Les luttes pour les droits des personnes handicapées.

Le domaine des luttes politiques pour les droits des personnes handicapées au XXe siècle reste encore largement inexploré. Les rares études existantes portent sur de courtes périodes, généralement postérieures aux années 1970, et sur des espaces géographiques restreints à l’échelle nationale. Deux articles, celui de Pierre Turpin et de Jérôme Bas, analysent les mobilisations complexes des associations françaises de personnes handicapées au cours des années 1970. Les mobilisations des personnes handicapées dans les pays anglo-saxons ont fait quant-à-elles l’objet de plusieurs études (Sharon Barnartt et Richard Scotch, Tom Shakespeare, Paul Longmore, etc.). A en juger par la place qui est attribuée à ces mobilisations dans l’écriture des manuels de sociologie du handicap, les pays anglo-saxons sont encore considérés comme les premiers pôles émetteurs de contestation et de projets émancipateurs au niveau international. Nous ne partageons pas cette conviction. Considérer les pays occidentaux comme les premiers pôles émetteurs de contestation et de projets émancipateurs pour les personnes handicapées au niveau international revient à adopter un point de vue occidentalo-centré. Nous pensons d’une part que la contestation est généralisée au sein des mouvements pour les droits des personnes handicapées dans de nombreux pays du monde au cours des années 1968, et d’autre part qu’il est possible de constater une pluralité d’invention de projets émancipateurs dans des sociétés distantes chronologiquement et spatialement.

De manière schématique, nous pensons qu’il est possible d’identifier trois cycles de radicalisation au sein des mouvements pour les droits des personnes handicapées à l’échelle internationale au cours du long XXe siècle : les années 1930, les années 1968 (1960-1982), et la période actuelle (2008-2014). Nous abordons ici la période des années 1968, et évoquerons les autres périodes dans des billets postérieurs.

La période des années 1968 (1960’s-1982) constitue une période de fortes mobilisations protestataires des personnes handicapées à l’échelle internationale. Lors de la décennie des années 1968, la notion de droits des personnes handicapées se généralise dans les discours des organisations non gouvernementales et des institutions internationales. Cette proclamation des droits interpelle les principaux concernés et leurs familles, et suscite-ou consolide – de nouvelles aspirations chez eux. La comparaison entre les discriminations qu’ils subissent et ce qu’ils estiment désormais pouvoir obtenir génère chez eux un sentiment d’injustice qu’ils expriment dès que les opportunités politiques le permettent. Pendant la même décennie, de nombreuses associations de personnes handicapées se constituent en affirmant un positionnement politique très net, en lien avec le contexte de guerre froide de l’époque. Certaines associations adhèrent au marxisme, d’autres à la théologie de la libération, à la nouvelle gauche qui questionne les orientations du parti communiste, ou à l’anarchisme. En Espagne, l’association minusvalidos unidos à Madrid arbore fièrement son appartenance communiste dans les manifestations. En Argentine, les membres du Frente de Lisiados Peronistas adhèrent dans leur très grande majorité à la tendance marxiste du péronisme.

Deux facteurs, l’effervescence politique et la promotion du concept de droits des personnes handicapées, agissent comme des catalyseurs au sein des mouvements pour les droits des personnes handicapées. Dans de nombreux pays, ils suscitent l’augmentation de la culture sociale de la contestation en leur sein, le recours massif et réitéré à des actions contestataires dans l’espace public pour défendre leurs droits, et la construction de nouvelles utopies émancipatrices. Les aspirations en faveur de l’émancipation des personnes handicapées, affirmées dès avant 1968, gagnent donc en ampleur et se radicalisent pendant la décennie 1968-1982.

Nous avons effectué une recension des actions radicales mentionnées dans nos sources, mais celle-ci ne peut pas prétendre à l’exhaustivité. Nous y avons inclus les manifestations de rues, les grèves de la faim, les occupations de locaux, ainsi que des actions contestataires alternatives (concentration publique, enchaînement, interruption d’un acte culturel public, etc.). Le principal écueil de notre recensement réside dans le fait que la défense des droits des personnes handicapées peut se faire dans des manifestations de rues aux mots d’ordre plus généraux, convoquées par les syndicats ou les partis politiques, que nous ne comptabilisons pas.

