Un siglo de conquistas sociales obstaculizadas

Una linea de tiempo de las conquistas sociales internacionales de los movimientos por los derechos de las personas con discapacidad

Para leer esta lina de tiempo más fácilmente, les aconsejo que la descarguen haciendo clic en el botón derecho del ratón « guardar imagen como… « . Asi podrán ampliarla como deseen.

Esta linea de tiempo fue concebida con un objetivo educativo, permite mostrar que :
– La adopción de instrumentos jurídicos internacionales vinculantes (que permiten garantizar internacionalmente los derechos de las personas con discapacidad) es tardía (especialmente a partir de los años 80). La adopción de la Convención de la ONU de 2006 sobre los derechos de las personas con discapacidad merece ser interpretada en relación con la larga historia de luchas por los derechos de las personas con discapacidad.
– Los movimientos por los derechos de las personas con discapacidad se diferenciaban a principios del siglo XX según el tipo de invalidez o el origen de la invalidez. Cada movimiento hizo inicialmente campaña para obtener beneficios específicos para una categoría (los ciegos, los mutilados de guerra, etc.). A partir de los años 1950 se produjo una unificación gradual de las causas bajo el impulso de las Naciones Unidas y de la OIT, pero esta unificación de las causas fue sólo parcial hasta mediados de los años 1970, y algunos movimientos consiguieron que se reconocieran sus derechos específicos a principios de los años 1970 (los derechos de los « retrasados mentales », en particular). La adopción de la Declaración de los Derechos de los Impedidos en 1975 confirmó definitivamente esta unificación de las causas y la equiparación de los derechos entre todas las categorías de personas con discapacidad.
– Esta linea de tiempo permite también insistir en el hecho de que los textos internacionales (convención o recomendación) son factores de regulación de las utopías promovidas por los actores asociativos, es decir, que estos textos internacionales legitiman ciertos derechos y ocultan o niegan otros derechos.
– También permite insistir en el papel de las ideas eugenistas y neoliberales como amenaza potencial a ciertos derechos.

A century of hampered and restrained social conquests

 Chronological timeline on the social conquests achieved at international level by the disability rights movements.

To read it more easily, I advise you to download this chronological timeline by clicking on the right button of the mouse « save image as… ». You will then be able to enlarge it as you wish.

This chronological timeline is designed for educational purposes, it allows you to show :
– The adoption of binding international legal instruments (enabling the rights of disabled people to be guaranteed at international level) is late in coming (especially from the 1980s onwards). The adoption of the Convention on the Rights of Persons with Disabilities deserves to be inscribed in the long history of struggles for the rights of persons with disabilities.
– the existence of movements for the rights of persons with disabilities differentiated according to the type of impairment or the origin of impairments at the beginning of the 20th century. Each movement initially campaigned for specific benefits for one category (the blind, the war-disabled, etc.). A progressive unification of causes took place from the 1950s onwards under the impetus of the UN and the ILO, but this unification of causes was only partial until the mid-1970s, with some movements managing to obtain recognition of their specific rights in the early 1970s (the rights of the « mentally retarded » in particular). The adoption of the Declaration of the Rights of Disabled Persons in 1975 definitively confirmed this unification of causes, and the equalization of rights between all categories of disabled persons.
– This timeline also makes it possible to insist on the fact that international texts (convention or recommendation) regulated the utopias promoted by associative actors, i.e. that these international texts legitimised certain rights and concealed or denied others.
– It also makes it possible to insist on the role of eugenicist and neo-liberal ideas as a potential threat to certain rights.

Feel free to leave comments so that I can improve it!

Un siècle de conquêtes sociales entravées

Frise chronologique sur les conquêtes sociales obtenues à l'échelle internationale par les mouvements pour les droits des personnes handicapées.
Frise chronologique sur les conquêtes sociales obtenues à l’échelle internationale par les mouvements pour les droits des personnes handicapées.

Pour la lire plus facilement, je vous conseille de télécharger cette frise en cliquant sur le bouton droit de la souris « enregistrer l’image sous… ». Vous pourrez ainsi l’agrandir comme vous le souhaitez.

