Les aveugles, interdits d’enseigner dans l’enseignement spécialisé !

manifestation des aveugles devant l’INJA, 1939

En 1785, Valentin Haüy crée un Institut pour enfants aveugles, et tente de diffuser par ce biais l’image “de l’aveugle citoyen, capable d’accéder par l’éducation, à la culture, à l’emploi et à la dignité”. Pour lui, l’aveugle a toute légitimité pour enseigner aux aveugles et aux voyants une large série de disciplines (lecture, arithmétique, histoire, géographie, français, musique, religion)[1]. Au sein de l’institut, plusieurs répétiteurs et chefs de travaux sont d’ailleurs rapidement choisis parmi d’anciens élèves aveugles. Plusieurs décennies plus tard, grâce au développement de l’enseignement spécialisé en braille, de nombreux aveugles instruits accèdent aux postes de répétiteurs et de professeurs dans les institutions spécialisées d’enseignement du braille de Paris et de la province. Plusieurs aveugles deviennent même professeurs dans l’enseignement secondaire à partir du milieu du XIXe siècle.

Une dynamique inverse s’opère pendant la première moitié du XXe siècle : les aveugles sont progressivement écartés des postes de professeurs dans l’enseignement spécialisé, puis ils se voient interdire l’accès aux postes de professeurs dans l’enseignement secondaire et technique suite à l’adoption d’un décret par l’administration de l’éducation nationale pendant la période vichyste, en juillet 1942. Nous allons dans ce billet analyser les discours et les actions qui ont favorisé l’éviction progressive des aveugles des postes de professeurs dans l’enseignement spécialisé, mais aussi mettre en lumière les mouvements de résistance des professeurs aveugles, qui se sont battus contre ces mesures d’éviction.

La marginalisation progressive des aveugles des postes de professeurs dans les écoles primaires spécialisées dès la première décennie du XXe siècle

Au début du XXe siècle, les élèves aveugles qui brillent par l’excellence de leurs résultats deviennent généralement répétiteurs ou professeurs dans les écoles spécialisées d’aveugles de Paris et de province. Ceux qui accèdent à des postes dans l’enseignement secondaire ordinaire constituent des exceptions. Fils du conseiller à la cour d’appel de Bordeaux, Albert Léon, devenu aveugle à l’âge de 4 ans, obtient l’agrégation de philosophie, une thèse de doctorat, puis devient professeur au lycée de La Roche-sur-Yon en novembre 1908[2].

Dès les premières années du XXe siècle, les compétences professorales des aveugles sont partiellement remises en cause, du fait qu’on leur conteste la capacité à éduquer les enfants aveugles aux bonnes manières. En 1903, lors du IIIe Congrès national d’assistance publique et de bienfaisance privée, Albert Léon indique que « l’aveugle n’est pas incapable d’enseigner les autres aveugles [sic][3] », mais il affirme également que le maître clairvoyant est plus apte et plus rapide que le maître aveugle à vérifier les résultats des enseignements techniques. Un enseignant clairvoyant est selon lui mieux à même de s’assurer de la bonne tenue et du bon maintien de l’enfant.  Il conseille donc de recruter des maîtres clairvoyants et d’opter pour un système d’enseignement mixte (enseignants clairvoyants et aveugles)[4].

En janvier 1910, la majorité des membres du comité permanent d’études pour l’assistance aux aveugles sont d’accord pour confier les enfants aveugles de l’école maternelle (âgés de 3 à 7 ans) à des instituteurs et institutrices clairvoyants. François Boyer, directeur clairvoyant de l’Institution des aveugles et sourds-muets de Dijon, propose d’aller plus loin et de confier les enfants de 7 à 13 ans à des maîtres ou maîtresses clairvoyantes[5]. Il fait valoir que seul le maître voyant peut vérifier que l’enfant aveugle corrige bien sa tenue (balancement de tête, grimaces). La même année, lors du congrès des typhlophiles organisé à Paris en mai 1910, plusieurs directeurs d’institutions spécialisées de province sont favorables à un corps enseignant uniquement composés de clairvoyants, mais ils acceptent l’idée d’un corps mixte de professeurs comme compromis, compte tenu de la virulence des professeurs aveugles à défendre leur pleine compétence professorale. Les conclusions adoptées légitiment donc l’idée d’un corps mixte d’enseignants (professeurs aveugles et clairvoyants), tout en exigeant des professeurs qu’ils soient diplômés du certificat d’aptitude à l’enseignement des aveugles[6].

La dévalorisation des compétences professorales des aveugles, associée à l’exigence de recruter des professeurs diplômés dans les institutions spécialisées d’enseignement du braille, conduit à l’exclusion progressive des aveugles des postes de professeurs dans les écoles spécialisées d’aveugles, exception faite des professeurs de musique. Dès les années 1910, la majorité du corps professoral des grandes institutions publiques d’enseignement (Institut national des jeunes aveugles, Institut Le Val Mandé) est composée de professeurs voyants. Du fait du grand nombre de partisans de l’enseignement des aveugles par des aveugles, cette dynamique d’éviction progressive semble plus tardive en France que dans d’autres pays (Italie, Belgique, Suisse, etc.).

