Les aveugles, interdits d’enseigner dans l’enseignement spécialisé !

manifestation des aveugles devant l’INJA, 1939

En 1785, Valentin Haüy crée un Institut pour enfants aveugles, et tente de diffuser par ce biais l’image « de l’aveugle citoyen, capable d’accéder par l’éducation, à la culture, à l’emploi et à la dignité ». Pour lui, l’aveugle a toute légitimité pour enseigner aux aveugles et aux voyants une large série de disciplines (lecture, arithmétique, histoire, géographie, français, musique, religion)[1]. Au sein de l’institut, plusieurs répétiteurs et chefs de travaux sont d’ailleurs rapidement choisis parmi d’anciens élèves aveugles. Plusieurs décennies plus tard, grâce au développement de l’enseignement spécialisé en braille, de nombreux aveugles instruits accèdent aux postes de répétiteurs et de professeurs dans les institutions spécialisées d’enseignement du braille de Paris et de la province. Plusieurs aveugles deviennent même professeurs dans l’enseignement secondaire à partir du milieu du XIXe siècle.

Une dynamique inverse s’opère pendant la première moitié du XXe siècle : les aveugles sont progressivement écartés des postes de professeurs dans l’enseignement spécialisé, puis ils se voient interdire l’accès aux postes de professeurs dans l’enseignement secondaire et technique suite à l’adoption d’un décret par l’administration de l’éducation nationale pendant la période vichyste, en juillet 1942. Lire la suite

Des histoires du handicap à écouter et à regarder

Je profite de la parution de mon ouvrage « Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques) » pour vous signaler plusieurs émissions de radio ou documentaires vidéos de vulgarisation sur l’histoire du handicap.

Emission « Sous les pavés », par Laurence Difélix, de la Radio Télévision Suisse, sur l’ouvrage « Pour une histoire du handicap au XXe siècle. Approches transnationales (Europe et Amériques) ». Disponible ici

 

Lire la suite

Les aveugles et l’emploi au cours de l’entre-deux-guerres

          A la sortie de la Première Guerre mondiale, les débouchés professionnels des aveugles de guerre et des aveugles civils sont très limités : Beaucoup d’aveugles de guerre bénéficient d’une formation aux métiers de l’artisanat (en vannerie, en brosserie, dans le cannage de chaise, en cordonnerie, ou au tournage de bois). Les aveugles civils adolescents bénéficient des mêmes formations aux métiers de l’artisanat dans les écoles spécialisées pour aveugles. Les femmes aveugles sont cantonnées dans un nombre de métiers encore plus limité : le tricot, le filet, la fabrication des couronnes de perles, ainsi que la brosserie.

Femmes aveugles fabriquant des filets à l'Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?).

Femmes aveugles fabriquant des filets à l’Institut du Val Mandé. Date inconnue (années 1930?). Archives de l’Institut du Val Mandé.

Lire la suite

Protéger les aveugles dans l’espace public au début du XXe siècle : Brassard ou Canne blanche ?

          Après la Première Guerre mondiale, peu d’aveugles circulent dans l’espace public, la plupart restent chez eux. Ceux qui se déplacent en ville pour aller à l’école, à l’hôpital ou dans des ateliers professionnels sont généralement aidés d’un guide, enfant ou adulte. Ces guides appartiennent généralement à la famille ou à l’entourage proche. Les travailleurs aveugles nécessitant des déplacements réguliers en ville, comme les accordeurs de pianos, rémunèrent souvent leur guide, ce qui génère une dépense importante pour eux. De ce fait, dès les premières décennies du XXe siècle, les associations d’aveugles réclament auprès des pouvoirs publics la délivrance d’une allocation économique pour tous les travailleurs aveugles (afin de payer ce guide et de compenser les moindres revenus), et la gratuité du transport public, au moins pour le guide.

