Effectuer des recherches sur l’histoire contemporaine du handicap. Des archives à dénicher, des archives à sauver

          Faire des recherches sur l’histoire contemporaine du handicap n’est pas une chose aisée, mais cela ne constitue pas non plus un défi insurmontable. Le fait que les dénominations désignant les personnes handicapées varient considérablement entre le XIXe siècle et la fin du XXe siècle ne facilite effectivement pas les recherches dans les moteurs de recherche des archives et des registres bibliographiques en ligne, puisque cela impose d’effectuer une recherche à partir de dizaines de mots-clés différents (mutilé, invalide, infirme, diminué physique, anormal, arriéré, aveugle, non-voyant, sourd, etc.).

          Les quelques chercheurs qui s’intéressent à ce sujet ont généralement consulté les principales archives publiques (archives nationales), les archives des grandes institutions publiques (Institution Nationale des Jeunes Sourds, Institution Nationale des Jeunes aveugles), et certaines archives associatives. François Buton a consulté les archives nationales, les archives de l’Institut national des jeunes sourds et de l’Institut national des jeunes aveugles pour retracer l’histoire de la prise en charge par l’administration de l’éducation des sourds et des aveugles au XIXe siècle[1].

         Plusieurs chercheurs en sciences sociales ont basé leur recherche sur les archives associatives : Le politiste Damien De Blic a ainsi fouillé les archives de la Fédération Nationale des accidentés du travail et Handicapés (FNATH) pour retracer les luttes pour la réparation des accidentés du travail[2]. Pour élaborer son mémoire de Master sur l’évolution de la prise en charge des enfants handicapés de 1977 à 2008, l’historienne Lucile Changenet a consulté les archives de l’Association pour adultes et jeunes handicapés (APAJH 91), et plus particulièrement les dossiers des enfants ayant séjourné à l’IME Le Buisson[3]. Dans sa thèse sur la répartition des établissements médico-sociaux, la géographe Noémie Rapegno a utilisé les archives de l’Association des Paralysés de France (APF) et les archives nationales afin de percevoir les stratégies développées par cette association pour implanter de nouveaux établissements médico-sociaux, et de comprendre les négociations entamées avec les autorités administratives et les rapports de force entre les acteurs[4].

            Pour écrire sa thèse sur la communauté sourde à la Belle époque, Yann Cantin a consulté les archives de l’Institut National des Jeunes Sourds, des archives familiales et associatives, les revues associatives, et il a effectué de multiples entretiens avec des sourds âgés. Il a ainsi pu reconstituer les conséquences du changement de la méthodologie d’enseignement postérieure au congrès de Milan, qui bannit l’usage de la langue des signes. Il montre notamment les transformations de la structuration familiale des sourds et de la vie quotidienne des sourds liées à ce changement de méthode éducative[5]. Enfin, Sylvain Bertschy analyse les transformations de la prise en charge des invalides de la Première Guerre mondiale (médicalisation de l’action sociale, sélection sociale basée sur les sciences, etc.) à partir des dossiers médicaux des soldats blessés et des travailleurs(euses), civils(es) et militaires des manufactures d’État[6].

        D’autres sources sont encore trop peu utilisées par les chercheurs en sciences sociales sur le handicap : la presse nationale, les archives judiciaires et policières, les archives municipales, les sources audiovisuelles (photographies, émissions de télévisions, etc.), les actes des congrès internationaux, les archives des organisations internationales. Si de nombreux sociologues effectuent des entretiens avec des protagonistes, tous les historiens n’ont pas encore définitivement adopté cette pratique, qui apporte pourtant des données très riches sur les habitudes quotidiennes, le vécu et les perceptions des acteurs. En interrogeant notre grand-mère (Yvonne Brégain) sur la prise en charge des enfants handicapés et la place des personnes handicapées en milieu rural pendant la première moitié du XXe siècle, nous avons pu apprendre des histoires de vies particulièrement intéressantes en ce qu’elles révèlent la participation des personnes handicapées à la vie sociale et à la production locale. L’histoire qui nous a le plus marqué est celle d’une personne mutilée des jambes qui circulait de village en village assis dans une brouette conduite par sa femme valide. L’un et l’autre vivaient de peu, fabricant des paniers en osier qu’ils proposaient aux gens qu’ils croisaient sur leur route. Ils circulaient ainsi de manière périodique dans les villages du nord de l’Ille et Vilaine, dormant parfois dans des greniers, parfois dans des étables. Nous manquons toutefois de précisions (date précise, noms, etc.) pour l’exploiter comme une donnée historique.

