Les multiples conséquences de la dissémination des idées eugénistes

Si l’historiographie sur l’eugénisme est très abondante, elle n’a traité que de manière relativement marginale les relations entre les eugénismes et le handicap. L’historiographie a souligné l’existence de deux tendances principales dans l’eugénisme, une forme d’eugénisme « atlantique » qui s’étend aux pays anglo-saxons, aux pays nordiques et à l’Allemagne nazie, et une forme d’eugénisme « latin » qui s’étend à une partie de l’Europe et à l’Amérique latine et qui s’avère plus modéré. Cette dichotomie est utile, mais doit être nuancée. Je vous livre ici les premiers résultats de mes réflexions sur les conséquences de la dissémination des idées eugénistes sur la vie des personnes handicapées, issues de la lecture de plusieurs ouvrages et de quelques sources historiques.

Il existe une grande diversité de conceptions eugénistes atlantiques et latines. Dès la fin du XIXe siècle, l’idéologie eugéniste se propage et se développe dans plusieurs pays de la sphère atlantique (Etats-Unis, Allemagne, Suède, Canada). Promues par des médecins et des intellectuels, les propositions eugénistes sont très variables d’un pays à l’autre et d’une époque à l’autre, mais elles ont en commun de viser l’amélioration du stock génétique de chaque territoire. Le mouvement eugénique international se structure tout d’abord autour du Permanent International Eugenics Committee (PIEC) fondé à Londres en 1912, et plus secondairement lors des conférences internationales de démographie, de population, d’anthropologie, de génétique, d’émigration, d’hygiène mentale et de prévention des déficiences. En 1925, le Permanent International Eugenics Committee devient l’International Federation of Eugenic Organizations (IFEO), une organisation présidée tout d’abord par le Britannique Leonard Darwin, puis par l’Etats-unien Charles Davenport, puis par l’Allemand Ernst Rüdin. Les dirigeants de l’IFEO souhaitent que l’adhésion à l’IFEO soit restreinte aux seuls eugénistes d’origine européenne. Ils tentent également de marginaliser les eugénistes socialistes qui considèrent que la sélection génétique ne peut s’opérer que par l’abolition des injustices sociales, ainsi que les eugénistes féministes. Les dirigeants de l’IFEO comme Davenport et Darwin sont ainsi opposés aux méthodes de contrôle de naissance promues par des féministes favorables à l’eugénisme (comme l’Américaine Margaret Sanger), à savoir l’usage des contraceptifs (Kühl, 2015). La secrétaire du bureau londonien de l’IFEO, Cora Hudson, est une fervente défenseuse de la stérilisation des indésirables, ce qui déplait fortement aux eugénistes provenant des pays latins, en particulier les Italiens. La promotion d’autres idées comme la supériorité de la race blanche, l’existence d’une race nordiste, ou l’antisémitisme, suscitent des conflits importants. L’accumulation des tensions conduit d’ailleurs au départ de la société italienne d’eugénique de l’IFEO en 1932. L’intensification des tensions entre les eugénistes des pays latins, les anglo-saxons et les allemands au sein de l’IFEO conduit en octobre 1935 à la structuration d’une coalition d’associations eugénistes d’Amérique latine et du Sud de l’Europe (Italie, France, Belgique, puis Espagne), la Federación internacional latina de sociedades de Eugenesia. Cette Fédération est présidée par l’Italien Corrado Gini, ardent promoteur d’un eugénisme « latin » depuis 1932. Cette Fédération n’organise cependant qu’un congrès international à Paris en août 1937, le second prévu à Bucharest en septembre 1939 étant reporté indéfiniment.

