Un siglo de conquistas sociales obstaculizadas

Una linea de tiempo de las conquistas sociales internacionales de los movimientos por los derechos de las personas con discapacidad

Para leer esta lina de tiempo más fácilmente, les aconsejo que la descarguen haciendo clic en el botón derecho del ratón « guardar imagen como… « . Asi podrán ampliarla como deseen.

Esta linea de tiempo fue concebida con un objetivo educativo, permite mostrar que :
– La adopción de instrumentos jurídicos internacionales vinculantes (que permiten garantizar internacionalmente los derechos de las personas con discapacidad) es tardía (especialmente a partir de los años 80). La adopción de la Convención de la ONU de 2006 sobre los derechos de las personas con discapacidad merece ser interpretada en relación con la larga historia de luchas por los derechos de las personas con discapacidad.
– Los movimientos por los derechos de las personas con discapacidad se diferenciaban a principios del siglo XX según el tipo de invalidez o el origen de la invalidez. Cada movimiento hizo inicialmente campaña para obtener beneficios específicos para una categoría (los ciegos, los mutilados de guerra, etc.). A partir de los años 1950 se produjo una unificación gradual de las causas bajo el impulso de las Naciones Unidas y de la OIT, pero esta unificación de las causas fue sólo parcial hasta mediados de los años 1970, y algunos movimientos consiguieron que se reconocieran sus derechos específicos a principios de los años 1970 (los derechos de los « retrasados mentales », en particular). La adopción de la Declaración de los Derechos de los Impedidos en 1975 confirmó definitivamente esta unificación de las causas y la equiparación de los derechos entre todas las categorías de personas con discapacidad.
– Esta linea de tiempo permite también insistir en el hecho de que los textos internacionales (convención o recomendación) son factores de regulación de las utopías promovidas por los actores asociativos, es decir, que estos textos internacionales legitiman ciertos derechos y ocultan o niegan otros derechos.
– También permite insistir en el papel de las ideas eugenistas y neoliberales como amenaza potencial a ciertos derechos.

A century of hampered and restrained social conquests

 Chronological timeline on the social conquests achieved at international level by the disability rights movements.

To read it more easily, I advise you to download this chronological timeline by clicking on the right button of the mouse « save image as… ». You will then be able to enlarge it as you wish.

This chronological timeline is designed for educational purposes, it allows you to show :
– The adoption of binding international legal instruments (enabling the rights of disabled people to be guaranteed at international level) is late in coming (especially from the 1980s onwards). The adoption of the Convention on the Rights of Persons with Disabilities deserves to be inscribed in the long history of struggles for the rights of persons with disabilities.
– the existence of movements for the rights of persons with disabilities differentiated according to the type of impairment or the origin of impairments at the beginning of the 20th century. Each movement initially campaigned for specific benefits for one category (the blind, the war-disabled, etc.). A progressive unification of causes took place from the 1950s onwards under the impetus of the UN and the ILO, but this unification of causes was only partial until the mid-1970s, with some movements managing to obtain recognition of their specific rights in the early 1970s (the rights of the « mentally retarded » in particular). The adoption of the Declaration of the Rights of Disabled Persons in 1975 definitively confirmed this unification of causes, and the equalization of rights between all categories of disabled persons.
– This timeline also makes it possible to insist on the fact that international texts (convention or recommendation) regulated the utopias promoted by associative actors, i.e. that these international texts legitimised certain rights and concealed or denied others.
– It also makes it possible to insist on the role of eugenicist and neo-liberal ideas as a potential threat to certain rights.

Feel free to leave comments so that I can improve it!

Disability and cold war

The shift towards liberal legalities in the field of vocational integration of the disabled.

After World War II, the International Labour Office promoted a new policy of vocational rehabilitation of the disabled which clearly differed from its earlier policy (use of a system of quotas in public administrations and private companies to place the war-disabled, maintenance of integral wages). The policies of vocational rehabilitation shifted in a liberal-economic direction, and this shift is visible thanks to the adoption by the 38th International Labour Conference of the Vocational Rehabilitation (Disabled) Recommendation (n°99). Recommendation n°99 of the ILO promoted professional training, vocational guidance and selective placement for all disabled people who had a reasonable prospect of securing and retaining suitable employment, whatever the nature and the origin of their disability. This policy reorientation was facilitated by the leadership role of the United States and the United Kingdom within the International Labour Organisation (ILO).

