Luttes et manifestations / Disability Protests

Le domaine des luttes politiques pour les droits des personnes handicapées au XXe siècle reste encore largement inexploré. Les rares études existantes portent sur de courtes périodes, généralement postérieures aux années 1970, et sur des espaces géographiques restreints à l’échelle nationale. Seuls les articles de Pierre Turpin et de Jerôme Bas analysent les mobilisations complexes des associations françaises de personnes handicapées au cours des années 1970. Les mobilisations des personnes handicapées dans les pays anglo-saxons ont fait quant-à-elles l’objet de plusieurs études (Sharon Barnartt et Richard Scotch, Tom Shakespeare, Paul Longmore, etc.). A en juger par la place qui est attribuée à ces mobilisations dans l’écriture des manuels de sociologie du handicap, les pays anglo-saxons sont encore considérés comme les premiers pôles émetteurs de contestation et de projets émancipateurs au niveau international. Nous ne partageons pas cette conviction. Considérer les pays occidentaux comme les premiers pôles émetteurs de contestation et de projets émancipateurs pour les personnes handicapées au niveau international revient à adopter un point de vue occidentalo-centré. Nous pensons d’une part que la contestation est généralisée au sein des mouvements pour les droits des personnes handicapées dans de nombreux pays du monde au cours des années 1968, et d’autre part qu’il est possible de constater une pluralité d’invention de projets émancipateurs dans des sociétés distantes chronologiquement et spatialement.

De manière schématique, nous pensons qu’il est possible d’identifier trois cycles de radicalisation au sein des mouvements pour les droits des personnes handicapées à l’échelle internationale au cours du long XXe siècle : les années d’entre-deux-guerres, les années 1968 (1960-1982), et la période actuelle (1990-2017).

Les aveugles, interdits d’enseigner dans l’enseignement spécialisé !

manifestation des aveugles devant l’INJA, 1939

Pendant la première moitié du XXe siècle, les aveugles sont progressivement écartés des postes de professeurs dans l’enseignement spécialisé, puis ils se voient interdire l’accès aux postes de professeurs dans l’enseignement secondaire et technique suite à l’adoption d’un décret par l’administration de l’éducation nationale pendant la période vichyste, en juillet 1942. Nous allons dans ce billet analyser les discours et les actions qui ont favorisé l’éviction progressive des aveugles des postes de professeurs dans l’enseignement spécialisé, mais aussi mettre en lumière les mouvements de résistance des professeurs aveugles, qui se sont battus contre ces mesures d’éviction.

Lire la suite….

 

Histoire de la première fédération internationale des accidentés du travail (1925-1932)

Au milieu des années 1920, des associations nationales d’accidentés du travail et d’invalides civils n’existent que dans quelques pays (dont la France, l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, la Suède). En France, la Fédération nationale des mutilés et invalides du travail (FNMIT) est créée en juillet 1920. Dès sa création, elle milite activement pour une refonte de la loi du 9 avril 1898 concernant les responsabilités dans les accidents du travail. Elle exige en 1928 l’augmentation du montant des pensions, la priorité dans l’accès aux emplois, le financement de la rééducation professionnelle par les employeurs, l’élargissement des bénéficiaires des mesures de réparation des accidents du travail (à tous les travailleurs victimes d’accidents ou de maladies professionnelles, à toutes les catégories d’entreprises ou d’institutions, aux travailleurs des colonies), la création d’une Caisse autonome pour la réparation des accidents du travail gérée par un conseil d’administration composé de représentants des employeurs et des victimes du travail.

Lire la suite ici…

 

Les luttes pour les droits des personnes handicapées au cours des années 1968.

La période des années 1968 (1960’s-1982) constitue une période de fortes mobilisations protestataires des personnes handicapées à l’échelle internationale. Lors de la décennie des années 1968, la notion de droits des personnes handicapées se généralise dans les discours des organisations non gouvernementales et des institutions internationales. Cette proclamation des droits interpelle les principaux concernés et leurs familles, et suscite-ou consolide – de nouvelles aspirations chez eux. La comparaison entre les discriminations qu’ils subissent et ce qu’ils estiment désormais pouvoir obtenir génère chez eux un sentiment d’injustice qu’ils expriment dès que les opportunités politiques le permettent. Pendant la même décennie, de nombreuses associations de personnes handicapées se constituent en affirmant un positionnement politique très net, en lien avec le contexte de guerre froide de l’époque. Certaines associations adhèrent au marxisme, d’autres à la théologie de la libération, à la nouvelle gauche qui questionne les orientations du parti communiste, ou à l’anarchisme. En Espagne, l’association minusvalidos unidos à Madrid arbore fièrement son appartenance communiste dans les manifestations. En Argentine, les membres du Frente de Lisiados Peronistas adhèrent dans leur très grande majorité à la tendance marxiste du péronisme.

Lire la suite ici….

 

The disability protests in the decade 1968-1982 : contesting the western-centric point of view

The Anglo-Saxon countries are generally considered the main sites that generate protest and emancipatory projects at an international level. Some American and English associations used diverse means of protest (demonstrations, sit-ins, bus chaining, etc.) during the 1970s in order to defend their rights. Studying the disability movements in three countries (Argentina, Brazil and Spain), we have discovered not only that there were protest movements of disabled people outside Anglo-saxon countries during this decade, but also that the level of contestation is sometimes much more intense than in the United States.