            Voici maintenant quelques conseils pour débuter une recherche sur l’histoire du handicap à l’époque contemporaine. Tout d’abord, vous pouvez consulter plusieurs bases de données d’archives à votre disposition. Une fois notée la côte de l’archive qui vous intéresse, il ne vous restera après qu’à écrire aux archives concernées pour s’assurer que la consultation de ces cartons sera possible le jour où vous pensez vous rendre aux archives.

– Portail des archives nationales de France (salle des inventaires virtuelles) :

– Portail des archives de France

Portail des archives européennes

Portail des archives espagnoles

– Documents européens digitalisés sur Europeana

– Documents français digitalisés sur Gallica

– Archives de la radio et de la télévision (archives de l’Institut National de l’Audiovisuel)

– Archives du Cinéma (archives française du film et centre de documentation du Centre national du cinéma)

– Pour les archives départementales (par exemple ici les archives départementales de Saône et Loire)

– pour les archives municipales (par exemple ici les archives municipales de Rennes)

       Vous pouvez aussi débuter une recherche dans la presse officielle (Le Monde, L’Humanité, Libération, etc.). Si vous effectuez des recherches sur l’histoire d’une association, vous pouvez consulter les journaux des dates anniversaires de la création des institutions. Si vous effectuez une recherche sur l’histoire d’un collectif (aveugles, sourds, etc.), vous pouvez consulter les journaux des dates anniversaires de la mort des « héros » de ce collectif (par exemple le 6 janvier 1952, centième anniversaire de la mort de Louis Braille, pour le collectif des aveugles).

Il existe parfois des hémérothèques digitales qui répertorient d’anciens titres de presse, et vous permettent d’effectuer des recherches par mots-clefs :

Pour la Belgique : Portail Belgica

Pour l’Espagne : Journal ABC ; Journal La Vanguardia

Pour l’Argentine, site de l’Hemeroteca digital Fray Francisco de Paula Castañeda

Pour l’Italie : Emeroteca Digitale

Le site European History Primary sources recense les hémérothèques digitales de nombreux pays du monde.

        Si vous souhaitez écrire l’histoire d’une association dans le domaine du handicap, vous devez obtenir l’autorisation de consulter ses archives. Les associations sont totalement libres d’autoriser ou non la consultation de leurs archives, il n’existe pas de « droit d’accès » aux archives privées pour les chercheurs. Les associations rencontrent parfois quelques problèmes pour organiser la consultation de leurs archives, car elles ne disposent généralement ni d’une salle ni de personnels pour faciliter la consultation de leurs archives, qui sont d’ailleurs rarement complètement classées.

      Les associations se préoccupent malheureusement peu de la facilité de la consultation de leurs archives, et de leur conservation. Cela témoigne à mon avis du fait qu’elles n’ont pas perçu tout l’intérêt que revêt l’écriture d’une histoire du handicap pour la sensibilisation du public à la cause du handicap, et pour la sensibilisation des nouveaux militants de la cause du handicap. C’est uniquement grâce à l’aboutissement de travaux de très bonne qualité en histoire du handicap, nourris par de multiples archives inédites -y compris associatives-, que les historiens généralistes incorporeront l’histoire du handicap dans les manuels et autres ouvrages généraux qu’ils écrivent.

