Brève synthèse sur les politiques de l’emploi des personnes handicapées au XXe siècle

Si une majorité de personnes handicapées travaille actuellement dans le milieu ordinaire, dans le secteur public ou privé, un pourcentage considérable de personnes handicapées n’a pas d’activités professionnelles rémunérées du fait de l’organisation sociale du travail qui tend à les exclure. En 2012, le taux de chômage des personnes handicapées est nettement supérieur à celui de la population active (environ 20% en 2011).  Le taux d’emploi des bénéficiaires de l’obligation d’emploi est de 35%, contre 64% pour l’ensemble du public des 15-64 ans[1]. Les personnes handicapées sont surreprésentées au sein des professions et catégories professionnelles les moins qualifiées et les moins rémunérées. Les femmes handicapées sont particulièrement marginalisées sur le marché du travail et dans l’emploi. Leurs emplois sont concentrés dans les secteurs moins qualifiés et moins bien rémunérés. Près de la moitié des femmes handicapées qui travaillent exercent à temps partiel, contre 16% des hommes handicapés. Continuer la lecture

Les multiples conséquences de la dissémination des idées eugénistes

Si l’historiographie sur l’eugénisme est très abondante, elle n’a traité que de manière relativement marginale les relations entre les eugénismes et le handicap. L’historiographie a souligné l’existence de deux tendances principales dans l’eugénisme, une forme d’eugénisme « atlantique » qui s’étend aux pays anglo-saxons, aux pays nordiques et à l’Allemagne nazie, et une forme d’eugénisme « latin » qui s’étend à une partie de l’Europe et à l’Amérique latine et qui s’avère plus modéré. Cette dichotomie est utile, mais doit être nuancée. Je vous livre ici les premiers résultats de mes réflexions sur les conséquences de la dissémination des idées eugénistes sur la vie des personnes handicapées, issues de la lecture de plusieurs ouvrages et de quelques sources historiques. Continuer la lecture

Un siglo de conquistas sociales obstaculizadas

Una linea de tiempo de las conquistas sociales internacionales de los movimientos por los derechos de las personas con discapacidad

Para leer esta lina de tiempo más fácilmente, les aconsejo que la descarguen haciendo clic en el botón derecho del ratón « guardar imagen como… « . Asi podrán ampliarla como deseen.

Esta linea de tiempo fue concebida con un objetivo educativo, permite mostrar que :
– La adopción de instrumentos jurídicos internacionales vinculantes (que permiten garantizar internacionalmente los derechos de las personas con discapacidad) es tardía (especialmente a partir de los años 80). La adopción de la Convención de la ONU de 2006 sobre los derechos de las personas con discapacidad merece ser interpretada en relación con la larga historia de luchas por los derechos de las personas con discapacidad.
– Los movimientos por los derechos de las personas con discapacidad se diferenciaban a principios del siglo XX según el tipo de invalidez o el origen de la invalidez. Cada movimiento hizo inicialmente campaña para obtener beneficios específicos para una categoría (los ciegos, los mutilados de guerra, etc.). A partir de los años 1950 se produjo una unificación gradual de las causas bajo el impulso de las Naciones Unidas y de la OIT, pero esta unificación de las causas fue sólo parcial hasta mediados de los años 1970, y algunos movimientos consiguieron que se reconocieran sus derechos específicos a principios de los años 1970 (los derechos de los « retrasados mentales », en particular). La adopción de la Declaración de los Derechos de los Impedidos en 1975 confirmó definitivamente esta unificación de las causas y la equiparación de los derechos entre todas las categorías de personas con discapacidad.
– Esta linea de tiempo permite también insistir en el hecho de que los textos internacionales (convención o recomendación) son factores de regulación de las utopías promovidas por los actores asociativos, es decir, que estos textos internacionales legitiman ciertos derechos y ocultan o niegan otros derechos.
– También permite insistir en el papel de las ideas eugenistas y neoliberales como amenaza potencial a ciertos derechos.

A century of hampered and restrained social conquests

 Chronological timeline on the social conquests achieved at international level by the disability rights movements.

