Les photographies de manifestations des personnes handicapées des années 1970.

Prises sur le vif, les photographies de manifestations sont généralement considérées pour leur valeur informative, et les chercheurs sont tentés de leur attribuer une dimension objective. Néanmoins, elles ne reflètent pas la réalité de l’événement, mais la vision que désire en donner le photographe, ou l’éditeur du journal lorsqu’elles sont publiées. L’historien doit donc se montrer prudent lorsqu’il s’interroge sur la valeur documentaire de ces clichés, puisqu’elles tendent à naturaliser les faits qu’elles documentent. Pour éviter les erreurs de sens ou d’interprétation, il est nécessaire de comprendre les conditions de la production et de la diffusion de ces photographies.

Pour cela, il faut prendre en compte les possibilités techniques de photographie de l’époque, pour déterminer précisément les choix techniques et esthétiques, notamment les choix de cadrage du photographe, et analyser les choix éditoriaux de publication de la photographie au sein d’un ensemble plus large (titre de l’article, légende, etc.).

Prenons l’exemple d’une photographie publiée dans le journal argentin El Descamisado, journal officieux des Montoneros, un groupe péroniste révolutionnaire d’orientation marxiste. Cette photo montre des hommes portant une pancarte « Nous ne demandons pas l’aumône, seulement que l’on respecte nos droits (No pedimos limosna, solamente queremos nuestros derechos ».

Photographie prise par un inconnu sur la manifestation des internés de l’Institut municipal de réadaptation, Buenos Aires, fin mai/début juin 1973.

photolisiados1

Source : « Lisiados », El Descamisado, Buenos Aires, n°3, 5 de junio de 1973.

Si quelqu’un observe cette photographie sortie de son contexte éditorial, il lui attribuera une grande valeur historique, puisqu’elle peut symboliser le mouvement d’émancipation des personnes handicapées qui s’affirme au cours des années 1968. Les hommes y sont en train de poser devant le photographe, avec une pancarte affirmant leur contestation de la charité et la nécessité de respecter leurs droits et leur dignité.

Cette photographie est bien placée – donc mise en avant – dans un article qui occupe presque une page de la revue El Descamisado.

photolisiados2

Cet article est intitulé sobrement « Lisiados » (infirme) et comporte deux autres photographies qui témoignent des activités professionnelles des personnes handicapées, et qui ne contiennent donc aucun indice visuel d’une protestation. La teneur qui se dégage d’une lecture visuelle rapide des trois photographies est donc celle d’une protestation modérée. Mais la légende de ces trois photographies (« les pancartes expriment une aspiration légitime : Assez de morts » (los carteles expresan un justificado anhelo : basta de muertos), et le contenu écrit de l’article attribuent à la première photographie une sens très contestataire.

