Politiques du handicap / Disability policy

Voici les billets de recherche qui concernent les politiques publiques du handicap. Certains abordent des enjeux géopolitiques internationaux (colonialisme, guerre froide), d’autres des initiatives novatrices à l’échelle internationale (l’éducation des enfants aveugles dans les écoles ordinaires à la fin du XIXe siècle) ou tout simplement quelques exemples de politiques nationales d’assistance aux aveugles.

Une nouvelle ère dans l’éducation des enfants aveugles ou L’enseignement des aveugles dans les écoles ordinaires (1876)

Dès le milieu du XIXe siècle, certains professeurs d’aveugles écossais ont eu la conviction que le meilleur système d’enseignement des aveugles était celui de la co-éducation entre enfants aveugles et voyants. Si certaines expériences sont menées en ce sens en Ecosse au cours des années 1870, et à partir des années 1880 en France (à Angers, puis à Lille en 1902), ce système d’enseignement reste pendant très longtemps discrédité à l’échelle internationale au profit des écoles spécialisées d’enseignement du braille. La dynamique d’intégration des enfants aveugles dans les écoles publiques ordinaires ne se développe véritablement à l’échelle internationale qu’à partir du début des années 1960.
Je vous présente ici un texte retrouvé dans les archives nationales de Pierrefitte, qui présente les arguments énoncés en 1876 par M. Alexandre Barnhill en faveur de la co-éducation des enfants aveugles et voyants.

Lire la suite ici…

 

Les aveugles et l’emploi au cours de l’entre-deux-guerres

A la sortie de la Première Guerre mondiale, les débouchés professionnels des aveugles de guerre et des aveugles civils sont très limités : Beaucoup d’aveugles de guerre bénéficient d’une formation aux métiers de l’artisanat (en vannerie, en brosserie, dans le cannage de chaise, en cordonnerie, ou au tournage de bois). Les aveugles civils adolescents bénéficient des mêmes formations aux métiers de l’artisanat dans les écoles spécialisées pour aveugles. Les femmes aveugles sont cantonnées dans un nombre de métiers encore plus limité : le tricot, le filet, la fabrication des couronnes de perles, ainsi que la brosserie.

Lire la suite ici….

 

Les aveugles, interdits d’enseigner dans l’enseignement spécialisé !

Pendant la première moitié du XXe siècle, les aveugles sont progressivement écartés des postes de professeurs dans l’enseignement spécialisé, puis ils se voient interdire l’accès aux postes de professeurs dans l’enseignement secondaire et technique suite à l’adoption d’un décret par l’administration de l’éducation nationale pendant la période vichyste, en juillet 1942.

Lire la suite ici…

 

Protéger les aveugles dans l’espace public au début du XXe siècle : Brassard ou Canne blanche ?

Après la Première Guerre mondiale, peu d’aveugles circulent dans l’espace public, la plupart restent chez eux. Ceux qui se déplacent en ville pour aller à l’école, à l’hôpital ou dans des ateliers professionnels sont généralement aidés d’un guide, enfant ou adulte. Ces guides appartiennent généralement à la famille ou à l’entourage proche. Les travailleurs aveugles nécessitant des déplacements réguliers en ville, comme les accordeurs de pianos, rémunèrent souvent leur guide, ce qui génère une dépense importante pour eux. De ce fait, dès les premières décennies du XXe siècle, les associations d’aveugles réclament auprès des pouvoirs publics la délivrance d’une allocation économique pour tous les travailleurs aveugles (afin de payer ce guide et de compenser les moindres revenus), et la gratuité du transport public, au moins pour le guide.

Au cours des années 1920, des représentants associatifs sont préoccupés par la dangerosité de la circulation des aveugles et des sourds dans l’espace public, car ceux-ci deviennent de plus en plus régulièrement victimes de la vitesse des automobiles. En Suisse, à l’initiative de l’Association des sociétés suisses de sourds, les sourds et les aveugles sont invités à porter des insignes circulaires sous forme de brassards, de boutonnières ou de broches. Ces insignes ont une visée protectrice.

Lire la suite ici…

 

Colonialisme et Handicap : Les aveugles dans l’Algérie coloniale

Depuis plus d’une décennie, l’intérêt des sociologues occidentaux pour l’expérience de vie des personnes handicapées dans les pays du Sud s’accroît. Cet intérêt s’accompagne d’une réflexion sur l’influence de la situation post-coloniale sur les conditions de vie de ces personnes handicapées. Clare Barker met ainsi en avant l’utilité de la littérature postcoloniale pour comprendre la complexité du phénomène du handicap dans les pays post-coloniaux (Barker, 2010). Considérant qu’il était nécessaire d’étudier les conséquences du colonialisme, Shaun Grech a essayé d’analyser les liens entre colonialisme et handicap à partir des travaux historiques existant sur l’Amérique Latine, l’Afrique et l’Asie. Ce faisant, il homogénéise les expériences des colonisations, et dresse un tableau assez uniforme des conséquences néfastes de la colonisation sur les personnes handicapées (rôle des missions chrétiennes dans le dénigrement des croyances non chrétiennes; violence physique et mutilations comme instrument de punition coloniale ; valeur monétaire attribuée au corps escalavagisé ; rôle des professionnels médicaux occidentaux dans l’imposition d’un nouveau modèle d’appréhension du corps infirme ; rôle des expériences médicales sur les corps) (Grech, 2015). L’auteur note avec justesse que les historiens occidentaux du handicap négligent d’étudier le fait colonial, et qu’il faut impérativement comprendre comment le colonisé appréhende le handicap et gère les personnes handicapées (Grech, 2015, p. 12).

Lire la suite…

 

Guerre froide et politiques publiques du handicap

L’influence de la géopolitique sur les politiques publiques du handicap est largement méconnue par les citoyens, alors que cette influence est réelle et considérable. Cette méconnaissance s’explique par plusieurs raisons. D’une part, les citoyens sont peu informés des débats qui existent au sein des institutions internationales qui élaborent des déclarations internationales, et ils ignorent donc que les déclarations internationales constituent des compromis provisoires (et subjectifs) qui reflètent l’état du rapport de force entre les acteurs à l’échelle internationale. D’autre part, les historiens commencent tout juste à s’intéresser à la genèse des institutions destinées à assister les personnes handicapées. En l’absence de tout récit de cette genèse, ces institutions (comme les hôpitaux de jours, les ateliers protégés, etc.) ont acquis un caractère « naturel », leur existence et leur légitimité ne sont pas questionnées. Or, ce genre d’institutions a été promu à l’échelle internationale par certains acteurs, dans un contexte historique spécifique. En l’occurrence, les ateliers protégés ont été promus par les pays anglo-saxons au début de la guerre froide, comme une solution professionnelle pour les personnes handicapées peu productives, au détriment d’autres solutions privilégiées par d’autres acteurs.

Lire la suite…

 

Pan y circo: la fantasía “solidaria” de la Teletón en Chile

Hablar de discapacidad en Chile parece ser sinónimo de Teletón. La Teletón es una institución de beneficencia asistencial que, a partir de 1978, en plena dictadura militar, adquiere la forma de una campaña anual televisa que busca colectar fondos para dar rehabilitación a niños con discapacidad. Tomando el formato de la Telethon norteamericana creada por Jerry Lewis en 1966- en las llamadas “27 horas de amor”-, desde aquellos días a la actualidad, los canales chilenos una vez al año, emiten en simultáneo un espectáculo al cual asisten autoridades estatales, miembros de la farándula local e internacional y se exponen historias de vida de niñitos con discapacidad junto a sus familias (Humeres, 2013).

Leer el articulo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.