To read it more easily, I advise you to download this chronological timeline by clicking on the right button of the mouse « save image as… ». You will then be able to enlarge it as you wish.

This chronological timeline is designed for educational purposes, it allows you to show :
– The adoption of binding international legal instruments (enabling the rights of disabled people to be guaranteed at international level) is late in coming (especially from the 1980s onwards). The adoption of the Convention on the Rights of Persons with Disabilities deserves to be inscribed in the long history of struggles for the rights of persons with disabilities.
– the existence of movements for the rights of persons with disabilities differentiated according to the type of impairment or the origin of impairments at the beginning of the 20th century. Each movement initially campaigned for specific benefits for one category (the blind, the war-disabled, etc.). A progressive unification of causes took place from the 1950s onwards under the impetus of the UN and the ILO, but this unification of causes was only partial until the mid-1970s, with some movements managing to obtain recognition of their specific rights in the early 1970s (the rights of the « mentally retarded » in particular). The adoption of the Declaration of the Rights of Disabled Persons in 1975 definitively confirmed this unification of causes, and the equalization of rights between all categories of disabled persons.
– This timeline also makes it possible to insist on the fact that international texts (convention or recommendation) regulated the utopias promoted by associative actors, i.e. that these international texts legitimised certain rights and concealed or denied others.
– It also makes it possible to insist on the role of eugenicist and neo-liberal ideas as a potential threat to certain rights.

Feel free to leave comments so that I can improve it!

Un siècle de conquêtes sociales entravées

Frise chronologique sur les conquêtes sociales obtenues à l'échelle internationale par les mouvements pour les droits des personnes handicapées.
Frise chronologique sur les conquêtes sociales obtenues à l’échelle internationale par les mouvements pour les droits des personnes handicapées.

Pour la lire plus facilement, je vous conseille de télécharger cette frise en cliquant sur le bouton droit de la souris « enregistrer l’image sous… ». Vous pourrez ainsi l’agrandir comme vous le souhaitez.

Cette frise est conçue dans un objectif pédagogique, elle permet de montrer :
– L’adoption d’instruments juridiques internationaux contraignants (permettant de garantir les droits des personnes handicapées à l’échelle internationale) est tardive (surtout à partir des années 1980). L’adoption de la Convention relative aux droits des personnes handicapées méritent d’être inscrite dans le temps long des luttes pour les droits des personnes handicapées.
– l’existence de mouvements pour les droits des personnes handicapées différenciés selon le type de déficience ou l’origine des déficiences au début du XXe siècle. Chaque mouvement milite au départ pour l’obtention de bénéfices spécifiques à une catégorie (les aveugles, les mutilés de guerre…). Une unification progressive des causes s’opère à partir des années 1950 sous l’impulsion de l’ONU et de l’OIT, mais cette unification des causes n’est que partielle jusqu’au milieu des années 1970, certains mouvements parvenant à obtenir la reconnaissance de leurs droits spécifiques au début des années 1970 (les droits des « déficients mentaux » notamment). L’adoption de la déclaration des droits des personnes handicapées en 1975 entérine définitivement cette unification des causes, et l’égalisation des droits entre toutes les catégories de personnes handicapées.
– Cette carte permet également d’insister sur le fait que les textes internationaux (convention ou recommandation) constituent des facteurs de régulation des utopies portées par les acteurs associatifs, c’est-à-dire que ces textes internationaux légitiment certains droits, et en occultent ou en nient d’autres.
– Elle permet aussi d’insister sur le rôle des idées eugénistes et des idées néolibérales comme menace potentielle pour certains droits.

N’hésitez pas à laisser des commentaires pour que je puisse l’améliorer !

War-disabled men from the French colonial empire (1916-1939)

What was the status granted to war-disabled men from the French colonial empire after the First World War? By virtue of their sacrifice for the Fatherland, did they deserve credit equal to those from Metropolitan France?

In France, several studies on the war disabled men of the First World War have focused on Metropolitan France and ignored the fate of the war-disabled men from the colonial empire, who were very few compared to the nearly one million disabled persons in Metropolitan France. Continuer la lecture

Disability and cold war

The shift towards liberal legalities in the field of vocational integration of the disabled.

