La fiction argentine “La rébellion des infirmes”.

Les fictions émancipatrices constituent un objet d’étude très intéressant, car elles laissent libre cours à l’imagination d’un ordre social radicalement différent, dans lequel les personnes handicapées pourraient être réellement émancipées de certaines tutelles (institutionnelles, médicales, familiales, etc.). Les fictions émancipatrices concernant les personnes handicapées sont rarement connues du grand public, et peu médiatisées. Nous allons détailler ici une fiction argentine, La Rebelión de los Lisiados,  qui témoigne de l’aspiration égalitaire des personnes handicapées.

En 1974, un assistant social argentin côtoyant de près le milieu de la réadaptation publie un ouvrage de science-fiction intitulé La Rebelión de los Lisiados[1], en s’inspirant des mouvements de protestation des personnes handicapées qui se sont déroulés à Buenos Aires pendant l’été 1973. L’auteur, Enrique Defilippis Novoa, y remet en cause les modalités et la finalité de la réadaptation physique et professionnelle de la société futuriste qu’il décrit, une réadaptation qui mène à l’exploitation par le travail des personnes handicapées physiques et à l’aliénation totale des personnes handicapées psychiques et mentales. Il s’inscrit visiblement dans une perspective écologique qui émerge au cours des années 1970, qui dénonce les ravages de l’avancée technologique et prône un retour à la nature.

L’histoire se déroule dans une société avancée technologiquement, qui vise l’oisiveté de la majorité des citoyens par la mise au travail des personnes handicapées. Après une terrible guerre mondiale, les élites survivantes, habituées à une vie confortable, décident de permettre à la majorité des citoyens de se consacrer uniquement aux loisirs et aux plaisirs de la vie, afin de limiter l’insatisfaction humaine. L’avancée technologique permet de remplacer les humains dans un grand nombre de tâches à accomplir, et les tâches restantes sont  attribuées à un « matériel humain économiquement jetable », les personnes handicapées physiques et mentales, qui sont réadaptées à cet effet. Le monde des personnes handicapées et celui des citoyens ordinaires sont donc totalement distincts.

La récupération des capacités résiduelles des personnes handicapées n’est réalisée que dans une visée utilitariste. Un traitement – ou plutôt un destin – spécifique est réservé à chaque catégorie de personnes handicapées. Les personnes ayant une déficience mentale ou psychique subissent le prélèvement de la partie du cerveau considérée comme infectée, ce qui convertit le sujet « en un crétin inerte et tranquille », et des électrodes sont ensuite incrustées dans leur cerveau, afin de pouvoir le stimuler et le rendre capable d’effectuer certaines tâches. Le sort réservé aux handicapés physiques ou mentaux de naissance n’est aussi que pur utilitarisme : « quand un imbécile congénital naît, on favorise son développement, comme dans le cas de n’importe quelle autre malformation, jusqu’à ce qu’il atteigne sa maturité biologique, et on le conserve alors pour qu’il puisse être utilisé conne donneur d’organes de remplacement »[2]. Les personnes ayant acquis une déficience physique au cours de leur vie sont réadaptées, particulièrement pour les activités qui nécessitent le libre arbitre, puisque les machines sont incapables de le posséder[3]. Toutefois, chez ces individus, les fonctions non productives ne sont pas récupérées[4]. Le héros de l’histoire, Mobato, appartient à cette dernière catégorie. Ayant subi une radioactivité intense lors d’une mission, Mobato a le droit de survivre. Il constitue un matériel humain dont les restes peuvent encore servir lors d’un prochain projet à exécuter[5].

Cet ouvrage conteste donc les modalités d’une réadaptation professionnelle aux aspects techniques et autoritaires, c’est-à-dire l’usage futur systématique et à outrance de la technique (implantation d’électrode dans le cerveau pour diriger les actions, organes et membres remplacée par des matériaux synthétiques, etc…). Il met ainsi en scène une réadaptation professionnelle organisée par le passage successif de l’individu au sein de plusieurs consejos, du Consejo de reparaciones del material humano (qui s’occupe des aspects médicaux), au Centro de rehabilitación (dépendant du Consejo de coordinación), puis au Consejo de recuperación y aprovechamiento. Dans ces centres, l’individu est mis à l’épreuve professionnellement, afin de compléter le dossier médical. Ensuite, les résultats de ces analyses sont insérés dans une machine électronique, qui décide des tâches pour lesquels l’individu était le plus apte. Afin de lui faire admettre sa destinée, l’individu est soumis à un traitement psychologique, et des drogues lui sont administrées si besoin est, à son insu.

