Etude comparative de la couverture médiatique de deux marches pour les droits des personnes handicapées (Espagne 1933, Bolivie 2011).

En septembre 1933, une demi-douzaine de personnes dites « invalides » entreprennent une marche entre Zaragoza et Madrid. Ces militants demandent le placement des invalides aptes à des postes subalternes de l’Etat, et la concession de pensions à vie pour ceux qui ne peuvent pas travailler.

Le 15 novembre 2011, à Trinidad (Bolivie), dix sept personnes handicapées physiques débutent une marche de plus d’un millier de kilomètres afin de rejoindre la capitale La Paz. Leur objectif est de revendiquer le droit à l’obtention d’une pension de 3000 pesos bolivianos. Leur voyage se termine 100 jours plus tard, le 23 février 2012. Cette marche mobilise en tout plus d’une centaine de personnes handicapées appartenant aux couches les plus populaires de la société.

Nous allons tenter brièvement d’analyser la couverture médiatique différente portée à ces deux marches de personnes handicapées, qui se définissent par le fait de « parcourir à pied de longues distances de ville à ville à travers un ou plusieurs pays pour sensibiliser les populations des régions traversées à une injustice et pour interpeller l’opinion et les pouvoirs publics ».

La marche de 2011 fait l’objet d’une couverture médiatique nettement différente de celle de 1933, notamment du fait des progrès techniques réalisés dans le domaine de la photographie au cours du XXe siècle (apparition des photographies numériques, démocratisation de la photo, généralisation de la prise d’images en mouvement, etc.).

André Gunthert a déjà analysé l’importance des transformations techniques de la photographie, et notamment la « conquête de l’instantané photographique » qui s’est opérée à la fin du XIXe siècle, et la transition vers les photographies numériques après les années 1990, qui deviennent des supports à la conversation lorsqu’elles sont postées sur les réseaux sociaux (facebook, etc.) (Gunthert, 2014).

Nous n’avons retrouvé que trois reproductions de photographies argentiques en noir et blanc de la marche de 1933, dont deux ont été publiées dans le journal La Voz de Aragon, et la troisième dans le journal El Bien publico. Ce sont des photographies de groupe, prises au départ à Zaragoza et à l’arrivée à Madrid, par des journalistes professionnels. Les marcheurs posent pour le photographe sur deux de ces photos, alignés devant la foule et avec leur banderole « Comision pro invalidos de Zaragoza». Ces photos servent plusieurs objectifs : informer sur l’existence de la marche, présenter l’ensemble des protagonistes aux lecteurs des journaux (avec des signes ostensibles de leur déficience, notamment les béquilles), fixer l’instant par le biais d’une photo-souvenir. Elles ont donc valeur de témoignage. Les moyens techniques disponibles ne permettent alors pas de faire des portraits rapprochés, ce qui explique le fait que les expressions des visages et les émotions sont difficilement perceptibles. On peut toutefois supposer à leur attitude qu’ils sont fiers et enthousiastes de leur périple.

Copie d’une photographie de A de la Barrera du départ de la marche, publiée dans La Voz de Aragon.

 photomarcheursespagnols

Source : « En demanda de apoyo. Una comision pro invalidos marcha a pie y sin recursos a madrid », La Voz de Aragon, 19 de septiembre de 1933.

Les représentations médiatiques de la marche de 2011-2012 sont beaucoup plus nombreuses, diversifiées, colorées, et sur des supports beaucoup plus variés. L’apparition des méthodes de photographie numérique à partir des années 1990, et leur démocratisation progressive, permet aux acteurs de photographier et de filmer massivement la marche, grâce à des appareils photos ou des téléphones portables dotés d’une telle fonction. Cette circulation plus large des moyens photographiques offre l’opportunité à certains marcheurs de prendre des photographies de la marche, et donc d’offrir éventuellement une autre représentation de l’évènement.

Les images de la marche de 2012 peuvent être globalement séparés en deux groupes, celles qui représentent les marcheurs au cours de leur voyage sur les routes boliviennes, et celles qui les montrent dans des actions radicales – et parfois violentes – dans certaines villes (Santa Cruz, La Paz). Les plus nombreuses, et celles qui sont les plus utilisées dans les films, sont les secondes. Elles représentent souvent l’affrontement entre les forces de l’ordre et les manifestants de manière dichotomique (personne handicapée isolée ou affaiblie, dénudée, entourée ou opposée à des forces de l’ordre alignés, groupés).

Ces images sont utilisées avec un objectif militant, pour dénoncer la violence policière et le dénuement extrême des personnes handicapées. Elles mettent l’accent sur la colère, le désespoir des personnes handicapées. Elles s’opposent en cela aux images de la marche de 1933, qui ne laissent transparaître aucune émotion négative.

Les images qui représentent les marcheurs au cours de leur périple renseignent les aspects quotidiens de la marche (marche, repas, etc.). Le groupe entier est souvent photographié ou filmé avançant en file indienne sur le bord des routes goudronnées. Ces images du cortège permettent de montrer l’unité et la force du collectif. Les images montrent également certains militants vêtus des habits traditionnels indigènes, et d’autres arborant le drapeau de la Bolivie. La mise en scène de cette appartenance nationale sert à affirmer leur dignité et leur citoyenneté. D’autres photographies, prises «en interne» par les marcheurs, sont des portraits de leurs compagnons de voyage (humains ou animaux).