After World War II, the International Labour Office promoted a new policy of vocational rehabilitation of the disabled which clearly differed from its earlier policy (use of a system of quotas in public administrations and private companies to place the war-disabled, maintenance of integral wages). The policies of vocational rehabilitation shifted in a liberal-economic direction, and this shift is visible thanks to the adoption by the 38th International Labour Conference of the Vocational Rehabilitation (Disabled) Recommendation (n°99). Recommendation n°99 of the ILO promoted professional training, vocational guidance and selective placement for all disabled people who had a reasonable prospect of securing and retaining suitable employment, whatever the nature and the origin of their disability. This policy reorientation was facilitated by the leadership role of the United States and the United Kingdom within the International Labour Organisation (ILO).

The contents of the ILO vocational rehabilitation policy had been seriously discussed only from 1953, with the preparation of a new international standard on vocational rehabilitation by the International Labour Conference. During the 37th and 38th International Labour Conferences, the government representatives of the two power blocs promoted in their speeches labour measures inspired by their respective ideologies. During this period of cold war, the rehabilitation of disabled citizens became part of this ideological competition between the two power blocs within the ILO. Continuer la lecture

Les mutilés de guerre de l’Empire colonial français (1916-1939).

Quel sort était réservé aux mutilés de guerre originaires de l’Empire colonial français après la première guerre mondiale ? Bénéficient-ils des mêmes droits que les mutilés de guerre de la métropole ? Les études existantes sur les mutilés de la Première Guerre mondiale se sont focalisées sur la métropole et ont ignoré le sort des mutilés originaires de l’Empire colonial, certes peu nombreux par rapport aux mutilés de la métropole, qui sont près d’un million. Nous estimons le nombre de mutilés de la première guerre mondiale présents dans l’Empire entre 25 000 et 50 000, présents en majorité dans les territoires d’Afrique du Nord (entre 10 000 et 20 000), et en Afrique-Occidentale française (AOF) (environ 11000). Cette répartition géographique est à mettre en regard avec les effectifs envoyés par chaque territoire colonial pour combattre sur les fronts. Les pays d’Afrique du Nord (Algérie en premier lieu, Tunisie et Maroc), et les territoires de l’AOF envoient respectivement près de 275 000 et 170 000 combattants sur les fronts.

Première surprise, les mutilés de guerre de l’Empire s’organisent très rapidement en associations pour revendiquer leurs droits. Continuer la lecture

Des sources indispensables : Les rapports des organisations intergouvernementales sur le handicap.

Afin de faciliter les recherches dans les rapports et textes officiels des organisations intergouvernementales, il m’a paru utile de les recenser et de les mettre à disposition :

I. Les rapports et les textes officiels de l’Organisation des Nations Unies

Continuer la lecture

juin 1968 : LES HANDICAPES ET LEURS FAMILLES PROTESTENT

Citation

En juin 1968, de nombreuses associations de personnes handicapées et de leurs familles signent un manifeste afin d’obtenir « une législation de progrès » « pour l’ensemble des Handicapés Français ». Le 11 juin 1968, ces associations remettent en main propre ce manifeste au Ministre des Affaires Sociales. Voici le texte de ce manifeste que j’ai retrouvé dans La revue sociale, revue de l’Union Générale des Aveugles et des Grands Infirmes :

Plus d’un million et demi d’infirmes physiques ou mentaux en France !

Leurs associations ont décidé de lancer un appel à l’opinion et aux responsables politiques, afin que les handicapés, enfants, adolescents et adultes, puissent vivre « comme les autres ».

 

POUR L’INTEGRATION A LA SOCIETE

La Société n’intègre pas encore les handicapés. Tout se passe comme si leur présence constituait une gêne pour le monde actuel dans la poursuite de sa course au bien-être et au confort.

Les handicapés n’ont pas besoin de pitié.

Ils doivent – quel que soit le poids de leurs infirmités – pouvoir vivre dans la dignité. Quand ils le peuvent, ils veulent assurer librement et pleinement leurs responsabilités. Continuer la lecture