Protéger les aveugles dans l’espace public au début du XXe siècle : Brassard ou Canne blanche ?

          Après la Première Guerre mondiale, peu d’aveugles circulent dans l’espace public, la plupart restent chez eux. Ceux qui se déplacent en ville pour aller à l’école, à l’hôpital ou dans des ateliers professionnels sont généralement aidés d’un guide, enfant ou adulte. Ces guides appartiennent généralement à la famille ou à l’entourage proche. Les travailleurs aveugles nécessitant des déplacements réguliers en ville, comme les accordeurs de pianos, rémunèrent souvent leur guide, ce qui génère une dépense importante pour eux. De ce fait, dès les premières décennies du XXe siècle, les associations d’aveugles réclament auprès des pouvoirs publics la délivrance d’une allocation économique pour tous les travailleurs aveugles (afin de payer ce guide et de compenser les moindres revenus), et la gratuité du transport public, au moins pour le guide.

            Au cours des années 1920, des représentants associatifs sont préoccupés par la dangerosité de la circulation des aveugles et des sourds dans l’espace public, car ceux-ci deviennent de plus en plus régulièrement victimes de la vitesse des automobiles. En Suisse, à l’initiative de l’Association des sociétés suisses de sourds, les sourds et les aveugles sont invités à porter des insignes circulaires sous forme de brassards, de boutonnières ou de broches. Ces insignes ont une visée protectrice : ils sont destinés à rendre visibles et rapidement identifiables les sourds et les aveugles dans l’espace public, afin de leur éviter des accidents et des « malentendus désagréables » avec la foule. En portant ce type d’insignes, ils deviennent immédiatement identifiables pour les agents de police qui régulent la circulation, et peuvent donc stopper les véhicules pour les laisser traverser les rues. Lire la suite