Les aveugles, interdits d’enseigner dans l’enseignement spécialisé !

manifestation des aveugles devant l’INJA, 1939

En 1785, Valentin Haüy crée un Institut pour enfants aveugles, et tente de diffuser par ce biais l’image « de l’aveugle citoyen, capable d’accéder par l’éducation, à la culture, à l’emploi et à la dignité ». Pour lui, l’aveugle a toute légitimité pour enseigner aux aveugles et aux voyants une large série de disciplines (lecture, arithmétique, histoire, géographie, français, musique, religion)[1]. Au sein de l’institut, plusieurs répétiteurs et chefs de travaux sont d’ailleurs rapidement choisis parmi d’anciens élèves aveugles. Plusieurs décennies plus tard, grâce au développement de l’enseignement spécialisé en braille, de nombreux aveugles instruits accèdent aux postes de répétiteurs et de professeurs dans les institutions spécialisées d’enseignement du braille de Paris et de la province. Plusieurs aveugles deviennent même professeurs dans l’enseignement secondaire à partir du milieu du XIXe siècle.

Une dynamique inverse s’opère pendant la première moitié du XXe siècle : les aveugles sont progressivement écartés des postes de professeurs dans l’enseignement spécialisé, puis ils se voient interdire l’accès aux postes de professeurs dans l’enseignement secondaire et technique suite à l’adoption d’un décret par l’administration de l’éducation nationale pendant la période vichyste, en juillet 1942. Lire la suite

Les aveugles et l’emploi au cours de l’entre-deux-guerres

          A la sortie de la Première Guerre mondiale, les débouchés professionnels des aveugles de guerre et des aveugles civils sont très limités : Beaucoup d’aveugles de guerre bénéficient d’une formation aux métiers de l’artisanat (en vannerie, en brosserie, dans le cannage de chaise, en cordonnerie, ou au tournage de bois). Les aveugles civils adolescents bénéficient des mêmes formations aux métiers de l’artisanat dans les écoles spécialisées pour aveugles. Les femmes aveugles sont cantonnées dans un nombre de métiers encore plus limité : le tricot, le filet, la fabrication des couronnes de perles, ainsi que la brosserie.

Femmes aveugles fabriquant des filets à l'Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?).

Femmes aveugles fabriquant des filets à l’Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?). Archives de l’Institut du Val Mandé.

Lire la suite

Colonialisme et Handicap : Les aveugles dans l’Algérie coloniale

Depuis plus d’une décennie, l’intérêt des sociologues occidentaux pour l’expérience de vie des personnes handicapées dans les pays du Sud s’accroît. Cet intérêt s’accompagne d’une réflexion sur l’influence de la situation post-coloniale sur les conditions de vie de ces personnes handicapées. Clare Barker met ainsi en avant l’utilité de la littérature postcoloniale pour comprendre la complexité du phénomène du handicap dans les pays post-coloniaux (Barker, 2010). Considérant qu’il était nécessaire d’étudier les conséquences du colonialisme, Shaun Grech a essayé d’analyser les liens entre colonialisme et handicap à partir des travaux historiques existant sur l’Amérique Latine, l’Afrique et l’Asie. Ce faisant, il homogénéise les expériences des colonisations, et dresse un tableau assez uniforme des conséquences néfastes de la colonisation sur les personnes handicapées (rôle des missions chrétiennes dans le dénigrement des croyances non chrétiennes; violence physique et mutilations comme instrument de punition coloniale ; valeur monétaire attribuée au corps escalavagisé ; rôle des professionnels médicaux occidentaux dans l’imposition d’un nouveau modèle d’appréhension du corps infirme ; rôle des expériences médicales sur les corps) (Grech, 2015). L’auteur note avec justesse que les historiens occidentaux du handicap négligent d’étudier le fait colonial, et qu’il faut impérativement comprendre comment le colonisé appréhende le handicap et gère les personnes handicapées (Grech, 2015, p. 12). Lire la suite

Une nouvelle ère dans l’éducation des enfants aveugles ou L’enseignement des aveugles dans les écoles ordinaires (1876)

Dès le milieu du XIXe siècle, certains professeurs d’aveugles écossais ont eu la conviction que le meilleur système d’enseignement des aveugles était celui de la co-éducation entre enfants aveugles et voyants. Si certaines expériences sont menées en ce sens en Ecosse au cours des années 1870, et à partir des années 1880 en France (à Angers, puis à Lille en 1902), ce système d’enseignement reste pendant très longtemps discrédité à l’échelle internationale au profit des écoles spécialisées d’enseignement du braille. La dynamique d’intégration des enfants aveugles dans les écoles publiques ordinaires ne se développe véritablement à l’échelle internationale qu’à partir du début des années 1960.
Je vous présente ici un texte retrouvé dans les archives nationales de Pierrefitte, qui présente les arguments énoncés en 1876 par M. Alexandre Barnhill en faveur de la co-éducation des enfants aveugles et voyants : Lire la suite