Cette frise est conçue dans un objectif pédagogique, elle permet de montrer :
– L’adoption d’instruments juridiques internationaux contraignants (permettant de garantir les droits des personnes handicapées à l’échelle internationale) est tardive (surtout à partir des années 1980). L’adoption de la Convention relative aux droits des personnes handicapées méritent d’être inscrite dans le temps long des luttes pour les droits des personnes handicapées.
– l’existence de mouvements pour les droits des personnes handicapées différenciés selon le type de déficience ou l’origine des déficiences au début du XXe siècle. Chaque mouvement milite au départ pour l’obtention de bénéfices spécifiques à une catégorie (les aveugles, les mutilés de guerre…). Une unification progressive des causes s’opère à partir des années 1950 sous l’impulsion de l’ONU et de l’OIT, mais cette unification des causes n’est que partielle jusqu’au milieu des années 1970, certains mouvements parvenant à obtenir la reconnaissance de leurs droits spécifiques au début des années 1970 (les droits des « déficients mentaux » notamment). L’adoption de la déclaration des droits des personnes handicapées en 1975 entérine définitivement cette unification des causes, et l’égalisation des droits entre toutes les catégories de personnes handicapées.
– Cette carte permet également d’insister sur le fait que les textes internationaux (convention ou recommandation) constituent des facteurs de régulation des utopies portées par les acteurs associatifs, c’est-à-dire que ces textes internationaux légitiment certains droits, et en occultent ou en nient d’autres.
– Elle permet aussi d’insister sur le rôle des idées eugénistes et des idées néolibérales comme menace potentielle pour certains droits.

N’hésitez pas à laisser des commentaires pour que je puisse l’améliorer !

juin 1968 : LES HANDICAPES ET LEURS FAMILLES PROTESTENT

Citation

En juin 1968, de nombreuses associations de personnes handicapées et de leurs familles signent un manifeste afin d’obtenir « une législation de progrès » « pour l’ensemble des Handicapés Français ». Le 11 juin 1968, ces associations remettent en main propre ce manifeste au Ministre des Affaires Sociales. Voici le texte de ce manifeste que j’ai retrouvé dans La revue sociale, revue de l’Union Générale des Aveugles et des Grands Infirmes :

Plus d’un million et demi d’infirmes physiques ou mentaux en France !

Leurs associations ont décidé de lancer un appel à l’opinion et aux responsables politiques, afin que les handicapés, enfants, adolescents et adultes, puissent vivre « comme les autres ».

 

POUR L’INTEGRATION A LA SOCIETE

La Société n’intègre pas encore les handicapés. Tout se passe comme si leur présence constituait une gêne pour le monde actuel dans la poursuite de sa course au bien-être et au confort.

Les handicapés n’ont pas besoin de pitié.

Ils doivent – quel que soit le poids de leurs infirmités – pouvoir vivre dans la dignité. Quand ils le peuvent, ils veulent assurer librement et pleinement leurs responsabilités. Continuer la lecture

Les aveugles, interdits d’enseigner dans l’enseignement spécialisé !

manifestation des aveugles devant l’INJA, 1939

En 1785, Valentin Haüy crée un Institut pour enfants aveugles, et tente de diffuser par ce biais l’image « de l’aveugle citoyen, capable d’accéder par l’éducation, à la culture, à l’emploi et à la dignité ». Pour lui, l’aveugle a toute légitimité pour enseigner aux aveugles et aux voyants une large série de disciplines (lecture, arithmétique, histoire, géographie, français, musique, religion)[1]. Au sein de l’institut, plusieurs répétiteurs et chefs de travaux sont d’ailleurs rapidement choisis parmi d’anciens élèves aveugles. Plusieurs décennies plus tard, grâce au développement de l’enseignement spécialisé en braille, de nombreux aveugles instruits accèdent aux postes de répétiteurs et de professeurs dans les institutions spécialisées d’enseignement du braille de Paris et de la province. Plusieurs aveugles deviennent même professeurs dans l’enseignement secondaire à partir du milieu du XIXe siècle.

Une dynamique inverse s’opère pendant la première moitié du XXe siècle : les aveugles sont progressivement écartés des postes de professeurs dans l’enseignement spécialisé, puis ils se voient interdire l’accès aux postes de professeurs dans l’enseignement secondaire et technique suite à l’adoption d’un décret par l’administration de l’éducation nationale pendant la période vichyste, en juillet 1942. Continuer la lecture

Les aveugles et l’emploi au cours de l’entre-deux-guerres

          A la sortie de la Première Guerre mondiale, les débouchés professionnels des aveugles de guerre et des aveugles civils sont très limités : Beaucoup d’aveugles de guerre bénéficient d’une formation aux métiers de l’artisanat (en vannerie, en brosserie, dans le cannage de chaise, en cordonnerie, ou au tournage de bois). Les aveugles civils adolescents bénéficient des mêmes formations aux métiers de l’artisanat dans les écoles spécialisées pour aveugles. Les femmes aveugles sont cantonnées dans un nombre de métiers encore plus limité : le tricot, le filet, la fabrication des couronnes de perles, ainsi que la brosserie.

Femmes aveugles fabriquant des filets à l'Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?).

Femmes aveugles fabriquant des filets à l’Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?). Archives de l’Institut du Val Mandé.