L’eugénisme atlantique a pour objectif de préserver la supposée pureté des races « blanches » (en particulier la race « nordique » jugée la plus pure) et leur supériorité au sein de la supposée hiérarchie des races. A l’image de nombreux eugénistes états-uniens, Charles Benedict Davenport condamne les mélanges raciaux (entre « blancs, « indiens », « noirs », etc.) qui peuvent conduire à la dégénérescence des races et représentent un grand danger pour la stabilité sociale, car les individus issus de mélanges raciaux « suffered physical and mental disharmonies »[1]. Certains eugénistes des pays anglo-saxons, nordiques ou allemands, minoritaires dans leurs pays, ont toutefois une vision critique de la hiérarchie des races. Cet eugénisme atlantique se caractérise par la croyance dans le déterminisme héréditaire, l’importance accordée aux recherches génétiques humaines et animales (gêne, chromosome, mutations génétiques, etc.) et la promotion de méthodes coercitives (ingénierie génétique, sélection raciale des immigrants, stérilisation contrainte, euthanasie, institutionnalisation contrainte et remise au travail de ceux qui peuvent travailler, etc.). Les tenants de l’eugénisme atlantique souhaitent éviter la reproduction d’un ensemble plus ou moins large d’individus jugés imparfaits pour empêcher la dégénérescence de la race blanche et améliorer le stock génétique de chaque territoire. Pour convaincre de la pertinence des mesures qu’ils proposent, les tenants de l’eugénisme atlantique insistent sur la charge économique et sociale que représentent ces « indésirables et non productifs » pour le budget des institutions publiques et privées, et le danger qu’ils représentent pour la stabilité de la société.

La volonté de restriction de la reproduction des « indésirables » vise en premier lieu les déficients intellectuels et les malades mentaux, assimilés à des personnes ayant des tares héréditaires et incurables, qui se manifestent également par d’autres traits indésirables (criminalité, alcoolisme, etc.). Elle s’étend souvent à l’ensemble des personnes susceptibles d’engendrer des enfants dits « défectueux » (aveugles à la cécité héréditaire, infirmes congénitaux, etc.) ou à d’autres catégories d’individus jugés indésirables sur le plan social (criminels, fous, etc.). Le doyen de l’Hôpital royal ophtalmologique de Southwark, le Dr J. Myles Bickerton, réclame la stérilisation des personnes atteintes de cécité, voire leur avortement si les femmes aveugles sont déjà enceintes. Outre la stérilisation, d’autres mesures sont proposées pour limiter la naissance d’enfants défectueux, comme la mise en place de freins économiques au mariage des personnes concernées (perte de bénéfices sociaux, etc.).

L’« eugénisme latin » se construit en opposition à cet eugénisme « atlantique ». Les fondements de cet eugénisme « latin » se construisent progressivement au cours des années 1920 et 1930 au travers de multiples échanges entre les eugénistes de nombreux pays d’Europe (en particulier la France et l’Italie) et de l’Amérique latine[2]. L’eugénisme latin se caractérise par une conception large des politiques visant à l’amélioration progressive de la population et de l’individu, fondées sur l’adoption d’un programme de santé publique et de bien-être social. Les eugénistes latins recommandent à la fois de développer la puériculture, la fertilité, la natalité et l’éducation des familles (y compris par des programmes d’éducation physique). Dans ce cadre, l’assistance sociale aux enfants inadaptés peut faire partie des projets eugéniques de certains eugénistes latino-américains. L’objectif de ces programmes de santé publique et de bien-être social est double, favoriser la croissance démographique, mais également améliorer la santé de la population en luttant notamment contre l’avancée incontrôlable des maladies chroniques (vénériennes, tuberculeuses) et des maladies congénitales. Les eugénistes latins sont en majorité favorables à une politique migratoire assimilationniste et relativement ouverte, et à un contrôle de l’hygiène pré-marital (conseils prénuptiaux ou certificat médical prénuptial volontaire). Les eugénistes latins critiquent avec véhémence la supposée supériorité raciale nordique. Ils partagent une conception néo-lamarckienne de l’hérédité, considérant qu’un environnement sain et la culture jouent un rôle fondamental pour l’amélioration génétique de la population. Les eugénistes latins ne se désintéressent toutefois pas totalement de la génétique. Lorsqu’ils étudient la question, ils argumentent que la génétique et l’environnement peuvent expliquer certaines maladies comme le mongolisme. La quasi totalité des eugénistes latins se prononce contre toute pratique interventionniste sur la reproduction (contrôle des naissances, stérilisation et castration) et contre l’ingénierie génétique. Les eugénistes latins ont néanmoins des points de vue divergents entre eux sur trois éléments : les conséquences du mélange racial, la stérilisation contrainte et l’obligation du certificat médical prénuptial. Les eugénistes latins partagent une même culture scientifique, fortement influencée par la culture catholique.

