A century of hampered and restrained social conquests

 Chronological timeline on the social conquests achieved at international level by the disability rights movements.

To read it more easily, I advise you to download this chronological timeline by clicking on the right button of the mouse « save image as… ». You will then be able to enlarge it as you wish.

This chronological timeline is designed for educational purposes, it allows you to show :
– The adoption of binding international legal instruments (enabling the rights of disabled people to be guaranteed at international level) is late in coming (especially from the 1980s onwards). The adoption of the Convention on the Rights of Persons with Disabilities deserves to be inscribed in the long history of struggles for the rights of persons with disabilities.
– the existence of movements for the rights of persons with disabilities differentiated according to the type of impairment or the origin of impairments at the beginning of the 20th century. Each movement initially campaigned for specific benefits for one category (the blind, the war-disabled, etc.). A progressive unification of causes took place from the 1950s onwards under the impetus of the UN and the ILO, but this unification of causes was only partial until the mid-1970s, with some movements managing to obtain recognition of their specific rights in the early 1970s (the rights of the « mentally retarded » in particular). The adoption of the Declaration of the Rights of Disabled Persons in 1975 definitively confirmed this unification of causes, and the equalization of rights between all categories of disabled persons.
– This timeline also makes it possible to insist on the fact that international texts (convention or recommendation) regulated the utopias promoted by associative actors, i.e. that these international texts legitimised certain rights and concealed or denied others.
– It also makes it possible to insist on the role of eugenicist and neo-liberal ideas as a potential threat to certain rights.

Feel free to leave comments so that I can improve it!

juin 1968 : LES HANDICAPES ET LEURS FAMILLES PROTESTENT

Citation

En juin 1968, de nombreuses associations de personnes handicapées et de leurs familles signent un manifeste afin d’obtenir « une législation de progrès » « pour l’ensemble des Handicapés Français ». Le 11 juin 1968, ces associations remettent en main propre ce manifeste au Ministre des Affaires Sociales. Voici le texte de ce manifeste que j’ai retrouvé dans La revue sociale, revue de l’Union Générale des Aveugles et des Grands Infirmes :

Plus d’un million et demi d’infirmes physiques ou mentaux en France !

Leurs associations ont décidé de lancer un appel à l’opinion et aux responsables politiques, afin que les handicapés, enfants, adolescents et adultes, puissent vivre « comme les autres ».

 

POUR L’INTEGRATION A LA SOCIETE

La Société n’intègre pas encore les handicapés. Tout se passe comme si leur présence constituait une gêne pour le monde actuel dans la poursuite de sa course au bien-être et au confort.

Les handicapés n’ont pas besoin de pitié.

Ils doivent – quel que soit le poids de leurs infirmités – pouvoir vivre dans la dignité. Quand ils le peuvent, ils veulent assurer librement et pleinement leurs responsabilités. Continuer la lecture

Une nouvelle ère dans l’éducation des enfants aveugles ou L’enseignement des aveugles dans les écoles ordinaires (1876)

Dès le milieu du XIXe siècle, certains professeurs d’aveugles écossais ont eu la conviction que le meilleur système d’enseignement des aveugles était celui de la co-éducation entre enfants aveugles et voyants. Si certaines expériences sont menées en ce sens en Ecosse au cours des années 1870, et à partir des années 1880 en France (à Angers, puis à Lille en 1902), ce système d’enseignement reste pendant très longtemps discrédité à l’échelle internationale au profit des écoles spécialisées d’enseignement du braille. La dynamique d’intégration des enfants aveugles dans les écoles publiques ordinaires ne se développe véritablement à l’échelle internationale qu’à partir du début des années 1960.
Je vous présente ici un texte retrouvé dans les archives nationales de Pierrefitte, qui présente les arguments énoncés en 1876 par M. Alexandre Barnhill en faveur de la co-éducation des enfants aveugles et voyants : Continuer la lecture

Les interprétations politiques de la marginalisation sociale des personnes handicapées

Les groupes de personnes handicapées interprètent souvent les différentes discriminations qu’ils subissent par le prisme de leur idéologie politique. Dans le contexte de la guerre froide, les mouvements pour les droits des personnes handicapées s’approprient de manière variable les diverses utopies politiques de justice sociale et d’égalité (marxisme, catholicisme social, théologie de la libération, New-Left, anarchisme).

Les discours influencés par le marxisme.

En Espagne, les dirigeants de l’association Minusválidos unidos (MU) à Madrid interprètent la discrimination professionnelle qu’ils subissent par le prisme du marxisme. Dans la lettre ouverte qu’ils font parvenir à des revues et journaux en septembre 1975, ils dénoncent la marginalisation éducative et professionnelle dont ils font l’objet de la part de la société capitaliste :

 En ce qui concerne le travail (un des droits fondamentaux de la personne), beaucoup d’entre nous s’en sentent exclus, étant donné notre limitation (limitación) physique, notre manque de formation culturelle et professionnelle qui est due à notre marginalisation antérieure dans ce domaine ; étant donné le manque d’établissements de convalescence et de réadaptation, le manque de formation professionnelle spécialisée et le manque de postes de travail adaptés à nos limitations (limitaciones) et à nos possibilités.

(…) Finalement, les multiples barrières architectoniques et sociales que nous rencontrons nous empêchent d’accéder à la culture, à la vie sociale, et finalement de nous intégrer.

(…) On peut difficilement résoudre cette problématique dans le cadre d’une société fondée sur la concurrence et le profit à outrance, dans laquelle une grande majorité de la population est obligée de vendre sa force de travail à une minorité – qui possède les moyens de production -pour pouvoir survivre[1].

Continuer la lecture