Cette description de la réadaptation comme une décision technique et mécanique qui oriente la destinée de l’individu handicapé et ne lui laisse aucune marge pour décider de son orientation professionnelle, n’est pas très éloignée de la réalité de la réadaptation du début des années 1970 en Argentine, où seuls les médecins décident de l’orientation professionnelle de l’individu. Ce dernier doit se soumettre totalement à la décision de la société, qui décide pour lui de son destin. D’ailleurs, dans la fiction qu’il élabore, l’assistant social reprend une réalité patente de la vie des centres de réadaptation : lorsqu’il est logé dans un centre pour travailleurs, la société décide pour lui de la quantité de nourriture, de cigarettes et d’alcool qu’il peut consommer, et l’individu n’a plus un libre accès à ces plaisirs de la vie. Lorsqu’il souhaite en consommer, il doit demander à un serviteur de lui en apporter. Ce système permet un contrôle méticuleux de la quantité absorbée[6]. L’auteur ne fait souvent qu’exagérer des tendances déjà existantes dans le champ de la réadaptation professionnelle. Il expose en fin de compte l’une des dérives possibles de la mise au travail systématique des personnes handicapées, annihilant totalement leur liberté et leur dignité.

Dans son ouvrage, l’auteur expose l’histoire d’une rébellion des personnes ayant un handicap moteur, qui vise le droit au respect, à la liberté, à la dignité pour tous. Internées dans un centre de réadaptation, des personnes handicapées motrices sont maintenues en vie car elles sont destinées à participer à un programme de construction aéronavale. Afin de mettre un terme à cette exploitation par le travail et d’être libres, ces personnes handicapées dirigées par Mobato projettent d’organiser une rébellion, qui consiste à prendre en otage un avion doté d’armes nucléaires et d’obliger les hommes « entiers » à accepter la nouvelle société créée.

 Toutefois, les « infirmes ayant de multiples amputations congénitales » menacent le groupe de Mobato de trahir leur secret auprès du Conseil si ceux-ci n’acceptent pas qu’ils deviennent les maîtres de la nouvelle société créée. Ces personnes multihandicapées de naissance revendiquent également de pouvoir prendre une femme normale avec eux en qualité d’esclave[7]. Ces revendications contredisent le projet de société souhaité par le groupe de Mobato :

Ils ne voulaient pas se révolter pour devenir les maîtres et passer du statut d’exploités à celui d’exploiteurs. Ils désiraient seulement la liberté et le respect de l’être humain (…). La rébellion n’avait pas de maître et n’était pas non plus destinée à créer une élite de maîtres dans le cas où elle triompherait. Au contraire, elle revendiquait le droit au respect, à la liberté, à la vie et à la dignité des faibles, des malchanceux, sans prétendre soumettre ou faire du mal à d’autres personnes. Leur but n’était pas de prendre le pouvoir, avec tout ce que cela supposerait de misère et de cruauté, mais de supprimer tout pouvoir ou mécanisme de soumission[8].

Cette rébellion « contre l’horrible destin d’esclavage et de soumission »[9] auquel ils étaient soumis, se termine par leur victoire et leur accès à une liberté totale, sous la condition d’abandonner toute aide technique. Toutefois, la nouvelle société créée reste un lieu marginal parmi la civilisation toute entière, qui reste la même.

Si cette rébellion fait l’objet d’un ouvrage de science-fiction, c’est que cette révolte des personnes handicapées contre les modalités de la réadaptation est ancrée dans le domaine du « possible », grâce aux mouvements sociaux de personnes handicapées du printemps 1973. Les personnes handicapées y sont considérées comme des acteurs d’un changement de société, et de leur propre destinée. Les critiques nombreuses sur les modalités très techniques et autoritaires de la réadaptation, ne tenant aucun compte des désirs de l’individu, éclairent un des motifs essentiels de revendication des personnes handicapées physiques pendant les mobilisations de l’été 1973. Les personnes handicapées physiques y affirment leur volonté de participer au choix de leur avenir professionnel.

Enfin, l’auteur mentionne également les conflits internes opposant les différents groupes de personnes handicapées, et notamment le mépris éprouvé par certaines personnes handicapées de naissance à l’encontre des personnes ayant acquis leur handicap au cours de la vie[10]. Dans leur lutte, les personnes handicapées physiques utilisent les personnes handicapées psychiques. Leur lutte va même à l’encontre des personnes handicapées mentales, qui sont parfois tuées pour accéder à la victoire finale.


[1] Enrique C. A. Defilippis Novoa, La Rebelión de los Lisiados (Novela de anticipación), ed Trenti Rocamora, Buenos Aires, marzo de 1974.

[2] Ibid., p. 45.

[3] Ibid., p. 61.

[4] Ibid., p. 25.

[5] Ibid., p. 37.

[6] Ibid., p. 49.

[7] Ibid., p. 80.

[8] Ibid., p. 80.

[9] Ibid., p. 74.

[10] Ibid., p. 45.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.