            Au cours des années 1920, des représentants associatifs sont préoccupés par la dangerosité de la circulation des aveugles et des sourds dans l’espace public, car ceux-ci deviennent de plus en plus régulièrement victimes de la vitesse des automobiles. En Suisse, à l’initiative de l’Association des sociétés suisses de sourds, les sourds et les aveugles sont invités à porter des insignes circulaires sous forme de brassards, de boutonnières ou de broches. Ces insignes ont une visée protectrice : ils sont destinés à rendre visibles et rapidement identifiables les sourds et les aveugles dans l’espace public, afin de leur éviter des accidents et des « malentendus désagréables » avec la foule. En portant ce type d’insignes, ils deviennent immédiatement identifiables pour les agents de police qui régulent la circulation, et peuvent donc stopper les véhicules pour les laisser traverser les rues. Lire la suite

Histoire de la première fédération internationale des accidentés du travail (1925-1932)

Au milieu des années 1920, des associations nationales d’accidentés du travail et d’invalides civils n’existent que dans quelques pays (dont la France, l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, la Suède). En France, la Fédération nationale des mutilés et invalides du travail (FNMIT) est créée en juillet 1920. Dès sa création, elle milite activement pour une refonte de la loi du 9 avril 1898 concernant les responsabilités dans les accidents du travail. Elle exige en 1928 l’augmentation du montant des pensions, la priorité dans l’accès aux emplois, le financement de la rééducation professionnelle par les employeurs, l’élargissement des bénéficiaires des mesures de réparation des accidents du travail (à tous les travailleurs victimes d’accidents ou de maladies professionnelles, à toutes les catégories d’entreprises ou d’institutions, aux travailleurs des colonies), la création d’une Caisse autonome pour la réparation des accidents du travail gérée par un conseil d’administration composé de représentants des employeurs et des victimes du travail.

Lire la suite

Biographies et autobiographies de personnes handicapées

        La majorité des biographies et autobiographies de personnes handicapées publiées que nous avons pu recenser décrivent des trajectoires de vie de personnes bien dotées en divers capitaux (économique, social, culturel). Ces biographies décrivent par exemple les trajectoires de dirigeants associatifs (Hellen Keller, Dorina de Gouvea Nowill, André Trannoy, Suzanne Fouché, Jean Courbeyre, Robert Buron), de sportifs handicapés de haut niveau (Philippe Croizon), d’artistes (Emmanuelle Laborit), d’intellectuels (Kazi Tani Mohammed, Taha Hussein), ou de militants politiques (Elisabeth Auerbacher, Aïsha Bernier, Jean-Marc Bardeau). Ces personnes ont été formées, dans les institutions scolaires en particulier, à articuler et exprimer leurs points de vue subjectifs sur leur environnement et leur place au sein de cet environnement. De plus, l’apprentissage réussi de la forme écrite de la transmission d’expériences, est un puissant opérateur de sélection sociale. Enfin, sur le plan affectif, elles ont probablement été éduquées à la légitimité et à l’auto-valorisation de leur subjectivité et de leur expérience.

         Plusieurs de ces biographies/autobiographies tendent à montrer la capacité de ces personnes à « surmonter leur handicap » pour vivre une vie correspondant aux normes de la réussite sociale. Lire la suite

Colonialisme et Handicap : Les aveugles dans l’Algérie coloniale

Depuis plus d’une décennie, l’intérêt des sociologues occidentaux pour l’expérience de vie des personnes handicapées dans les pays du Sud s’accroît. Cet intérêt s’accompagne d’une réflexion sur l’influence de la situation post-coloniale sur les conditions de vie de ces personnes handicapées. Clare Barker met ainsi en avant l’utilité de la littérature postcoloniale pour comprendre la complexité du phénomène du handicap dans les pays post-coloniaux (Barker, 2010). Considérant qu’il était nécessaire d’étudier les conséquences du colonialisme, Shaun Grech a essayé d’analyser les liens entre colonialisme et handicap à partir des travaux historiques existant sur l’Amérique Latine, l’Afrique et l’Asie. Ce faisant, il homogénéise les expériences des colonisations, et dresse un tableau assez uniforme des conséquences néfastes de la colonisation sur les personnes handicapées (rôle des missions chrétiennes dans le dénigrement des croyances non chrétiennes; violence physique et mutilations comme instrument de punition coloniale ; valeur monétaire attribuée au corps escalavagisé ; rôle des professionnels médicaux occidentaux dans l’imposition d’un nouveau modèle d’appréhension du corps infirme ; rôle des expériences médicales sur les corps) (Grech, 2015). L’auteur note avec justesse que les historiens occidentaux du handicap négligent d’étudier le fait colonial, et qu’il faut impérativement comprendre comment le colonisé appréhende le handicap et gère les personnes handicapées (Grech, 2015, p. 12). Lire la suite