Les mobilisations radicales observées dans chaque pays possèdent leur propre singularité, qui tient à la présence d’un contexte social, politique et culturel différents. Les premières mobilisations débutent en Argentine à la fin du mois de mai 1973, avec l’arrivée au pouvoir d’Hector Campora et de Perón qui suscite un énorme espoir de justice sociale et de renversement de l’ordre économique capitaliste chez une fraction de la population ; en Espagne pendant le second trimestre 1976, lors de la période de transition démocratique qui suit la mort de Franco ; et au Brésil après 1979, avec la démocratisation lente, progressive et non linéaire du régime dictatorial.

L’Espagne se distingue par le grand nombre d’actions radicales réalisées entre 1976 et 1982 (78), tandis que nous n’avons recensé que dix actions radicales en Argentine au cours de la décennie, et 25 au Brésil. Si nous mesurons l’intensité de la contestation au regard du nombre d’habitants de ces pays au milieu des années 1970 (26 millions en Argentine, 110 millions au Brésil, 35 millions en Espagne), l’intensité de la contestation en Espagne est largement supérieure à celle des autres Etats (près de 10 fois supérieures à celle du Brésil, 5 fois à celle de l’Argentine). Le niveau de protestation en Espagne est également cinq fois supérieur à celui des Etats-Unis (212 millions d’habitants), où Sharon Barnartt et Richard Scotch ont recensé 97 actions contestataires engagées par des personnes handicapées (y compris les sourds) entre 1970 et 1982.

Les mobilisations brésiliennes se limitent à un seul registre d’action, la manifestation de rue, alors qu’elles sont beaucoup plus diversifiées en Espagne et en Argentine, où les personnes handicapées physiques et sensorielles n’hésitent pas à occuper des locaux (19 en Espagne, 3 en Argentine), à effectuer des grèves de la faim (2 en Espagne, 1 en Argentine). A Barcelone, plusieurs militants s’enchaînent également aux lampadaires des Ramblas, et interrompent une pièce de théâtre. Les caractéristiques des actions associatives (recours à des manifestations dans les rues, des grèves de la faim, etc.) s’expliquent par les entraves posées par le contexte politique et par les choix stratégiques des dirigeants. Ces actions ont pour objectifs principaux de dénoncer les pratiques charitables, d’obtenir l’accessibilité des lieux publics, de conquérir un droit à l’emploi par la mise en place de législation spécifique, et d’affirmer leur capacité à s’autodéterminer.

Pour en savoir plus, lire :

Sharon Barnartt, Richard Scotch, Disability protests : contentious politics : 1970 to 1999, Washington, Gallaudet University Press, 2001.

Jérôme Bas, « Des paralysés étudiants aux handicapés méchants. La contribution des mouvements contestataires à l’unité de la catégorie de handicap  », Genèses, vol. 107, no. 2, 2017, pp. 56-81.

Gildas Brégain, « An entangled perspective on disability history: The disability protests in Argentina, Brazil and Spain, 1968-1982 », in Sebastian Barsch, Anne Klein and Pieter Verstraete (dir.), The Imperfect Historian : Disability Histories in Europe, Peter Lang, Frankfurt am Main, 2013, pp. 133-154.

Gildas Brégain, « Chapitre 5. La radicalisation des mouvements pour les droits des personnes handicapées », in : L’internationalisation imparfaite d’une modernité nord-atlantique. Essai d’histoire croisée des politiques publiques du handicap en Argentine, au Brésil et en Espagne (1956-1982), thèse d’Histoire sous la direction de Luc Capdevila et Joana Maria Pedro, soutenue le 2 juin 2014, Université de Rennes II. Disponible sur http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/01/03/79/29/PDF/2014theseBregainG.pdf

– Pierre Turpin, « Les mouvements radicaux des personnes handicapées en France pendant les années 1970 », in C. Barral, F. Paterson, H-J. Stiker, M. Chauvière (dir.), L’institution du handicap. Le rôle des associations, Rennes, PUR, 2000, pp. 315-324.

– Tom Shakespeare, « Disabled people’s self-organisation : a new social movement? », Disability, Handicap and Society, vol. 8, n°3, 1993.

– Paul Longmore, « The disability Rights moment », Why I Burned my Book and other essays in Disability, Temple University Press, Philadelphia, 2003, p. 105-111.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.