Continuer la lecture

Histoire de la première fédération internationale des accidentés du travail (1925-1932)

Au milieu des années 1920, des associations nationales d’accidentés du travail et d’invalides civils n’existent que dans quelques pays (dont la France, l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, la Suède). En France, la Fédération nationale des mutilés et invalides du travail (FNMIT) est créée en juillet 1920. Dès sa création, elle milite activement pour une refonte de la loi du 9 avril 1898 concernant les responsabilités dans les accidents du travail. Elle exige en 1928 l’augmentation du montant des pensions, la priorité dans l’accès aux emplois, le financement de la rééducation professionnelle par les employeurs, l’élargissement des bénéficiaires des mesures de réparation des accidents du travail (à tous les travailleurs victimes d’accidents ou de maladies professionnelles, à toutes les catégories d’entreprises ou d’institutions, aux travailleurs des colonies), la création d’une Caisse autonome pour la réparation des accidents du travail gérée par un conseil d’administration composé de représentants des employeurs et des victimes du travail.

Continuer la lecture

The disability protests in the decade 1968-1982 : contesting the western-centric point of view

        The Anglo-Saxon countries are generally considered the main sites that generate protest and emancipatory projects at an international level. Some American and English associations used diverse means of protest (demonstrations, sit-ins, bus chaining, etc.) during the 1970s in order to defend their rights. Sociologists Sharon Barnartt and Richard Scotch listed 97 protests initiated by disabled people and deaf people in the United States between 1970 and 1982 (Barnartt, Scotch, 2001). The actions from the United States and from England share some common goals: the fight against charitable and paternalistic attitudes and discrimination, and the fight for access to self-determination and accessibility. However, mobilisations in the United States distinguish themselves by the way in which they defend a specific community organisation, that is, the centers for independent living founded on mutual aid and consumerism (Longmore, 2003). The English mobilizations distinguish themselves by the revendication of a social interpretation of disability (inspired by Marxism), by the Union of the Physically Impaired Against Segregation association (Shakespeare, 1993).

The period between 1973 and 1981 was identified by James Charlton as a crucial period for the disability rights movements at an international level (Charlton, 1998). We think it is necessary to extend this to at least the earlier date of 1968, identified by Michelle Zancarini as the time of a protesting trend at an international level, marked by politicization and aspiration to social change in several social sectors (Zancarini-Fournel, 2008)). The chronology of this protesting decade varies from country to country, but it could be said to last from the beginning of 1960 until 1981.

This decade (1960’s-1981) is characterized by the significant promotion of the disability rights concept at an international level. It starts at the end of the 1960s when several NGOs (Fédération internationale des mutilés, des invalides du travail et des invalides civils, International League of Societies for the Mentally Handicapped, International Society for Rehabilitation of the Disabled) adopt a program of social claims, and ends with the UN’s organization of the International Year for Disabled people in 1981, which also has consequences in 1982. These two factors – the political fervour and the promotion of the concept of rights – act as catalysts inside disability rights movements. In many countries they initiate the increase of a social culture of protest, the regular, large-scale use of protests inside the public sphere in order to defend their rights, and the building of new emancipatory utopias. Continuer la lecture

Pan y circo: la fantasía “solidaria” de la Teletón en Chile

Hablar de discapacidad en Chile parece ser sinónimo de Teletón. La Teletón es una institución de beneficencia asistencial que, a partir de 1978, en plena dictadura militar, adquiere la forma de una campaña anual televisa que busca colectar fondos para dar rehabilitación a niños con discapacidad. Tomando el formato de la Telethon norteamericana creada por Jerry Lewis en 1966- en las llamadas “27 horas de amor”-, desde aquellos días a la actualidad, los canales chilenos una vez al año, emiten en simultáneo un espectáculo al cual asisten autoridades estatales, miembros de la farándula local e internacional y se exponen historias de vida de niñitos con discapacidad junto a sus familias (Humeres, 2013).

Afiche_Teletón_2015foto-teleton

El tono melodramático, el énfasis en la “superación” por alcanzar un presunto cuerpo “normal”/ “sano”, generalmente vehiculizada en la obsesión por lograr que el niño camine, reproducen una mirada de la discapacidad completamente miserabilista. Continuer la lecture

« Non à l’atelier protégé ! » La lutte des travailleurs de l’usine pilote de Berck-plage

En 1958, une usine pilote de fabrication de bijoux est fondée à Berck. Cette usine est constituée par un fabricant d’objets de fantaisie, qui avait pris l’habitude de fournir des travaux rémunérés à la pièce aux malades du centre héliomarin de Berck et des autres institutions de réadaptation de la ville, et qui se décide en 1958 à constituer une petite usine du fait de l’accroissement des commandes. Mélangeant travailleurs handicapés et travailleurs valides qui partagent le même statut – statut ordinaire de travailleur -, cette usine constitue pour l’époque une innovation considérable sur le plan des politiques publiques du handicap, visant à l’émancipation des personnes handicapées par l’insertion collective dans le milieu industriel ordinaire.

Continuer la lecture