Au cours des années 1920, plusieurs représentants du clergé catholique se mobilisent activement contre les pratiques néo-malthusiennes (en particulier la stérilisation) qu’ils jugent attentatoires aux libertés individuelles, tout en coopérant parfois à la promotion de l’eugénisme latin. Certains sont en effet favorables à la mise en place du certificat prénuptial volontaire, et aux conseils matrimoniaux pour limiter la naissance des enfants « défectueux ». Afin d’éviter la propagation des idées eugéniques coercitives, le Pape Pie XI réaffirme les fondements du mariage chrétien dans une encyclique publiée le 31 décembre 1930. Dans cette lettre encyclique, il condamne fermement la médecine eugénique, les méthodes abortives ainsi que la stérilisation des femmes et des hommes jugés « anormaux ». S’il admet que le mariage doit être déconseillé aux personnes qui sont susceptibles d’engendrer des enfants défectueux, le Pape considère que nul ne peut les empêcher de se marier et d’avoir des enfants. Il conseille donc d’inciter les fidèles à choisir avec soin leur futur conjoint, en pensant à la vie des enfants à venir. L’Église s’en remet à la volonté individuelle de chaque individu, qui doit trouver en sa foi le courage de faire les sacrifices nécessaires.

Il faut toutefois nuancer cette dichotomie entre ces deux tendances d’eugénismes. D’une part, il existe des circulations et des échanges entre les tenants des deux tendances. D’autre part, on observe une certaine évolution des positions des eugénistes latins à partir de la fin des années 1920 et au cours des années 1930, vers une plus grande proximité avec les idées eugénistes atlantiques, avec l’influence croissante de la perspective mendéliste et l’adoption de positions protectionnistes sur le plan racial.

Ces idées eugéniques « atlantiques » et « latines » sont largement diffusées à l’échelle internationale, dans les deux Amériques, en Europe de l’Ouest et de l’Est, mais également dans les territoires africains et asiatiques colonisés par les Européens. Elles sont intériorisées y compris par des mouvements de gauche (communistes, anarchistes, féministes, etc.), ou par des mouvements de personnes infirmes. En effet, les dirigeants associatifs infirmes sont perméables à certains éléments du discours eugénistes, notamment l’idée que l’existence humaine peut engendrer un coût social ou constituer une valeur si elle contribue à la production. Ils sont généralement convaincus de la nécessité d’éviter la naissance d’enfants infirmes, et certains sont mêmes favorables à des méthodes coercitives sur le plan de la procréation. En France, les dirigeants de l’Association des infirmes de France plaident en 1931 pour

« un contrôle médical dans la vie conjugale, en vue de restreindre le plus possible le nombre des naissances malheureuses, manifestement dues à des déficiences momentanées ou définitives des parties contractantes, à des lésions organiques, des déséquilibres nerveux, voire à des causes inconnues, pour n’en pas dire davantage »[3].

Ces politiques eugénistes « atlantiques » et « latines » sont mises en oeuvre avec une intensité et des modalités variables selon les pays. Influencés par les propositions des eugénistes, les responsables politiques de plusieurs pays d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Amérique latine adoptent des mesures législatives eugénistes sous des formes variées selon les territoires. Les mesures législatives les plus fortes visent deux objectifs : l’exclusion des populations « indésirables » de la fréquentation de la population « saine », et le contrôle de leur procréation. Les mesures d’exclusion sociale peuvent prendre différentes formes : l’organisation du dépistage obligatoire des malades héréditaires afin de les identifier ; l’interdiction d’entrée sur le territoire des personnes susceptibles de faire dégénérer la race blanche (avec l’adoption de lois migratoires restrictives) ; l’exclusion des infirmes (en premier aveugles, sourds, lépreux, etc.) des postes d’enseignants et des autres postes de la fonction publique ; la ségrégation socio-spatiale et l’internement en asile des déficients mentaux ; la baisse du financement des institutions d’assistance et des institutions éducatives débouchant sur la détérioration de leurs conditions de vies ; et enfin l’euthanasie des personnes « indésirables ».

