War-disabled men from the French colonial empire (1916-1939)

What was the status granted to war-disabled men from the French colonial empire after the First World War? By virtue of their sacrifice for the Fatherland, did they deserve credit equal to those from Metropolitan France?

In France, several studies on the war disabled men of the First World War have focused on Metropolitan France and ignored the fate of the war-disabled men from the colonial empire, who were very few compared to the nearly one million disabled persons in Metropolitan France. Continuer la lecture

Disability and cold war

The shift towards liberal legalities in the field of vocational integration of the disabled.

After World War II, the International Labour Office promoted a new policy of vocational rehabilitation of the disabled which clearly differed from its earlier policy (use of a system of quotas in public administrations and private companies to place the war-disabled, maintenance of integral wages). The policies of vocational rehabilitation shifted in a liberal-economic direction, and this shift is visible thanks to the adoption by the 38th International Labour Conference of the Vocational Rehabilitation (Disabled) Recommendation (n°99). Recommendation n°99 of the ILO promoted professional training, vocational guidance and selective placement for all disabled people who had a reasonable prospect of securing and retaining suitable employment, whatever the nature and the origin of their disability. This policy reorientation was facilitated by the leadership role of the United States and the United Kingdom within the International Labour Organisation (ILO).

The contents of the ILO vocational rehabilitation policy had been seriously discussed only from 1953, with the preparation of a new international standard on vocational rehabilitation by the International Labour Conference. During the 37th and 38th International Labour Conferences, the government representatives of the two power blocs promoted in their speeches labour measures inspired by their respective ideologies. During this period of cold war, the rehabilitation of disabled citizens became part of this ideological competition between the two power blocs within the ILO. Continuer la lecture

Les mutilés de guerre de l’Empire colonial français (1916-1939).

Quel sort était réservé aux mutilés de guerre originaires de l’Empire colonial français après la première guerre mondiale ? Bénéficient-ils des mêmes droits que les mutilés de guerre de la métropole ? Les études existantes sur les mutilés de la Première Guerre mondiale se sont focalisées sur la métropole et ont ignoré le sort des mutilés originaires de l’Empire colonial, certes peu nombreux par rapport aux mutilés de la métropole, qui sont près d’un million. Nous estimons le nombre de mutilés de la première guerre mondiale présents dans l’Empire entre 25 000 et 50 000, présents en majorité dans les territoires d’Afrique du Nord (entre 10 000 et 20 000), et en Afrique-Occidentale française (AOF) (environ 11000). Cette répartition géographique est à mettre en regard avec les effectifs envoyés par chaque territoire colonial pour combattre sur les fronts. Les pays d’Afrique du Nord (Algérie en premier lieu, Tunisie et Maroc), et les territoires de l’AOF envoient respectivement près de 275 000 et 170 000 combattants sur les fronts.

Première surprise, les mutilés de guerre de l’Empire s’organisent très rapidement en associations pour revendiquer leurs droits. Continuer la lecture

Des sources indispensables : Les rapports des organisations intergouvernementales sur le handicap.

Afin de faciliter les recherches dans les rapports et textes officiels des organisations intergouvernementales, il m’a paru utile de les recenser et de les mettre à disposition :

I. Les rapports et les textes officiels de l’Organisation des Nations Unies

Continuer la lecture

juin 1968 : LES HANDICAPES ET LEURS FAMILLES PROTESTENT

Citation

En juin 1968, de nombreuses associations de personnes handicapées et de leurs familles signent un manifeste afin d’obtenir “une législation de progrès” “pour l’ensemble des Handicapés Français”. Le 11 juin 1968, ces associations remettent en main propre ce manifeste au Ministre des Affaires Sociales. Voici le texte de ce manifeste que j’ai retrouvé dans La revue sociale, revue de l’Union Générale des Aveugles et des Grands Infirmes :

Plus d’un million et demi d’infirmes physiques ou mentaux en France !

Leurs associations ont décidé de lancer un appel à l’opinion et aux responsables politiques, afin que les handicapés, enfants, adolescents et adultes, puissent vivre “comme les autres”.

 

POUR L’INTEGRATION A LA SOCIETE

La Société n’intègre pas encore les handicapés. Tout se passe comme si leur présence constituait une gêne pour le monde actuel dans la poursuite de sa course au bien-être et au confort.

Les handicapés n’ont pas besoin de pitié.

Ils doivent – quel que soit le poids de leurs infirmités – pouvoir vivre dans la dignité. Quand ils le peuvent, ils veulent assurer librement et pleinement leurs responsabilités. Continuer la lecture

Parution de l’ouvrage Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques)

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage “Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques)”, aux Presses Universitaires de Rennes, en janvier 2018. Ce livre constitue l’aboutissement de huit ans de recherches dans les archives de nombreux pays (Argentine, Brésil, Espagne, Uruguay, France, Suisse, Suède, Etats-Unis).

Ce livre aborde deux sujets, la construction des politiques internationales du handicap et le développement des politiques du handicap à l’échelle nationale au cours du XXe siècle.

Dans la première partie, je restitue la genèse des principales normes internationales sur le handicap adoptées par les organisations internationales des années 1920 jusqu’aux années 1980, en dégageant les enjeux géopolitiques et les multiples pressions exercées par les ONG. J’y démontre que les politiques internationales du handicap changent radicalement d’orientation à partir de la Seconde Guerre mondiale, en basculant vers une logique libérale. En effet, alors que le projet valorisé par le Bureau international du Travail après la Première Guerre mondiale s’inspire des modalités européennes de la rééducation des mutilés de guerre, d’inspiration socialisantes, l’ONU et l’OIT valorisent après la Seconde Guerre mondiale un autre projet de réadaptation des handicapés, d’inspiration plus libérale, développé par les pays de l’espace nord-atlantique, en particulier les Etats-Unis et l’Angleterre. Ce dernier projet se caractérise avant tout par une légalité libérale dans le domaine de l’emploi, avec le refus des mesures de quota appliquées aux entreprises privées, la croyance en une productivité potentiellement égale des invalides, la valorisation du placement sélectif en milieu compétitif pour les travailleurs handicapés productifs, la constitution d’ateliers protégés pour les personnes jugées peu productives et celles au chômage.