Des préjugés contre les compétences professorales des aveugles légitimés par le directeur de l’INJA en 1935

Après le départ en retraite du directeur de l’Institut National des Jeunes Aveugles (INJA), Maupin Grosjean, en septembre 1930, l’INJA entre en crise. Le nouveau directeur, Jean Gayet, ancien gestionnaire de la prison militaire du Cherche-Midi et ancien receveur à l’asile de convalescents de Saint Maurice, prend une série de décisions radicales et arbitraires. Dépourvu de diplôme universitaire, ce comptable méconnaît les modalités de l’enseignement aux enfants aveugles et se montre avant tout soucieux de réaliser des économies. Il adopte une série de mesures (suppression des classes d’instruments à vent et de l’imprimerie braille, non remplacement des postes de professeurs vacants, etc.), qui nuisent à la qualité de l’enseignement, désorganisent l’INJA et entraînent une baisse progressive du nombre d’élèves (103 en 1931, 83 en 1933)[7].

En réaction à cette détérioration de la qualité des prestations, les professeurs s’associent au sein d’une Fédération française des professeurs d’aveugles en octobre 1933, afin de défendre l’éducabilité des aveugles et de se faire l’interprète de leurs revendications professionnelles[8].

En 1935, le directeur de l’INJA Jean Gayet ose même affirmer dans un entretien publié dans le journal La Liberté que les professeurs aveugles sont incompétents et que les élèves aveugles sont fortement exposés au vice du fait de leur cécité. Il adhère visiblement aux théories eugénistes sur la cécité, propagées par des ophtalmologues et des institutions américaines d’assistance aux aveugles. Cet article suscite des critiques acerbes de la part des professeurs aveugles, qui publient une réponse dans le même journal, interpellent des parlementaires et se plaignent par écrit au ministre de la Santé publique[9]. Celui-ci exige alors des explications auprès de Jean Gayet, puis après enquête ordonne son départ en novembre 1936.

L’exclusion des professeurs aveugles de l’enseignement manuel au sein de l’INJA (1939-1943)

En 1938, un service administratif du ministère de la Santé publique prépare un projet d’arrêté spécifiant que les professeurs chargés d’enseigner dans les ateliers de l’INJA devront posséder au moins 5/10e de vision. Consultée sur ce sujet en décembre 1938, la commission consultative de l’INJA se prononce contre cet arrêté. Malgré cet avis défavorable, le projet est soumis au ministre de la Santé publique pendant le premier trimestre 1939. Scandalisés, plusieurs professeurs aveugles de l’INJA envoient des lettres de protestation au ministre de la Santé publique afin d’éviter une décision susceptible d’empêcher les aveugles d’enseigner dans les ateliers d’apprentissage manuel. Le 9 mars 1939, la section « Jeunes Aveugles » de l’Union des personnels enseignants de l’INJA et des Instituts nationaux des Jeunes Sourds-Muets se prononce contre l’inscription de ces modalités restrictives de recrutement des chefs d’ateliers dans le projet d’arrêté[10]. Elle exige qu’une épreuve pédagogique puisse permettre d’évaluer les aptitudes du candidat, que les épreuves du concours soient en braille, et qu’un membre enseignant de l’INJA fasse partie du jury. Mais ces revendications restent sans effets. Le ministère de la Santé publique publie le 5 avril 1939 un décret qui, à son article 3, énonce que les candidats à l’emploi de sous-chef ou de chef d’atelier à l’INJA devront fournir « un certificat délivré par un médecin oculiste attestant que le degré de vision est au moins égal à 5/10e (cette condition n’est pas exigée des candidats à l’emploi de chef ou sous-chef d’atelier des classes d’accord.)[11]». Le concours de sous-chef et de chef d’atelier est planifié le 8 mai 1939, sans inclure d’épreuve pédagogique.

Se trouvant dans l’impossibilité de concourir, quatre jeunes adultes aveugles manifestent publiquement le 4 mai 1939 devant l’INJA, sur le boulevard des Invalides à Paris, en exhibant des pancartes titrées : « On sabote l’œuvre de Louis Braille[12]».

Copie de l’affiche portée par les manifestants le 4 mai 1939. Archives de l’Association Valentin Haüy, Paris.