In fact, this decade (1960’s-1981) is characterized by the significant promotion of the disability rights concept at an international level. It starts at the end of the 1960s when several NGOs adopt a program of social claims, and ends with the UN’s organization of the International Year for Disabled people in 1981, which also has consequences in 1982. These two factors – the political fervour and the promotion of the concept of rights – act as catalysts inside disability rights movements. In many countries they initiate the increase of a social culture of protest, the regular, large-scale use of protests inside the public sphere in order to defend their rights, and the building of new emancipatory utopias. The aspirations for the emancipation of disabled people that existed before 1968, now grew in size and became more radical during the decade 1968 to 1982.

Read here next paragraphs…

 

Les interprétations politiques de la marginalisation sociale des personnes handicapées

Les groupes de personnes handicapées interprètent souvent les différentes discriminations qu’ils subissent par le prisme de leur idéologie politique. Dans le contexte de la guerre froide, les mouvements pour les droits des personnes handicapées s’approprient de manière variable les diverses utopies politiques de justice sociale et d’égalité (marxisme, catholicisme social, théologie de la libération, New-Left, anarchisme). En Espagne, les dirigeants de l’association Minusválidos unidos (MU) à Madrid interprètent la discrimination professionnelle qu’ils subissent par le prisme du marxisme. Dans la lettre ouverte qu’ils font parvenir à des revues et journaux en septembre 1975, ils dénoncent la marginalisation éducative et professionnelle dont ils font l’objet de la part de la société capitaliste.

Lire la suite…

 

« Non à l’atelier protégé ! » La lutte des travailleurs de l’usine pilote de Berck-plage.

Au début des années 1970, plus de soixante-dix personnes handicapées physiques travaillent dans cette usine de bijou et d’articles de fantaisie à Berck, aux côtés d’une quarantaine de personnes valides.L’entreprise fait faillite en 1977, mais les travailleurs de l’usine refusent cette fermeture. Soutenus par la municipalité socialiste de Berck, ils décident de réinvestir leurs indemnités de licenciement pour racheter leur entreprise. L’entreprise coopérative redémarre sa production, sous la direction d’un ingénieur conseiller de la municipalité de Berck, M. De Bie. L’usine coopérative fonctionne bien, les commandes affluent, mais elle ne possède pas les fonds suffisants pour investir, payer les matières premières et l’impression du catalogue, et faire face à toutes les dépenses salariales, alors que la majorité des ventes sont effectuées pendant la période de fin d’année. Le bilan est finalement déposé le 1er octobre 1979, et les personnes handicapées se retrouvent au chômage. Les coopérateurs de Berck se mobilisent toutefois pour faire revivre l’usine, ils manifestent et interpellent les pouvoirs publics à de nombreuses reprises afin d’obtenir une subvention de plusieurs millions de francs.

Lire la suite ….

 

Les photographies de manifestations des personnes handicapées des années 1970.

Prises sur le vif, les photographies de manifestations sont généralement considérées pour leur valeur informative, et les chercheurs sont tentés de leur attribuer une dimension objective. Néanmoins, elles ne reflètent pas la réalité de l’événement, mais la vision que désire en donner le photographe, ou l’éditeur du journal lorsqu’elles sont publiées. L’historien doit donc se montrer prudent lorsqu’il s’interroge sur la valeur documentaire de ces clichés, puisqu’elles tendent à naturaliser les faits qu’elles documentent. Pour éviter les erreurs de sens ou d’interprétation, il est nécessaire de comprendre les conditions de la production et de la diffusion de ces photographies. Prenons l’exemple d’une photographie publiée dans le journal argentin El Descamisado, journal officieux des Montoneros, un groupe péroniste révolutionnaire d’orientation marxiste. Cette photo montre des hommes portant une pancarte « Nous ne demandons pas l’aumône, seulement que l’on respecte nos droits (No pedimos limosna, solamente queremos nuestros derechos ». Si quelqu’un observe cette photographie sortie de son contexte éditorial, il lui attribuera une grande valeur historique, puisqu’elle peut symboliser le mouvement d’émancipation des personnes handicapées qui s’affirme au cours des années 1968. Les hommes y sont en train de poser devant le photographe, avec une pancarte affirmant leur contestation de la charité et la nécessité de respecter leurs droits et leur dignité.

Lire la suite ici…

 

Etude comparative de la couverture médiatique de deux marches pour les droits des personnes handicapées (Espagne 1933, Bolivie 2011).

En septembre 1933, une demi-douzaine de personnes dites « invalides » entreprennent une marche entre Zaragoza et Madrid. Ces militants demandent le placement des invalides aptes à des postes subalternes de l’Etat, et la concession de pensions à vie pour ceux qui ne peuvent pas travailler. Le 15 novembre 2011, à Trinidad (Bolivie), dix sept personnes handicapées physiques débutent une marche de plus d’un millier de kilomètres afin de rejoindre la capitale La Paz. Leur objectif est de revendiquer le droit à l’obtention d’une pension de 3000 pesos bolivianos. Leur voyage se termine 100 jours plus tard, le 23 février 2012. Cette marche mobilise en tout plus d’une centaine de personnes handicapées appartenant aux couches les plus populaires de la société. Nous allons tenter brièvement d’analyser la couverture médiatique différente portée à ces deux marches de personnes handicapées, qui se définissent par le fait de « parcourir à pied de longues distances de ville à ville à travers un ou plusieurs pays pour sensibiliser les populations des régions traversées à une injustice et pour interpeller l’opinion et les pouvoirs publics ».

Lire la suite ici…