Un siglo de conquistas sociales obstaculizadas

Una linea de tiempo de las conquistas sociales internacionales de los movimientos por los derechos de las personas con discapacidad

Para leer esta lina de tiempo más fácilmente, les aconsejo que la descarguen haciendo clic en el botón derecho del ratón « guardar imagen como… « . Asi podrán ampliarla como deseen.

Esta linea de tiempo fue concebida con un objetivo educativo, permite mostrar que :
– La adopción de instrumentos jurídicos internacionales vinculantes (que permiten garantizar internacionalmente los derechos de las personas con discapacidad) es tardía (especialmente a partir de los años 80). La adopción de la Convención de la ONU de 2006 sobre los derechos de las personas con discapacidad merece ser interpretada en relación con la larga historia de luchas por los derechos de las personas con discapacidad.
– Los movimientos por los derechos de las personas con discapacidad se diferenciaban a principios del siglo XX según el tipo de invalidez o el origen de la invalidez. Cada movimiento hizo inicialmente campaña para obtener beneficios específicos para una categoría (los ciegos, los mutilados de guerra, etc.). A partir de los años 1950 se produjo una unificación gradual de las causas bajo el impulso de las Naciones Unidas y de la OIT, pero esta unificación de las causas fue sólo parcial hasta mediados de los años 1970, y algunos movimientos consiguieron que se reconocieran sus derechos específicos a principios de los años 1970 (los derechos de los « retrasados mentales », en particular). La adopción de la Declaración de los Derechos de los Impedidos en 1975 confirmó definitivamente esta unificación de las causas y la equiparación de los derechos entre todas las categorías de personas con discapacidad.
– Esta linea de tiempo permite también insistir en el hecho de que los textos internacionales (convención o recomendación) son factores de regulación de las utopías promovidas por los actores asociativos, es decir, que estos textos internacionales legitiman ciertos derechos y ocultan o niegan otros derechos.
– También permite insistir en el papel de las ideas eugenistas y neoliberales como amenaza potencial a ciertos derechos.

A century of hampered and restrained social conquests

 Chronological timeline on the social conquests achieved at international level by the disability rights movements.

To read it more easily, I advise you to download this chronological timeline by clicking on the right button of the mouse « save image as… ». You will then be able to enlarge it as you wish.

This chronological timeline is designed for educational purposes, it allows you to show :
– The adoption of binding international legal instruments (enabling the rights of disabled people to be guaranteed at international level) is late in coming (especially from the 1980s onwards). The adoption of the Convention on the Rights of Persons with Disabilities deserves to be inscribed in the long history of struggles for the rights of persons with disabilities.
– the existence of movements for the rights of persons with disabilities differentiated according to the type of impairment or the origin of impairments at the beginning of the 20th century. Each movement initially campaigned for specific benefits for one category (the blind, the war-disabled, etc.). A progressive unification of causes took place from the 1950s onwards under the impetus of the UN and the ILO, but this unification of causes was only partial until the mid-1970s, with some movements managing to obtain recognition of their specific rights in the early 1970s (the rights of the « mentally retarded » in particular). The adoption of the Declaration of the Rights of Disabled Persons in 1975 definitively confirmed this unification of causes, and the equalization of rights between all categories of disabled persons.
– This timeline also makes it possible to insist on the fact that international texts (convention or recommendation) regulated the utopias promoted by associative actors, i.e. that these international texts legitimised certain rights and concealed or denied others.
– It also makes it possible to insist on the role of eugenicist and neo-liberal ideas as a potential threat to certain rights.

Feel free to leave comments so that I can improve it!

Un siècle de conquêtes sociales entravées

Frise chronologique sur les conquêtes sociales obtenues à l'échelle internationale par les mouvements pour les droits des personnes handicapées.
Frise chronologique sur les conquêtes sociales obtenues à l’échelle internationale par les mouvements pour les droits des personnes handicapées.

Pour la lire plus facilement, je vous conseille de télécharger cette frise en cliquant sur le bouton droit de la souris « enregistrer l’image sous… ». Vous pourrez ainsi l’agrandir comme vous le souhaitez.