Près d’une dizaine de pays (nombreux Etats des Etats-Unis et du Canada, canton de Vaud en Suisse, Danemark, Etat de Veracruz au Mexique, Allemagne, Norvège, Finlande, Suède, Estonie) adoptent des mesures de stérilisation forcée de certaines catégories d’indésirables. Ces mesures de stérilisation forcée ciblent en général les « simples d’esprit », les « dégénérés », les épileptiques et les malades mentaux, et plus rarement d’autres catégories de personnes ayant des maladies héréditaires et d’autres catégories d’ « indésirables » (délinquants sexuels, les criminels, épileptiques, toxicomanes, alcooliques, etc.). Aux Etats-Unis, si elles sont décidées dans un but idéologique, ces politiques de stérilisation se développent rapidement en répondant à un objectif pratique : gérer les conduites sexuelles dans les institutions (asilaires ou à prétention éducative) surpeuplées où se côtoient les adultes des deux sexes[4].

Seul un pays adopte un programme d’euthanasie collective et contrainte, l’Allemagne. Dès 1935, Hitler n’exclut pas de recourir à l’euthanasie, mais planifie son exécution seulement une fois que la guerre aura débutée. La première euthanasie est pourtant réalisée dès 1938, afin de répondre à la demande d’une famille ayant un enfant très sévèrement handicapé. La bonne volonté du corps médical à effectuer ce geste conduit les autorités à généraliser ce programme d’euthanasie à partir de l’automne 1939, lors de l’entrée en guerre contre la Pologne. Le programme cible au départ les nouveaux nés sévèrement handicapés, qui doivent être détectés et signalés par les médecins, puis ensuite envoyés dans des centres spéciaux où ils sont soumis à divers traitements médicaux. Le programme s’élargit vite à l’ensemble des enfants, jusqu’à 17 ans. Plus de 22 centres sont ainsi ouverts à cette fin, conduisant à la mort de 5200 enfants handicapés en Allemagne par différentes méthodes : l’usage de médicaments ; la famine, les expérimentations médicales[5]. Les parents restent généralement dans l’ignorance des causes réelles de la mort de leur enfant. Quelques années plus tard, le régime nazi met en place le programme Aktion T4, qui organise l’euthanasie d’environ 70 000 personnes handicapées, avec l’assentiment et la collaboration de nombreux médecins.

Les mesures visant à contrôler la procréation des indésirables prennent également des formes très variées, plus ou moins attentatoires aux libertés humaines. Certains dispositifs sont très attentatoires aux libertés humaines, comme la stérilisation sous contrainte, l’avortement contraint (pratiquée surtout dans les pays nordiques, et en Allemagne). D’autres mesures sont plus respectueuses de ces libertés, comme la légalisation de l’avortement volontaire pour raisons eugéniques (comme en Catalogne ou en Roumanie). Certains dispositifs déterminés visent à agir sur la composition des couples par le biais de la loi : l’interdiction des mariages des personnes ayant certaines tares héréditaires ou des maladies contagieuses (lèpre, maladies vénériennes, etc.) par la mise en place de certificats médicaux prénuptiaux obligatoires ; la restriction des partenaires potentiels (pour certaines personnes ayant des tares héréditaires et qui sont stérilisées) ; la baisse des bénéfices sociaux attribués aux couples de mariés dont les tares sont héréditaires (comme les couples d’aveugles) afin de les dissuader de marier (comme dans l’Etat du New Jersey). D’autres dispositifs visent à éviter la composition de couples de personnes ayant des tares héréditaires sans agir par le biais de la loi : c’est le cas de la séparation stricte des sexes dans les institutions éducatives et asilaires (pour aveugles, infirmes, etc.) afin d’éviter tout risque de relations entre les internés. De nombreux responsables d’institutions éducatives (comme la Perkins School for the Blind), de médecins et de responsables religieux recommandent oralement aux femmes aveugles de rester célibataires et ne pas avoir d’enfants[6]. L’intériorisation de ces injonctions médicales ou religieuses conduit visiblement certaines infirmes ou aveugles à rester célibataire, à renoncer à avoir des enfants ou à les limiter par des moyens anti-conceptionnels.

