un tableau assez uniforme des conséquences néfastes de la colonisation sur les personnes handicapées (rôle des missions chrétiennes dans le dénigrement des croyances non chrétiennes; violence physique et mutilations comme instrument de punition coloniale ; valeur monétaire attribuée au corps escalavagisé ; rôle des professionnels médicaux occidentaux dans l’imposition d’un nouveau modèle d’appréhension du corps infirme ; rôle des expériences médicales sur les corps) (Grech, 2015). L’auteur note avec justesse que les historiens occidentaux du handicap négligent d’étudier le fait colonial, et qu’il faut impérativement comprendre comment le colonisé appréhende le handicap et gère les personnes handicapées (Grech, 2015, p. 12). Lire la suite