Photo des aveugles manifestants

Les aveugles manifestants dénoncent l’action arbitraire des « ronds de cuir de la santé publique », qui enlèvent des postes aux aveugles. Leur revendication principale est « que les aveugles continuent d’enseigner aux aveugles », et l’ajournement du concours de recrutement. Ils demandent aussi que l’instruction des aveugles soit gratuite, que cette instruction change de tutelle au profit du ministère de l’Education nationale, la démission du directeur de l’INJA ainsi que le rétablissement de l’imprimerie braille et la publication de manuels récents. Si nous ignorons l’identité des quatre manifestants, nous avons identifié deux aveugles porte-paroles des manifestants : M. Raffour, un ancien élève de l’INJA, et Maurice Grosgeorge, maître de chapelle à Villejuif. Les manifestants sont rapidement rejoints par des gendarmes qui les invitent à quitter les lieux sine die. Malgré sa courte durée, cette manifestation émeut beaucoup les journalistes présents, qui prennent fait et cause pour les manifestants[13]. Le journaliste Pierre Lamblin publie une lettre transmise par un aveugle, qui dénonce :

« Nous en avons assez d’être considérés comme des incurables à qui toute vie normale est interdite. Notre cerveau est capable de s’enrichir tout comme celui des autres hommes »[14].

Malgré sa forte répercussion dans la presse, la protestation de ces aveugles n’aboutit pas.

Sous le régime de Vichy, suite à une requête déposée par un parent d’élève de l’INJA, René Dannely, le Conseil d’État considère que le décret du 5 avril 1939 est entaché d’un abus de pouvoir, car la législation antérieure (art 5. de la loi du 28 septembre 1791) précisait que les aveugles seraient admis de préférence dans les postes que leur infirmité et leur talent leur permettaient d’occuper[15]. De ce fait, cet arrêté est annulé.

Toutefois, à la même période, le ministre Secrétaire d’État à l’Éducation nationale Abel Bonnard, le secrétaire d’État à la Santé Raymond Grasset et le Maréchal Pétain signent le 1er juillet 1942 un décret qui spécifie que les candidats à l’enseignement secondaire devront passer devant une commission médicale, chargée d’exclure les candidats malades ou infirmes. L’article 1er prévoit en effet que

« nul ne peut être nommé […] à un emploi quelconque dans l’enseignement secondaire, ou admis à participer aux épreuves d’un concours de recrutement de l’enseignement secondaire […] s’il n’a subi […] un examen constatant qu’il n’est atteint d’aucune maladie contagieuse ni d’aucune infirmité, maladie ou vice de constitution qui le rend impropre aux fonctions d’enseignement dans un établissement d’enseignement secondaire[16] ».

Cette interdiction administrative d’enseigner dans le secondaire officialisée par le décret de 1942 perdure jusqu’en 1959, voire davantage pour certaines matières. Pendant la première moitié du XXe siècle, la discrimination physique à l’exercice du professorat dans l’enseignement secondaire et technique touche avant tout les aveugles et les infirmes ayant acquis leur déficience avant l’âge adulte – les professeurs devenus aveugles ou infirmes par la guerre ou par des accidents divers parvenant pour certains à rester en poste.

Sources :

[1] Zina Weygand, Vivre sans voir, éditions Créaphis, 2003, p. 148.

[2] Le matin, Paris, 9 mars 1909, p. 3.

[3] IIIe congrès national d’assistance publique et de bienfaisance privée, Bordeaux, 1er au 7 juin 1903. Volume I. Rapports, Bordeaux, Imprimerie G. Gounouilhou, 1904, p. 132.

[4] Ibid.

[5] Archives nationales de Pierrefitte, 19830628/13. François Boyer, Notes sur le Rapport de M. Dussouchet (suite). De l’emploi des maîtres aveugles ou clairvoyants. Comité permanent d’études pour l’Assistance aux aveugles, Séance du 14 janvier 1910, p. 1.

[6] La Revue Philanthropique, mai-octobre 1910, p. 343.

[7] « La diminution du nombre des élèves à l’Institution nationale », Le Valentin Haüy, janvier 1934, p. 2.

[8] « Fédération française des professeurs d’aveugles », Le Valentin Haüy, juillet-août septembre 1933, p. 55.

[9] Archives nationales de Pierrefitte, F60/602. L’instruction des jeunes aveugles. Une inégalité invraisemblable, Association de Parents d’élèves de l’Institution Nationale des Jeunes Aveugles, Montrouge (non daté, entre 1935 et 1937), p. 12.

[10] « Les aveugles civils demandent la gratuité de l’enseignement et le respect de leurs droits menacés », Le Petit Journal, 4 mai 1939.

[11] « Depuis cinquante ans, les aveugles luttent contre un paradoxe », L’intransigeant, 14 mai 1939.

[12] Archives de l’Association Valentin Haüy (AAVH), ESDO2/23. Note relative au recrutement des Chefs d’Atelier à l’Institution des Jeunes Aveugles, 9 mars 1939, p. 1.

[13] AAVH, ES DO2/25. Copie d’un Arrêté du ministre de la Santé publique, 5 avril 1939.

[14] « « Grosse émotion chez les aveugles », nous confie M. Raffour, ancien élève de l’Institution nationale », L’Humanité, 4 mai 1939, p. 8.

[15] Recueil des arrêts du Conseil d’État, 29 juillet 1943, p. 211.

[16] Décret n°1966 du 1er juillet 1942 relatif aux conditions physiologiques requises des candidats à un emploi dans l’enseignement secondaire, Journal Officiel de l’Etat français, 4 juillet 1942, p. 2327.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.