En Espagne, la Charte revendicatrice des personnes physiquement saines

En Espagne, Vicente Valero Sanchez, appartenant à la coordination des diminués physiques de Valence, élabore au début de l’année 1980 une Charte revendicatrice des personnes physiquement saines (Tabla Reivindicativa de las Personas fisicamente dotadas). Il y énumère de manière sarcastique les droits attribués aux personnes physiquement dotées, reflet de la situation de marginalité dans laquelle est maintenue la majorité des personnes handicapées physiques. Toute l’ironie consiste à renverser totalement la hiérarchie sociale, avec un basculement de la charge discriminatoire à destination des personnes physiquement dotées.

Charte revendicatrice des personnes physiquement saines

1° Toutes les rues seront des descentes.

2° Lorsque n’importe quel HP (Handicapé Physique) le demandera, toute personne saine physiquement se verra obligée à réaliser autant de prestations sexuelles qu’on lui demandera.

3° Les postes politiques seront couverts par des H.P. On n’en réservera que 2% aux personnes physiquement saines.

4° Chaque HP aura le droit d’avoir deux femmes.

5° Chaque couple de deux femmes aura droit à un H.P.

6° Il faudra inventer un salut en accord avec la dignité des H.P. Ce salut se fera avec un genou à terre.

7° Aucune tête ne pourra dépasser celle des HP qui sont en fauteuil roulant.

8° Il faudra établir des transports spéciaux pour les personnes physiquement saines.

9° En cas de conflits entre des personnes physiquement saines et des H.P ces derniers n’auront pas toujours raison, mais les personnes physiquement saines n’auront JAMAIS raison.

10° Toute interprétation de ces lois sera faite par Valero et sa DÉCISION sera sans appel.

11° Les personnes physiquement saines ont aussi leurs droits. Droits à trépigner, droit à se taire et droit à vivre de la charité et de la mendicité.

12° Les enfants nés sans D. P. (déficience physique) auront droit à une ÉDUCATION SPÉCIALE

13° Toute personne dont le manque de défauts physiques sera trop évident aura le droit qu’on lui ampute n’importe quel membre aux frais de l’Insécurité sociale.

14° Toute H.P aura droit à cinq hommes.

15° chaque groupe de dix hommes aura droit à une H.P.

16° Toute personne physiquement saine pourra demander qu’on lui fasse passer une visite médicale qui détermine sa condition d'”IDIOT-PLÉGIQUE”. Grâce à cette condition, il deviendra bénéficiaire du “FOND NATIONAL D’ASSISTANCE AUX IDIOTSPLÉGIQUES” ce qui lui donnera droit à une pension de 1500 pesetas qui lui permettra de vivre dignement et décemment.

Source : Vicente Valero Sanchez (Coordinadora de Valencia), « Tabla Reivindicativa de las personas fisicamente dotadas », En Marcha, Madrid, n°2, mayo 1980, p. 12.

Cette déclaration des droits subversifs montre à quel point la société est conçue à partir de la norme de la personne saine et pas de la personne physiquement diminuée. Si la norme de la société était basée sur la personne physiquement diminuée comme norme physique, l’organisation de la société serait tout autre. Selon la fiction imaginée par Vicente Valero, tous les postes politiques seraient occupés par des personnes handicapées physiques, sauf 2% réservé aux personnes « saines ». Les rues « seront des descentes », et des services éducatifs et de transport spécialisés seraient constitués à destination des personnes saines. Les personnes handicapées physiques auraient droit d’avoir plusieurs partenaires sains, obligés de délivrer des prestations sexuelles aux personnes physiquement diminuées. Les personnes « saines » auraient le droit d’être amputées d’un membre, en étant couvertes par l’insécurité sociale (Inseguridad Social).

Les critiques émises sont donc à considérer comme une volonté de subvertir l’ordre social, comme une fiction comportant de nombreuses notes humoristiques. Cette déclaration dénonce en creux les nombreuses difficultés sociales éprouvées par les personnes handicapées. Du fait de la faiblesse des pensions délivrées par l’administration, elles sont maintenues dans une extrême pauvreté et se trouvent souvent contraintes de mendier. La Table dénonce également la labellisation opérée par l’administration, l’aspect discriminatoire des services spécialisés (éducatifs, transports) qui leur sont dédiés, leur difficulté d’accéder à une vie sexuelle épanouie, tout comme l’autoritarisme des personnes « saines » qui décident à leur place.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.