L’article dénonce à la fois les mauvaises conditions de vie des internés des centres de réadaptation de Buenos Aires (nourriture « immonde », manque d’attention médicale, etc.), et l’exploitation des travailleurs dans les ateliers protégés annexes aux centres de réadaptation. L’article est particulièrement virulent à l’égard de l’Asociación de ayuda y orientación al inválido, qui gère les ateliers protégés. L’auteur considère que derrière cette association «  se cache une filiale de l’organisation internationale du travail, c’est-à-dire les intérêts des Etats-Unis, c’est-à-dire la CIA ». L’auteur s’appuie sur le fait que le directeur du centre de réadaptation, Antonio Lacal Zuco, a été formé à l’OIT, et sur le fait que le travail effectué par les travailleurs infirmes bénéficie aux entreprises multinationales comme Philips, Bendix, Winco. L’article dénonce également le fait que l’association paye un salaire de misère aux travailleurs concernés, et qu’elle met certains travailleurs hémophiles en danger en les faisant travailler avec des scies dans des travaux de charpenterie. Alors que l’auteur de l’article oriente ses commentaires vers la contestation de l’impérialisme des Etats-Unis, il est certain que les revendications du groupe des jeunes handicapés sont beaucoup moins ambitieuses : Ramón Colman, qui fut à ce moment-là le président du Club des élèves de l’Institut municipal, nous déclare que les revendications furent surtout ponctuelles et concrètes, malgré ce que pourrait laisser supposer la pancarte. Peu formés et politisés, ils réclament l’obtention d’une petite allocation pour pouvoir s’acheter des vêtements et de la nourriture, et protestent contre la mauvaise nourriture, la mauvaise attention médicale, et le fait que les membres du personnel rapportaient la viande chez eux, laissant la nourriture bas de gamme pour les patients. Après une négociation avec le maire de Buenos Aires et d’autres représentants officiels, leur lutte s’avère victorieuse, la nourriture et l’attention médicale s’améliorent. Quelques mois plus tard, le maire leur attribue une allocation et un local pour faire du sport.  Toutefois, il est probable que certains patients de cet institut municipal étaient davantage politisés, membres du Frente de Lisiados Peronistas. Eux percevaient cette mobilisation comme une lutte pour les droits des personnes handicapées, ce qui expliquerait le slogan politique de la pancarte, à moins que la teneur de ce slogan soit due à l’influence des journalistes montoneros du Descamisado qui venaient interviewer les jeunes en lutte.

Prenons un autre cas, celui d’un reportage photographique publié dans la revue El Descamisado sur la manifestation du Frente de Lisiados Peronistas (front des handicapés péronistes) du 24 juillet 1973 à Buenos Aires.

Le 24 juillet 1973, plusieurs dizaines de militants handicapés péronistes se déplacent à l’Avenida del Libertador et arrêtent le trafic en y plaçant des lits et des chaises orthopédiques. Ils manifestent alors avec des pancartes « Libres ou morts, mais jamais esclaves » (reprenant ainsi un slogan des Montoneros), « Soutien et sécurité pour les infirmes ». La police intervient rapidement et disperse la manifestation pour rétablir la circulation. En s’opposant à cette intervention et en négociant avec la police, le Frente de Lisiados Peronistas obtient la possibilité de s’exprimer devant les moyens de communication. Mais le pouvoir utilise la censure et interdit aux journaux qui avaient envoyé des journalistes sur place d’écrire des articles à ce sujet. Seul le journal officieux des Montoneros, El Descamisado, publie un article à ce sujet, intitulé « Saquen a los Lisiados de ahi (Dégagez les infirmes de là) », accompagné de la reproduction de 11 photographies, dont 10 de la manifestation, et une concernant l’attente des groupes pendant les jours précédant la manifestation (n°8).

La reconstruction de l’agencement initial des négatifs des photographies de la manifestation permet de dégager les intentions politiques des journalistes qui ont construit le reportage. La disposition des photographies dans la revue, qui ne respecte pas le déroulement des événements, tend à donner l’image d’une manifestation violentée par les forces de l’ordre, ce qui est renforcé par les légendes des photographies.

Reportage photographique sur la manifestation du Frente de lisiados peronistas du 24 juillet 1973 paru dans la revue El Descamisado.

FLP1

FLP2

Source : « Saquen a los lisiados de ahi », El Descamisado, Buenos Aires, n°11, 31 de julio de 1973, pp. 12-15.

Ces photographies ont probablement été réalisées par un amateur, membre ou sympathisant du Frente de Lisiados Peronistas, car certaines sont mal cadrées, d’autres prises dans la précipitation. Leur analyse permet de confirmer le faible nombre de militant-e-s présents, plusieurs dizaines tout au plus. Selon l’un des principaux protagonistes, Gilberto Rengel Ponce, ils étaient environ 80. L’analyse des photographies confirme aussi le fait que la manifestation était principalement dirigée contre deux associations privées, l’Asociación de Orientación y Ayuda al invalido (AOI) et la Coordinación de obras privadas de rehabilitación (COR) qui détenaient des ateliers d’emplois protégés où travaillaient des personnes handicapées, puisque des pancartes arborées par les manifestants les désignent expressément. Les manifestants dénoncent le fait que ces organisations privées exploitent les travailleurs handicapés, en les payant un salaire de misère et en ne se préoccupant pas du tout de leur santé, et réclament la mise en place d’une législation leur garantissant un accès à un emploi digne et correctement rémunéré.

