Les personnes handicapées, actrices de leur histoire et de l’histoire en général

Les personnes handicapées sont encore généralement considérées comme passives par la société. Il ne faut donc pas s’étonner si elles sont absentes en tant qu’acteurs historiques dans les manuels d’enseignement d’histoire. Ceux-ci ne mentionnent en général jamais les personnes handicapées comme actrices de l’histoire, mis à part quelques exceptions notables de dirigeants handicapés (Roosevelt). Cette absence mérite d’être questionnée. J’ai personnellement l’espoir que les recherches sur l’histoire du handicap contribueront à faire évoluer le contenu des manuels scolaires, et qu’enfin des personnes handicapées figureront en tant qu’actrices de transformation de la société, au même titre que d’autres acteurs.

Les personnes handicapées sont actrices de l’histoire en général, par leurs actions collectives et individuelles. L’historien peut facilement étudier les actions collectives qu’elles mènent auprès des gouvernants, et qui influent sur la construction des politiques publiques du handicap. En plus de la presse, les archives des associations et des administrations contiennent de nombreuses sources précieuses sur cette question. Cependant, à cause du faible nombre de travaux sur cette question, ces engagements politiques des personnes handicapées restent encore largement inconnus des historiens des mouvements sociaux. C’est ce qui rend possible le fait qu’un ouvrage encyclopédique formidable comme 1968, une histoire collective (1962-1981) dirigé par Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel ne contient aucun article sur les mouvements de personnes handicapées.

Une question beaucoup plus délicate à résoudre est celle de la contribution individuelle et collective des personnes handicapées à la production (agricole, artisanale, industrielle) et à leur situation réelle sur le marché du travail. Nous ne disposons pas de statistiques fiables sur les activités professionnelles des personnes handicapées. Les statistiques existantes sembleraient indiquer qu’au moins 80% des personnes handicapées sont au “chômage” au moins jusqu’au début des années 1970 dans la plupart des pays du monde. En réalité, il serait plus exact de dire que la très grande majorité des personnes handicapées sont exclues de l’exercice d’une activité professionnelle rémunérée à cause de l’organisation sociale du travail. Si la grande majorité des personnes handicapées n’a pas d’emploi officiel, cela ne signifie pas pour autant qu’elles ne développent pas certaines activités de façon non rémunérée, pour aider des membres de leur famille ou de leur voisinage (garde d’enfants, collecte du bois, jardinage, etc.). Cerner cette contribution aux activités quotidiennes n’est pas facile pour l’historien, puisque ces activités ne sont pas enregistrées par des entreprises, des administrations ou des Eglises. Toutefois, les archives judiciaires ou policières peuvent apporter des éclairages individuels intéressants. Ainsi, en étudiant les dossiers de crimes sexuels au Brésil au cours des années 1970, Eva Lucia Gavron relate le cas de Perla, une jeune femme de 16 ans, considérée comme ”retardée mentale” par ses parents et le voisinage, et qui accouche soudain d’un bébé. Perla restait traditionnellement à la maison toute la journée, en compagnie de son père, qui était retraité. Enfant, elle s’est rendue trois fois à l’école, mais elle est rapidement revenue à la maison, puisqu’elle ne réussissait pas à apprendre. Elle exécute au quotidien des tâches ménagères simples, et joue avec les petits enfants. Lorsqu’elle est à la maison, elle est violée régulièrement par son père, et le voisinage est au courant de ces relations incestueuses (Gavron, 2008).

Dans les trois pays que nous avons étudiés (Espagne, Brésil, Argentine), la majorité des personnes handicapées disposant d’une activité rémunérée s’adonne à des activités professionnelles peu qualifiées du secteur des services (vente de billets de loterie, vente ambulante, service de gardiennage de voitures, etc.) ou des activités marchandes informelles ou illégales dans la rue (mendicité, vol, etc.) au cours des années 1970. L’historien a le devoir de s’intéresser à toutes les activités effectuées par les personnes handicapées non institutionnalisées, afin de comprendre leur rôle dans le fonctionnement de la société locale.

Où qu’elles vivent, les personnes handicapées sont dotées d’une marge de liberté dans leur action individuelle. Même lorsqu’elles sont internées dans une institution, elles possèdent une  capacité d’action autonome (agency) sur certains aspects de leur vie. Cette capacité d’action autonome ne se réduit pas à la possibilité d’organiser des protestations collectives. L’historien doit ainsi être attentif aux manifestations strictement individuelles, passives ou actives, restées dans la sphère privée (cris, mutisme, gesticulations, refus de se médicamenter, etc.) ou parvenues dans la sphère publique (fugue, suicide, etc.). Il est nécessaire de les interpréter non comme des manquements au règlement, mais comme le potentiel de résistance de personnes subalternes. L’historien doit également faire attention aux choix effectués par les personnes handicapées lorsqu’elles décident de réaliser des actions dénotant une certaine aspiration à l’épanouissement, comme la réalisation de certaines activités professionnelles, de loisirs pendant le temps libre, ou la communication avec d’autres internés. Les personnes handicapées participent à la construction de leur sociabilité dans le cadre des possibilités offertes par l’institution, et sont souvent à même de faire le choix de rester isolées, ou en groupe. L’historien peut donc s’intéresser à leurs amitiés, amours et inimitiés, qui sont constructeurs d’une identité sociale. Pour ce faire, il peut s’appuyer sur des entretiens, des journaux intimes, les lettres privées, des poèmes ou des dessins, révélateurs de leurs multiples sentiments et désirs. Il faut cependant rester prudent dans l’analyse des aspirations des malades et des personnes handicapées, qui sont très diverses en fonction de leurs origines sociales et culturelles. En effet, les paramètres qui définissent un niveau de confort, d’épanouissement ou de nuisances ne sont pas des données objectives, mais le produit d’une construction sociale. Enfin, il ne faut pas oublier que les personnes handicapées sont également capables d’avoir une pensée autonome, et sont donc en mesure d’attribuer d’autres significations au traitement et à l’internement que celle délivrée par le personnel médical et l’institution.

Pour en savoir plus :

KUDLICK, Catherine J. (2003). « Disability History : why we need another ”other” », American Historical Review, n°108, p. 763-793.

GAVRON, Eva Lucia (2008). Dramas e Danos : estudo das vitimas de crimes sexuais na região de Florianopolis (1964-1985), UFSC , tese de doutorado em Historia, sob a orientação da profa Dra Cristina Scheibe Wolff, Florianopolis.

BREDBERG, Elizabeth (1999). « Writing Disability History : problems, perspectives and sources », Disability and Society, vol. 14, n°2, pp. 189-201.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.