Dans la seconde partie, j’analyse la construction des politiques nationales du handicap, en cernant l’influence des mobilisations associatives et celle des experts internationaux. En effet, l’ONU, l’OIT et l’OMS envoient des experts spécialisés sur le handicap en Argentine, au Brésil et en Espagne à la fin des années 1950. Par leur action, les organisations internationales favorisent la convergence progressive des politiques publiques du handicap des trois pays étudiés vers le modèle nord-atlantique des politiques publiques du handicap.

Vous pouvez accéder au plan détaillé de l’ouvrage ici.

Vous pouvez accéder gratuitement à l’introduction de l’ouvrage en cliquant ici.

Les aveugles, interdits d’enseigner dans l’enseignement spécialisé !

manifestation des aveugles devant l’INJA, 1939

En 1785, Valentin Haüy crée un Institut pour enfants aveugles, et tente de diffuser par ce biais l’image “de l’aveugle citoyen, capable d’accéder par l’éducation, à la culture, à l’emploi et à la dignité”. Pour lui, l’aveugle a toute légitimité pour enseigner aux aveugles et aux voyants une large série de disciplines (lecture, arithmétique, histoire, géographie, français, musique, religion)[1]. Au sein de l’institut, plusieurs répétiteurs et chefs de travaux sont d’ailleurs rapidement choisis parmi d’anciens élèves aveugles. Plusieurs décennies plus tard, grâce au développement de l’enseignement spécialisé en braille, de nombreux aveugles instruits accèdent aux postes de répétiteurs et de professeurs dans les institutions spécialisées d’enseignement du braille de Paris et de la province. Plusieurs aveugles deviennent même professeurs dans l’enseignement secondaire à partir du milieu du XIXe siècle.

Une dynamique inverse s’opère pendant la première moitié du XXe siècle : les aveugles sont progressivement écartés des postes de professeurs dans l’enseignement spécialisé, puis ils se voient interdire l’accès aux postes de professeurs dans l’enseignement secondaire et technique suite à l’adoption d’un décret par l’administration de l’éducation nationale pendant la période vichyste, en juillet 1942. Continuer la lecture

Des histoires du handicap à écouter et à regarder

Je profite de la parution de mon ouvrage “Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques)” pour vous signaler plusieurs émissions de radio ou documentaires vidéos de vulgarisation sur l’histoire du handicap.

Emission “Sous les pavés”, par Laurence Difélix, de la Radio Télévision Suisse, sur l’ouvrage “Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques)”. Disponible ici

 

Continuer la lecture

Les aveugles et l’emploi au cours de l’entre-deux-guerres

          A la sortie de la Première Guerre mondiale, les débouchés professionnels des aveugles de guerre et des aveugles civils sont très limités : Beaucoup d’aveugles de guerre bénéficient d’une formation aux métiers de l’artisanat (en vannerie, en brosserie, dans le cannage de chaise, en cordonnerie, ou au tournage de bois). Les aveugles civils adolescents bénéficient des mêmes formations aux métiers de l’artisanat dans les écoles spécialisées pour aveugles. Les femmes aveugles sont cantonnées dans un nombre de métiers encore plus limité : le tricot, le filet, la fabrication des couronnes de perles, ainsi que la brosserie.

Femmes aveugles fabriquant des filets à l'Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?).

Femmes aveugles fabriquant des filets à l’Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?). Archives de l’Institut du Val Mandé.

Continuer la lecture

Protéger les aveugles dans l’espace public au début du XXe siècle : Brassard ou Canne blanche ?

          Après la Première Guerre mondiale, peu d’aveugles circulent dans l’espace public, la plupart restent chez eux. Ceux qui se déplacent en ville pour aller à l’école, à l’hôpital ou dans des ateliers professionnels sont généralement aidés d’un guide, enfant ou adulte. Ces guides appartiennent généralement à la famille ou à l’entourage proche. Les travailleurs aveugles nécessitant des déplacements réguliers en ville, comme les accordeurs de pianos, rémunèrent souvent leur guide, ce qui génère une dépense importante pour eux. De ce fait, dès les premières décennies du XXe siècle, les associations d’aveugles réclament auprès des pouvoirs publics la délivrance d’une allocation économique pour tous les travailleurs aveugles (afin de payer ce guide et de compenser les moindres revenus), et la gratuité du transport public, au moins pour le guide.

            Au cours des années 1920, des représentants associatifs sont préoccupés par la dangerosité de la circulation des aveugles et des sourds dans l’espace public, car ceux-ci deviennent de plus en plus régulièrement victimes de la vitesse des automobiles. En Suisse, à l’initiative de l’Association des sociétés suisses de sourds, les sourds et les aveugles sont invités à porter des insignes circulaires sous forme de brassards, de boutonnières ou de broches. Ces insignes ont une visée protectrice : ils sont destinés à rendre visibles et rapidement identifiables les sourds et les aveugles dans l’espace public, afin de leur éviter des accidents et des “malentendus désagréables” avec la foule. En portant ce type d’insignes, ils deviennent immédiatement identifiables pour les agents de police qui régulent la circulation, et peuvent donc stopper les véhicules pour les laisser traverser les rues. Continuer la lecture