Les aveugles et l’emploi au cours de l’entre-deux-guerres

          A la sortie de la Première Guerre mondiale, les débouchés professionnels des aveugles de guerre et des aveugles civils sont très limités : Beaucoup d’aveugles de guerre bénéficient d’une formation aux métiers de l’artisanat (en vannerie, en brosserie, dans le cannage de chaise, en cordonnerie, ou au tournage de bois). Les aveugles civils adolescents bénéficient des mêmes formations aux métiers de l’artisanat dans les écoles spécialisées pour aveugles. Les femmes aveugles sont cantonnées dans un nombre de métiers encore plus limité : le tricot, le filet, la fabrication des couronnes de perles, ainsi que la brosserie.

Femmes aveugles fabriquant des filets à l'Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?).

Femmes aveugles fabriquant des filets à l’Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?). Archives de l’Institut du Val Mandé.

Lire la suite

La fiction argentine « La rébellion des infirmes ».

Les fictions émancipatrices constituent un objet d’étude très intéressant, car elles laissent libre cours à l’imagination d’un ordre social radicalement différent, dans lequel les personnes handicapées pourraient être réellement émancipées de certaines tutelles (institutionnelles, médicales, familiales, etc.). Les fictions émancipatrices concernant les personnes handicapées sont rarement connues du grand public, et peu médiatisées. Nous allons détailler ici une fiction argentine, La Rebelión de los Lisiados,  qui témoigne de l’aspiration égalitaire des personnes handicapées.

En 1974, un assistant social argentin côtoyant de près le milieu de la réadaptation publie un ouvrage de science-fiction intitulé La Rebelión de los Lisiados[1], en s’inspirant des mouvements de protestation des personnes handicapées qui se sont déroulés à Buenos Aires pendant l’été 1973. L’auteur, Enrique Defilippis Novoa, y remet en cause les modalités et la finalité de la réadaptation physique et professionnelle de la société futuriste qu’il décrit, une réadaptation qui mène à l’exploitation par le travail des personnes handicapées physiques et à l’aliénation totale des personnes handicapées psychiques et mentales. Il s’inscrit visiblement dans une perspective écologique qui émerge au cours des années 1970, qui dénonce les ravages de l’avancée technologique et prône un retour à la nature.

Lire la suite