        Les associations possèdent parfois des fonds d’une richesse incroyable qui mériterait que leur conservation soit assurée sur le très long terme. Tel est le cas de l’Institut Valentin Haüy, de Paris, qui possède des collections de revues et de documents provenant de plus d’une vingtaine de pays du monde, datant de la première moitié du XXe siècle, grâce à un considérable effort de collecte à l’époque.

           Si les associations sont soucieuses de faire progresser la cause du handicap, elles doivent donc faciliter la consultation de leurs archives, et s’assurer de la pérennité de leur conservation. A ma connaissance, aucune association n’a pour l’instant entrepris de déposer (ou envisagé de déposer) tout ou partie de ses archives dans des institutions publiques disposant de salles et de personnels pour recevoir les chercheurs.

            A l’heure où les associations gestionnaires voient leurs ressources budgétaires se réduire suite à la crise économique et à la baisse des subventions publiques, l’hypothèse d’une disparition possible de certaines associations gestionnaires – comme ce fut le cas en Argentine après la crise économique de 2001 – devient désormais plausible en France sur le moyen terme. Une telle disparition soudaine entraînerait probablement la perte immédiate des archives des associations concernées, qui termineraient probablement à la déchetterie au lieu d’atterrir dans des archives publiques. Cette perte serait énorme, puisqu’elle empêcherait de poursuivre l’écriture de l’histoire du handicap.

            Pour cette raison, je pense qu’il est nécessaire de créer une Association pour la conservation des archives sur le handicap, qui aurait pour finalité de collecter et de transmettre les archives privées et associatives sur le handicap à des institutions officielles qui gèrent déjà des archives et les mettent à disposition des chercheurs. Si vous souhaitez soutenir cette initiative, n’hésitez pas à m’écrire à gildasbregain[at]hotmail.fr, nous pourrons discuter des modalités de constitution de l’association.

         Si vous possédez des archives personnelles sur le handicap, des photographies d’un arrière grand-père aveugle, des articles de presse, d’anciennes revues associatives, etc., n’hésitez pas à me contacter, afin d’envisager les modes de sauvegarde possibles de ces archives (copie digitale par exemple).


[1] François Buton, L’administration des faveurs. L’Etat, les sourds et les aveugles (1789-1885), Rennes, PUR, 2009.

[2] Damien De Blic, « De la Fédération des mutilés du travail à la Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés. Une longue mobilisation pour une « juste et légitime réparation » des accidents du travail et des maladies professionnelles », Revue Française des Affaires Sociales, n°2-3, 2008, pp. 119-140.

[3] Lucile Changenet, Du “débile profond” à la personne en situation de handicap : l’histoire d’un regard qui change : l’évolution de la prise en charge des enfants en situation de handicap par l’étude de l’Institut Médico-éducatif “Le Buisson” de 1977 à 2008, Mémoire de Master sous la direction de Jean Louis Loubet et Nicolas Hatzfeld, Université d’Evry val d’Essonne, 2010.

[4] Noémie Rapegno, Etablissements d’hébergement pour adultes handicapés en France : enjeux territoriaux et impacts sur la participation sociale des usagers. Application aux régions Ile-de-France et Haute-Normandie, Thèse sous la co-direction de Jean-François Ravaud et Jeanne-Marie Arnat-Roze, soutenue le 14 novembre 2014, EHESS.

[5] Yann Cantin, Les Sourds-Muets de la Belle Epoque, une communauté en mutation, Thèse sous la direction de Gerard Dorlan, EHESS, soutenue le 10 décembre 2014.

[6] Sylvain Bertschy prépare une thèse intitulée “La Grande Guerre, laboratoire de l’Etat social ? L’invalidité au prisme de l’expérience 1914-1918” à l’Université de Montpellier 3, sous la direction de Frederic Rousseau. Il a déjà publié « Grande Guerre et infirmité : la fin des inutiles au monde ? », in Bouloc (François), Cazals (Rémy), Loez (André) (dir.), 1914-1918 : Identités troublées, les appartenances sociales et nationales à l’épreuve de la guerre, Toulouse, Privat, 2011, pp. 199-212.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.