The contents of the ILO vocational rehabilitation policy had been seriously discussed only from 1953, with the preparation of a new international standard on vocational rehabilitation by the International Labour Conference. During the 37th and 38th International Labour Conferences, the government representatives of the two power blocs promoted in their speeches labour measures inspired by their respective ideologies. During this period of cold war, the rehabilitation of disabled citizens became part of this ideological competition between the two power blocs within the ILO. Continuer la lecture

Colonialisme et Handicap : Les aveugles dans l’Algérie coloniale

Depuis plus d’une décennie, l’intérêt des sociologues occidentaux pour l’expérience de vie des personnes handicapées dans les pays du Sud s’accroît. Cet intérêt s’accompagne d’une réflexion sur l’influence de la situation post-coloniale sur les conditions de vie de ces personnes handicapées. Clare Barker met ainsi en avant l’utilité de la littérature postcoloniale pour comprendre la complexité du phénomène du handicap dans les pays post-coloniaux (Barker, 2010). Considérant qu’il était nécessaire d’étudier les conséquences du colonialisme, Shaun Grech a essayé d’analyser les liens entre colonialisme et handicap à partir des travaux historiques existant sur l’Amérique Latine, l’Afrique et l’Asie. Ce faisant, il homogénéise les expériences des colonisations, et dresse un tableau assez uniforme des conséquences néfastes de la colonisation sur les personnes handicapées (rôle des missions chrétiennes dans le dénigrement des croyances non chrétiennes; violence physique et mutilations comme instrument de punition coloniale ; valeur monétaire attribuée au corps escalavagisé ; rôle des professionnels médicaux occidentaux dans l’imposition d’un nouveau modèle d’appréhension du corps infirme ; rôle des expériences médicales sur les corps) (Grech, 2015). L’auteur note avec justesse que les historiens occidentaux du handicap négligent d’étudier le fait colonial, et qu’il faut impérativement comprendre comment le colonisé appréhende le handicap et gère les personnes handicapées (Grech, 2015, p. 12). Continuer la lecture

La sélectivité géographique de l’assistance technique dispensée par les organisations internationales dans le domaine du handicap

       En 1950, un programme international coordonné de réadaptation des personnes physiquement diminuées est mis en place sous l’égide des Nations Unies. Les agences spécialisées (OIT, OMS, UNESCO) rejettent l’idée d’élaborer un programme commun d’activités à l’ensemble des organismes intergouvernementaux, comme le recommandait le conseil économique et social des Nations Unies. Désireuses de conserver leur autonomie d’action, et soucieuses des implications financières de tels engagements, l’OIT et l’OMS préfèrent conserver une autonomie complète dans le développement de leurs projets, qui seront ensuite coordonnés afin de composer un programme d’activités conjointes. Le programme international coordonné de réadaptation est insuffisamment financé par les organismes intergouvernementaux, et les ONG (notamment l’ISWC et la WVF) sont fortement encouragées à contribuer financièrement et techniquement au programme international. Continuer la lecture

Guerre froide et politiques publiques du handicap

L’influence de la géopolitique sur les politiques publiques du handicap est largement méconnue par les citoyens, alors que cette influence est réelle et considérable. Cette méconnaissance s’explique par plusieurs raisons. D’une part, les citoyens sont peu informés des débats qui existent au sein des institutions internationales qui élaborent des déclarations internationales, et ils ignorent donc que les déclarations internationales constituent des compromis provisoires (et subjectifs) qui reflètent l’état du rapport de force entre les acteurs à l’échelle internationale. D’autre part, les historiens commencent tout juste à s’intéresser à la genèse des institutions destinées à assister les personnes handicapées. En l’absence de tout récit de cette genèse, ces institutions (comme les hôpitaux de jours, les ateliers protégés, etc.) ont acquis un caractère « naturel », leur existence et leur légitimité ne sont pas questionnées. Or, ce genre d’institutions a été promu à l’échelle internationale par certains acteurs, dans un contexte historique spécifique. En l’occurrence, les ateliers protégés ont été promus par les pays anglo-saxons au début de la guerre froide, comme une solution professionnelle pour les personnes handicapées peu productives, au détriment d’autres solutions privilégiées par d’autres acteurs.

Pendant la guerre froide, les luttes idéologiques (capitalisme vs socialisme) ont profondément influencé l’orientation des politiques publiques du handicap à l’échelle internationale et nationale. Pendant cette période, de nombreuses normes internationales sur le handicap ont été adoptées par les organismes intergouvernementaux (OIT, OMS, ONU, etc.). Or, les gouvernements des pays dirigeants les blocs capitaliste et socialiste ont joué un rôle primordial dans la construction de ces nouveaux textes normatifs. Et ce sont les gouvernements des pays capitalistes qui sont sortis les grands vainqueurs des luttes politiques internes pour définir le contenu des normes internationales.

En effet, ces luttes se sont soldées par l’adoption de certaines solutions d’assistance aux personnes handicapées compatibles avec l’idée du libre marché, au détriment d’autres solutions proposées par les gouvernements des pays socialistes.

Continuer la lecture