Certains dispositifs visent parallèlement à promouvoir la naissance d’enfants sains et de valeur, par le biais d’expérimentations sociales (comme l’expérience de la cité-jardin  Ungemach en France[7], ou comme les foyers et les crèches « Lebbensborn » destinés à favoriser la naissance d’enfants de « race aryenne »), la mise en place de concours du bébé le plus sain (comme en Italie), ou tout simplement l’amélioration des conditions de vie en amont et en aval de la procréation (allocations familiales, dispense d’impôts pour compenser les frais de maternité, etc.).

En conclusion, il est difficile de cerner avec précision les multiples influences des différentes tendances eugénistes sur la vie des personnes handicapées. L’eugénisme anglo-saxon et nordique a eu sans conteste un effet dévastateur, dramatique et massif sur la vie de certaines catégories de personnes handicapées dans de nombreux pays européens et américains : ces dernières ont été victimes de stérilisation forcée, ont parfois été assassinées via des programmes d’euthanasie, ont été ségrégées en institution, se sont vues interdire le mariage ou le fait de pouvoir émigrer dans les Amériques, ont été exclues de certains emplois, ont vu leur condition de vie se dégrader dans les institutions. Il faut toutefois insister sur un élément : cet eugénisme atlantique n’attribue pas la même valeur aux différentes catégories de personnes handicapées : les personnes déficientes intellectuelles et les malades mentaux sont jugés les plus nocifs et indésirables pour la reproduction de la race, puis les personnes infirmes congénitaux (infirmes physiques, sourds, aveugles, etc.). Au contraire, les mutilés de guerre, par leur sacrifice pour la nation et leur démonstration de bravoure, voient leur capital génétique perçu positivement par la plupart des eugénistes anglo-saxons. En Grande Bretagne, les mutilés affirment d’ailleurs dans leurs discours leur apport pour la race, et l’importance de leur mariage et de leur reproduction pour l’avenir de la race[8].

L’eugénisme latin a des effets plus contradictoires. D’un côté, il légitime l’idée qu’il faut limiter les naissances des personnes ayant des maladies héréditaires, mais aussi l’idée que l’existence des personnes handicapées n’est pas désirable et que leurs vies a donc moins de valeur que celle des autres êtres humains. En revanche, du fait de sa croyance dans l’effet correcteur et bénéfique de l’environnement et de l’éducation, cet eugénisme latin peut légitimer et encourager l’éducation et la réadaptation des personnes handicapées, mais ce genre d’idées est resté marginale au sein des mouvements eugénistes. La pratique de la réadaptation entretient des rapports complexes avec l’eugénisme. La réadaptation vise clairement la normalisation des individus et leur productivité, cautionnant donc l’idée que l’utilité de la vie humaine repose sur la santé et la productivité potentielle des individus. La pratique de la réadaptation marginalise et stigmatise encore davantage les personnes infirmes non rééduquées et non productives. Toutefois, l’existence même des invalides rééduqués et productifs est susceptible de contredire les discours eugénistes sur l’inutilité, l’improductivité et le coût social des personnes infirmes. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux cerner l’impact de ces idées et pratiques eugénistes sur les conditions de vie des personnes handicapées au cours de la première moitié du XXe siècle.

[1] Stefan Kühl, For the Betterment of the Race. The rise and fall of the international movement for eugenics and racial hygiene, Palgrave Macmillan, 2015.

[2] Marius Turda and Aaron Gillette, Latin eugenics in Comparative Perspective, London : Bloomsbury, 2014.

[3] IVe Congrès international des sourds-muets, 1931, p. 151.

[4] Katherine Castles, « Quiet Eugenics: Sterilization in North Carolina’s Institutions for the Mentally Retarded, 1945-1965 », The Journal of Southern History, Vol. 68, n°4, 2002, pp. 849-878.

[5] Ivan Brown, “When is life unworthy of living ? Lessons from the systematic killing of children with disabilities in Nazi Germany”, in Roy Hanes, Nancy Hansen, The Routledge History of Disability, Routledge, 2018, p. 428.

[6] Marissa Leigh Slaugher Stalvey, Love is not blind : eugenics, blindness, and marriage in the United States, 1840-1940, Dissertation, University of Toledo, 2014, p. 21-26.

[7] Paul André Rosental, Destins de l’eugénisme, Seuil, 2016.

[8] Joanna Bourke, « Love and limblessness: male heterosexuality, disability, and the Great War », Journal of War & Culture Studies, 9 (1), 2015, pp. 3-19.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.