Contrairement à la marche de 1933, qui n’est médiatisée que de manière faible et décalée dans le temps par la presse et probablement par la radio, l’existence de la marche bolivienne est propagée sur de multiples supports (presse, radio, télévision) de manière souvent simultanée. Avec la dématérialisation des supports et la diffusion d’appareils photographiques bon marché, les usages amateurs des images se sont multipliés. La production d’image est quotidienne, détachée du cérémonial (pose, etc.) mais contrainte par de nouvelles conventions sociales.

La marche de 2011-2012 bénéficie d’une médiatisation suivie et régulière de la part du programme matinal Hola Pais de la chaine PAT, diffusant en direct certains entretiens avec les dirigeants handicapés. D’autre part, les acteurs boliviens, et notamment les marcheurs, utilisent le nouvel espace d’expression médiatique qu’offre internet, en publiant en ligne sur des blogs, des réseaux sociaux (facebook, tweeter), ou des sites de partage de vidéos (youtube, dailymotion).

Lors de la marche bolivienne, les personnes handicapées se dénudent de manière stratégique à plusieurs reprises (14 décembre, 2 février, 23 février) pour attirer l’attention des médias et gagner l’opinion publique à leur cause. Cette récurrence de la mise en scène du corps dénudé nous incite à relativiser la spontanéité de cette pratique.

Lors de leur arrivée dans la ville de Santa Cruz le 14 décembre, plusieurs marcheurs se dénudent le haut du corps, descendent de leur chaise roulante, se jettent à terre et rampent pendant plusieurs dizaines de minutes pour arriver jusqu’à la place principale de Santa Cruz. Dans le même temps, ils crient «Bono o muerte». D’autres personnes gravement handicapées sont posées sur des draps par terre et tirées sur plusieurs dizaines de mètres.

 desnudos15dicSantacruz

Source : « Discapacitados llegan a Santa Cruz », Boliviatv.net, 14 de diciembre de 2011. Disponible sur www.boliviatv.net/2011/12/discapacitados-llegan-santa-cruz.html

A leur arrivée à La Paz le 23 février, face à l’attitude intransigeante du pouvoir qui leur refuse d’accéder au palais présidentiel, une dizaine de personnes handicapées se dénudent le haut du corps.

desnudoslapatria

Source : « Policia reprime a discapacitados que marcharon durante 100 dias », La Patria, La Paz, 24 de febrero de 2012.

Légende de la photo : « Policias impiden el ingreso de discapacitados a la plaza Murillo, quienes por desesperacion se desnudan ».

Le lendemain, certains décident ensuite de mettre en scène leur propre crucifixion, en se positionnant en croix dos contre des grilles et en s’attachant les poignets avec des cordes. D’autres se confinent dans des cellules engrillagées probablement apportés par les dirigeants de la marche afin de mimer leur emprisonnement. Le journal La Patria choisit de publier sur la une du journal du 25 février une photographie de cette mise en scène de leur mort physique et sociale, qui suscite d’intenses réactions parmi le public.

 crucifixionLapatria

Source : « No queremos lastima, queremos solucion gritan en medio de la lluvia. Los discapacitados se crucifican y Ecuador condena agresion policial », La Patria, La Paz, 25 de febrero de 2012.

Cette valorisation de leur fragilité corporelle et de leur dénuement a pour objectif de visibiliser leur action en offrant aux médias des images-spectacles, tout en apitoyant le public. Certains marcheurs n’hésitent donc pas à utiliser leurs corps pour en faire un outil de propagande et instrumentaliser politiquement l’émotion des citoyens. Leurs corps constitue alors « un support de signes pour revendiquer les qualités que le groupe s’attribue, ou voudrait qu’on lui attribue » (Soutrenon, 1998). D’autre part, les militants font revêtir à leur marche une dimension éthique, puisqu’ils intitulent leur marche «Caravana de la integracion».

Cette stratégie médiatique fonctionne parfaitement, puisque de multiples médias relayent des images de cette action, ce qui met une pression politique considérable sur les membres du gouvernement, perçus comme insensibles à la souffrance des personnes handicapées.

L’écho médiatique de la marche de 1933 ne semble pas dépasser l’échelon national, alors que celui de la marche de 2012 est résolument transnational. Informés par les médias, certains acteurs internationaux n’hésitent pas à intervenir dans le débat public. Le vice-président d’Equateur, Lenin Moreno, lui même handicapé en fauteuil roulant, envoie une lettre à Evo Morales pour condamner la «violente répression dont ont été victimes les frères boliviens handicapés » et pour proposer sa médiation pour résoudre le conflit. Sa proposition est rejetée par le vice ministre bolivien de la coordination avec les mouvements sociaux.

Pour en savoir plus, lire : Gildas Brégain, « Comparative Study of two protest marches for disabled peoples rights (Spain 1933-Bolivia 2011 », Moving the Social. Journal of Social History and the History of Social Movements, n°56, 2016, p. 115-140. Disponible sur : https://www.academia.edu/32164665/Comparative_Study_of_Two_Protest_Marches_for_Disabled_Peoples_Rights_Spain_1933_Bolivia_2011_

– Gunthert A., « L’image conversationnelle. Les nouveaux usages de la photographie numérique », Études photographiques, n°31, printemps 2014.

– Soutrenon E, « Le corps manifestant. La manifestation entre expression et représentation », Sociétés contemporaines, 1998, n°31, p. 54.

– Delporte C., Gervereau L., Maréchal D. (dir.), Quelle est la place des images en Histoire ?, CHCSC, Université de Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines, Nouveau-monde éditions, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.