Cette frise est conçue dans un objectif pédagogique, elle permet de montrer :
– L’adoption d’instruments juridiques internationaux contraignants (permettant de garantir les droits des personnes handicapées à l’échelle internationale) est tardive (surtout à partir des années 1980). L’adoption de la Convention relative aux droits des personnes handicapées méritent d’être inscrite dans le temps long des luttes pour les droits des personnes handicapées.
– l’existence de mouvements pour les droits des personnes handicapées différenciés selon le type de déficience ou l’origine des déficiences au début du XXe siècle. Chaque mouvement milite au départ pour l’obtention de bénéfices spécifiques à une catégorie (les aveugles, les mutilés de guerre…). Une unification progressive des causes s’opère à partir des années 1950 sous l’impulsion de l’ONU et de l’OIT, mais cette unification des causes n’est que partielle jusqu’au milieu des années 1970, certains mouvements parvenant à obtenir la reconnaissance de leurs droits spécifiques au début des années 1970 (les droits des « déficients mentaux » notamment). L’adoption de la déclaration des droits des personnes handicapées en 1975 entérine définitivement cette unification des causes, et l’égalisation des droits entre toutes les catégories de personnes handicapées.
– Cette carte permet également d’insister sur le fait que les textes internationaux (convention ou recommandation) constituent des facteurs de régulation des utopies portées par les acteurs associatifs, c’est-à-dire que ces textes internationaux légitiment certains droits, et en occultent ou en nient d’autres.
– Elle permet aussi d’insister sur le rôle des idées eugénistes et des idées néolibérales comme menace potentielle pour certains droits.

N’hésitez pas à laisser des commentaires pour que je puisse l’améliorer !

War-disabled men from the French colonial empire (1916-1939)

What was the status granted to war-disabled men from the French colonial empire after the First World War? By virtue of their sacrifice for the Fatherland, did they deserve credit equal to those from Metropolitan France?

In France, several studies on the war disabled men of the First World War have focused on Metropolitan France and ignored the fate of the war-disabled men from the colonial empire, who were very few compared to the nearly one million disabled persons in Metropolitan France. Continuer la lecture

Les mutilés de guerre de l’Empire colonial français (1916-1939).

Quel sort était réservé aux mutilés de guerre originaires de l’Empire colonial français après la première guerre mondiale ? Bénéficient-ils des mêmes droits que les mutilés de guerre de la métropole ? Les études existantes sur les mutilés de la Première Guerre mondiale se sont focalisées sur la métropole et ont ignoré le sort des mutilés originaires de l’Empire colonial, certes peu nombreux par rapport aux mutilés de la métropole, qui sont près d’un million. Nous estimons le nombre de mutilés de la première guerre mondiale présents dans l’Empire entre 25 000 et 50 000, présents en majorité dans les territoires d’Afrique du Nord (entre 10 000 et 20 000), et en Afrique-Occidentale française (AOF) (environ 11000). Cette répartition géographique est à mettre en regard avec les effectifs envoyés par chaque territoire colonial pour combattre sur les fronts. Les pays d’Afrique du Nord (Algérie en premier lieu, Tunisie et Maroc), et les territoires de l’AOF envoient respectivement près de 275 000 et 170 000 combattants sur les fronts.

Première surprise, les mutilés de guerre de l’Empire s’organisent très rapidement en associations pour revendiquer leurs droits. Continuer la lecture

Des sources indispensables : Les rapports des organisations intergouvernementales sur le handicap.

Afin de faciliter les recherches dans les rapports et textes officiels des organisations intergouvernementales, il m’a paru utile de les recenser et de les mettre à disposition :

I. Les rapports et les textes officiels de l’Organisation des Nations Unies

Continuer la lecture

juin 1968 : LES HANDICAPES ET LEURS FAMILLES PROTESTENT

Citation

En juin 1968, de nombreuses associations de personnes handicapées et de leurs familles signent un manifeste afin d’obtenir « une législation de progrès » « pour l’ensemble des Handicapés Français ». Le 11 juin 1968, ces associations remettent en main propre ce manifeste au Ministre des Affaires Sociales. Voici le texte de ce manifeste que j’ai retrouvé dans La revue sociale, revue de l’Union Générale des Aveugles et des Grands Infirmes :

Plus d’un million et demi d’infirmes physiques ou mentaux en France !

Leurs associations ont décidé de lancer un appel à l’opinion et aux responsables politiques, afin que les handicapés, enfants, adolescents et adultes, puissent vivre « comme les autres ».

 

POUR L’INTEGRATION A LA SOCIETE

La Société n’intègre pas encore les handicapés. Tout se passe comme si leur présence constituait une gêne pour le monde actuel dans la poursuite de sa course au bien-être et au confort.

Les handicapés n’ont pas besoin de pitié.