La reconstitution de l’agencement initial des négatifs nous incite à prêter davantage d’attention à la photographie n°4, peu mise en valeur, où l’on peut constater deux feux avec beaucoup de fumée noire sur la gauche. Les militants ont donc mis le feu à des pneus, à du plastique ou à des bois, un fait non mentionné ni dans l’article ni dans les entretiens. Cela explique aussi l’arrivée rapide des pompiers sur les lieux.

La disposition des photographies dans la revue ne respecte pas le déroulement des événements, et tend à donner l’image d’une manifestation violentée par les forces de l’ordre, ce qui est renforcé par les légendes. Sur les 11 photographies, 5 montrent les personnes handicapées et leurs compagnons tentant de maîtriser l’action des pompiers et d’éviter l’usage des lances à incendie (photo n°1, n°3, n°6, n°7, n°11), et une témoigne de l’intervention d’un policier (photo n°9). D’ailleurs, l’une des plus spectaculaires, qui montre un invalide à terre, a en réalité fait l’objet d’une mise en scène. Daniel Escobar, l’un des membres du FLP et à l’époque proche des leaders, nous raconte que plusieurs manifestants ont encouragé l’un des leurs qu’ils surnomment  »Pirata » à se jeter à terre : « Pirata, lance-toi à terre ». Celui-ci s’exécute, et une photo est prise. Elle est insérée dans la revue, accompagnée d’une légende indiquant : « trempé, réprimé, le travailleur infirme gît épuisé », exagérant ainsi les degrés de la répression. Le choix d’un unijambiste, sans prothèses, suggère une mise en scène de la vulnérabilité de la personne handicapée, pour accentuer la dureté de la répression. En réalité, si des altercations ont bien lieu entre les personnes handicapées, leurs accompagnateurs et les pompiers afin d’enlever les pompes à incendie, aucun blessé n’est à déclarer à la fin de la manifestation. Et ce, alors que la police et les pompiers avaient reçu l’ordre des autorités d’évacuer immédiatement les manifestants : ces derniers avaient clairement entendu dans le talkie-walkie de l’un des responsables « Dégagez les infirmes de là ».

L’agencement des différentes photographies a donc pour objectif de politiser la manifestation, afin de mettre en exergue la répression. Les journalistes d’El Descamisado utilisent la manifestation des personnes handicapées pour dénoncer l’attitude et surtout l’orientation politique du nouveau ministre des Affaires sociales, José López Rega, qui appartient à la droite péroniste. Ils souhaitent ainsi démasquer l’ambigüité de la politique du gouvernement d’Hector Campora, du fait de l’entrée récente au gouvernement de nouveaux ministres proches du patronat, de la droite et de l’Armée. Ces jeunesses péronistes de gauche veulent susciter une mobilisation populaire pour accéder au pouvoir et ainsi construire une patrie socialiste. Fabriquer de l’indignation au travers de leur revue est un moyen d’y parvenir.

 

Pour plus d’informations, lire Gildas Bregain. « Les photographies des manifestations pour les droits des personnes handicapées en Argentine, au Brésil et en Espagne, années 1970 », In Bénédicte Rochet, Ludo Bettens, Florence Gillet, Christine Machiels, Anne Roekens (dir.), Quand l’image (dé)mobilise. Iconographie et mouvements sociaux au XXe siècle, Presses Universitaires de Namur, 2015, pp. 35-52.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.