juin 1968 : LES HANDICAPES ET LEURS FAMILLES PROTESTENT

En juin 1968, de nombreuses associations de personnes handicapées et de leurs familles signent un manifeste afin d’obtenir “une législation de progrès” “pour l’ensemble des Handicapés Français”. Le 11 juin 1968, ces associations remettent en main propre ce manifeste au Ministre des Affaires Sociales. Voici le texte de ce manifeste que j’ai retrouvé dans La revue sociale, revue de l’Union Générale des Aveugles et des Grands Infirmes :

Plus d’un million et demi d’infirmes physiques ou mentaux en France !

Leurs associations ont décidé de lancer un appel à l’opinion et aux responsables politiques, afin que les handicapés, enfants, adolescents et adultes, puissent vivre “comme les autres”.

 

POUR L’INTEGRATION A LA SOCIETE

La Société n’intègre pas encore les handicapés. Tout se passe comme si leur présence constituait une gêne pour le monde actuel dans la poursuite de sa course au bien-être et au confort.

Les handicapés n’ont pas besoin de pitié.

Ils doivent – quel que soit le poids de leurs infirmités – pouvoir vivre dans la dignité. Quand ils le peuvent, ils veulent assurer librement et pleinement leurs responsabilités.

Ils sont à même  – de nombreux exemples le confirment – de prendre leur place dans la vie économique, politique, sociale, culturelle, lorsque la Communauté est disposée à les accueillir.

Les moyens modernes offrent des possibilités nouvelles qui permettraient à la plupart de mener une existence proche de la normale si la nation consentait enfin l’effort nécessaire.

Leurs associations, s’inspirant du préambule de la Constitution, affirment les droits essentiels des handicapés.

Elles veulent lutter contre toute ségrégation.

Elles demandent à PARTICIPER effectivement à la détermination et à la mise en oeuvre d’une véritable politique sanitaire et sociale, notamment dans la gestion de la Sécurité Sociale et dans la préparation et l’application des plans d’équipement.

 

DROIT AUX SOINS

Réalisation d’un équipement spécialisé sanitaire et social répondant aux besoins de la nation;

Augmentation des crédits d’investissements prévus au Ve Plan;

Organisation de la prévention et du dépistage ;

Développement de la recherche ;

Modernisation et humanisation des hôpitaux, des hospices et des établissements psychiatriques ;

Remise en cause des ordonnances relatives à la Sécurité Sociale afin de garantir de façon permanente les besoins des handicapés, notamment :

– mise en place pour les infirmes adultes d’un régime équitable d’assurance compatible avec leurs ressources ;

– remboursement des soins à 100% pour toutes les maladies de longue durée (sans discrimination) ; prise en charge intégrale des prothèses ;

Octroi, sans considération de ressources, aux aveugles et grands infirmes de l’Aide Sociale, dont l’état exige, d’une majoration pour assistance d’une tierce personne égale à celle servie par la Sécurité Sociale.

 

DROIT A L’EDUCATION ET A LA CULTURE

Scolarisation ou éducation spécialisée gratuite des enfants et adolescents infirmes ou inadaptés (création des classes, recrutement et formation des personnels nécessaires) ;

Formation professionnelle adaptée ;

Elargissement des conditions d’attribution de l’Allocation d’Education Spécialisée  ; revalorisation de son montant ;

Accès des handicapés à toutes les initiatives culturelles (jeunes et adultes, sports, cinéma, arts, etc…)

 

DROIT AU TRAVAIL

Application effective de la loi du 23 novembre 1957 sur le reclassement des travailleurs handicapés ;

Dégagements des crédits nécessaires :

– à la création d’Ateliers Protégés et de Centres d’Aide par le Travail ;

– à la prise en charge par la collectivité du fonctionnement de ces établissements.

 

DROIT A UN REVENU DE REMPLACEMENT

Augmentation des ressources des handicapés qui ne peuvent gagner leur vie par les mesures suivantes :

– Allocations minimales de base équivalentes au SMIG (au lieu de 6,57 F par jour depuis le 1-12-68) ;

– modification des conditions d’attribution de l’Aide Sociale par la suppression de la dette alimentaire, de l’aide de fait, de l’hypothèque légale et de la récupération sur la succession;

– indemnités journalières maladie et accident servie par la Sécurité Sociale portées à 75% du salaire ;

– pensions d’invalidité de la Sécurité Sociale fixées à 50 et 75% (au lieu de 30 et 50% actuellement) ;

Fiscalité : attribution d’une demi-part supplémentaire à tout grand infirme, marié ou non, pour le calcul de l’impôt sur le revenu.

 

DROIT AU LOGEMENT

Suppression des barrières architecturales;

Réservation de logements adaptés dans les HLM ;

Aide financière accrue pour permettre aux handicapés de se loger ;

Création de logements-foyers d’accueil en remplacement des hospices.

 

Liste des associations signataires :  Association des Blessés de la Colonne Vertébrale ; Association des Enfants Bleus et Anciens Opérés; Association des Hémophiles ; Association des Paralysés de France ;  Association des Parents d’Enfants Poliomyélitiques du Centre de Garches ; Association française contre la Myopathie ; Association Française des Amis et parents d’Epileptiques ; Association française de lutte contre la Mucoviscidose ; Association nationale de défense des Malades, Invalides et Infirmes ; Association Nationale des Infirmes Moteurs Cérébraux ; Association Nationale des Parents d’Enfants Aveugles ; Association Nationale des Parents d’Enfants Déficients Auditifs ;  Association de Parents d’Enfants Infirmes Moteurs Cérébraux de Garches et de Bicêtre ; Association au service des inadaptés ayant des troubles de la personnalité ; Centre des Paralysés Etudiants ; Association de Placement et d’Aide aux Jeunes Handicapés ; Comité de Liaison et d’Action des Parents d’Enfants atteints de handicaps associés ; Confédération Générale des Aveugles, Sourds, Grands Infirmes et Personnes Agées ; Fédération des Aveugles de France ; Fédération Nationale des Associations de Parents d’Enfants Déficients Visuels ; Fédération Nationale des Blessés du Poumon (section civile) ; Fédération Nationale des Malades, Infirmes et Paralysés ; Ligue contre la Surdité ; Nouvelle Association Française des Sclérosés en Plaque ; Union Générale des Aveugles et Grands Infirmes ; Union Nationale des Associations de Parents d’Enfants Inadaptés ; Union Nationale des Polios de France.

Source : “Les aveugles et grands infirmes contestent”, La Revue sociale, n°9, juillet-août-septembre 1968.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.