Une nouvelle ère dans l’éducation des enfants aveugles ou L’enseignement des aveugles dans les écoles ordinaires (1876)

Dès le milieu du XIXe siècle, certains professeurs d’aveugles écossais ont eu la conviction que le meilleur système d’enseignement des aveugles était celui de la co-éducation entre enfants aveugles et voyants. Si certaines expériences sont menées en ce sens en Ecosse au cours des années 1870, et à partir des années 1880 en France (à Angers, puis à Lille en 1902), ce système d’enseignement reste pendant très longtemps discrédité à l’échelle internationale au profit des écoles spécialisées d’enseignement du braille. La dynamique d’intégration des enfants aveugles dans les écoles publiques ordinaires ne se développe véritablement à l’échelle internationale qu’à partir du début des années 1960.
Je vous présente ici un texte retrouvé dans les archives nationales de Pierrefitte, qui présente les arguments énoncés en 1876 par M. Alexandre Barnhill en faveur de la co-éducation des enfants aveugles et voyants : Lire la suite

Effectuer des recherches sur l’histoire contemporaine du handicap. Des archives à dénicher, des archives à sauver

          Faire des recherches sur l’histoire contemporaine du handicap n’est pas une chose aisée, mais cela ne constitue pas non plus un défi insurmontable. Le fait que les dénominations désignant les personnes handicapées varient considérablement entre le XIXe siècle et la fin du XXe siècle ne facilite effectivement pas les recherches dans les moteurs de recherche des archives et des registres bibliographiques en ligne, puisque cela impose d’effectuer une recherche à partir de dizaines de mots-clés différents (mutilé, invalide, infirme, diminué physique, anormal, arriéré, aveugle, non-voyant, sourd, etc.).

          Les quelques chercheurs qui s’intéressent à ce sujet ont généralement consulté les principales archives publiques (archives nationales), les archives des grandes institutions publiques (Institution Nationale des Jeunes Sourds, Institution Nationale des Jeunes aveugles), et certaines archives associatives. Lire la suite

Une définition historique et anthropologique du handicap

Prolongeant la réflexion menée par les historiens de la Disability History (Longmore and Umansky, 2001), je considère que le handicap est une construction sociale et culturelle, basée généralement sur des considérations médicales, médico-religieuses ou religieuses.

Pour avoir une vision ouverte sur la réalité latino-américaine, et sur les multiples cultures ethniques qui la composent, il me semble indispensable de constater que certaines populations indigènes caractérisent le handicap et la maladie à partir d’une vision religieuse ou médico-religieuse. Dans ces communautés, le rôle du sacré est souvent primordial dans le rapport à l’autre, et les maladies et infirmités sont parfois considérées comme un châtiment des esprits. Dans une communauté Mapuche du Chili, les personnes malades sont désignées comme  »Kutranche ». Selon le machi, pilier de cette communauté, le handicap peut avoir trois causes : une cause héréditaire, une cause surnaturelle, ou une cause de  »miroir » (espejo) (Sarue, Duarte, Perez, 2008). Si l’historien utilise les définitions occidentales du handicap pour analyser cette population et la façon dont elle prend en charge les personnes handicapées, il fait preuve d’ethno-centrisme, et finit pas assumer la supériorité de sa culture face à l’autre.

Je tiens à préciser pourquoi le handicap est une construction sociale et culturelle basée généralement – et non pas en permanence – sur des considérations médicales, médico-religieuses ou religieuses. La lecture d’ouvrages historiques et la consultation d’archives m’amène à penser que parfois, l’identification d’une personne comme handicapée, et son internement dans une institution spécialisée, n’a rien à voir avec son état de santé, mais qu’elle est plutôt le résultat d’une volonté familiale ou communautaire de mise à l’écart, pour ne pas dire d’ostracisme, pour des raisons économiques, politiques ou de simple convenance.

Lire la suite