Ils doivent – quel que soit le poids de leurs infirmités – pouvoir vivre dans la dignité. Quand ils le peuvent, ils veulent assurer librement et pleinement leurs responsabilités. Continuer la lecture

Parution de l’ouvrage Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques)

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage « Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques) », aux Presses Universitaires de Rennes, en janvier 2018. Ce livre constitue l’aboutissement de huit ans de recherches dans les archives de nombreux pays (Argentine, Brésil, Espagne, Uruguay, France, Suisse, Suède, Etats-Unis).

Ce livre aborde deux sujets, la construction des politiques internationales du handicap et le développement des politiques du handicap à l’échelle nationale au cours du XXe siècle.

Dans la première partie, je restitue la genèse des principales normes internationales sur le handicap adoptées par les organisations internationales des années 1920 jusqu’aux années 1980, en dégageant les enjeux géopolitiques et les multiples pressions exercées par les ONG. J’y démontre que les politiques internationales du handicap changent radicalement d’orientation à partir de la Seconde Guerre mondiale, en basculant vers une logique libérale. En effet, alors que le projet valorisé par le Bureau international du Travail après la Première Guerre mondiale s’inspire des modalités européennes de la rééducation des mutilés de guerre, d’inspiration socialisantes, l’ONU et l’OIT valorisent après la Seconde Guerre mondiale un autre projet de réadaptation des handicapés, d’inspiration plus libérale, développé par les pays de l’espace nord-atlantique, en particulier les Etats-Unis et l’Angleterre. Ce dernier projet se caractérise avant tout par une légalité libérale dans le domaine de l’emploi, avec le refus des mesures de quota appliquées aux entreprises privées, la croyance en une productivité potentiellement égale des invalides, la valorisation du placement sélectif en milieu compétitif pour les travailleurs handicapés productifs, la constitution d’ateliers protégés pour les personnes jugées peu productives et celles au chômage.

Dans la seconde partie, j’analyse la construction des politiques nationales du handicap, en cernant l’influence des mobilisations associatives et celle des experts internationaux. En effet, l’ONU, l’OIT et l’OMS envoient des experts spécialisés sur le handicap en Argentine, au Brésil et en Espagne à la fin des années 1950. Par leur action, les organisations internationales favorisent la convergence progressive des politiques publiques du handicap des trois pays étudiés vers le modèle nord-atlantique des politiques publiques du handicap.

Vous pouvez accéder au plan détaillé de l’ouvrage ici.

Vous pouvez accéder gratuitement à l’introduction de l’ouvrage en cliquant ici.

Les aveugles, interdits d’enseigner dans l’enseignement spécialisé !

manifestation des aveugles devant l’INJA, 1939

En 1785, Valentin Haüy crée un Institut pour enfants aveugles, et tente de diffuser par ce biais l’image « de l’aveugle citoyen, capable d’accéder par l’éducation, à la culture, à l’emploi et à la dignité ». Pour lui, l’aveugle a toute légitimité pour enseigner aux aveugles et aux voyants une large série de disciplines (lecture, arithmétique, histoire, géographie, français, musique, religion)[1]. Au sein de l’institut, plusieurs répétiteurs et chefs de travaux sont d’ailleurs rapidement choisis parmi d’anciens élèves aveugles. Plusieurs décennies plus tard, grâce au développement de l’enseignement spécialisé en braille, de nombreux aveugles instruits accèdent aux postes de répétiteurs et de professeurs dans les institutions spécialisées d’enseignement du braille de Paris et de la province. Plusieurs aveugles deviennent même professeurs dans l’enseignement secondaire à partir du milieu du XIXe siècle.

Une dynamique inverse s’opère pendant la première moitié du XXe siècle : les aveugles sont progressivement écartés des postes de professeurs dans l’enseignement spécialisé, puis ils se voient interdire l’accès aux postes de professeurs dans l’enseignement secondaire et technique suite à l’adoption d’un décret par l’administration de l’éducation nationale pendant la période vichyste, en juillet 1942. Continuer la lecture

Des histoires du handicap à écouter et à regarder

Je profite de la parution de mon ouvrage « Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques) » pour vous signaler plusieurs émissions de radio ou documentaires vidéos de vulgarisation sur l’histoire du handicap.

Emission « Sous les pavés », par Laurence Difélix, de la Radio Télévision Suisse, sur l’ouvrage « Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques) ». Disponible ici

 

Continuer la lecture