Les aveugles, interdits d’enseigner dans l’enseignement spécialisé !

manifestation des aveugles devant l’INJA, 1939

En 1785, Valentin Haüy crée un Institut pour enfants aveugles, et tente de diffuser par ce biais l’image « de l’aveugle citoyen, capable d’accéder par l’éducation, à la culture, à l’emploi et à la dignité ». Pour lui, l’aveugle a toute légitimité pour enseigner aux aveugles et aux voyants une large série de disciplines (lecture, arithmétique, histoire, géographie, français, musique, religion)[1]. Au sein de l’institut, plusieurs répétiteurs et chefs de travaux sont d’ailleurs rapidement choisis parmi d’anciens élèves aveugles. Plusieurs décennies plus tard, grâce au développement de l’enseignement spécialisé en braille, de nombreux aveugles instruits accèdent aux postes de répétiteurs et de professeurs dans les institutions spécialisées d’enseignement du braille de Paris et de la province. Plusieurs aveugles deviennent même professeurs dans l’enseignement secondaire à partir du milieu du XIXe siècle.

Une dynamique inverse s’opère pendant la première moitié du XXe siècle : les aveugles sont progressivement écartés des postes de professeurs dans l’enseignement spécialisé, puis ils se voient interdire l’accès aux postes de professeurs dans l’enseignement secondaire et technique suite à l’adoption d’un décret par l’administration de l’éducation nationale pendant la période vichyste, en juillet 1942. Continuer la lecture

Les photographies de manifestations des personnes handicapées des années 1970.

Prises sur le vif, les photographies de manifestations sont généralement considérées pour leur valeur informative, et les chercheurs sont tentés de leur attribuer une dimension objective. Néanmoins, elles ne reflètent pas la réalité de l’événement, mais la vision que désire en donner le photographe, ou l’éditeur du journal lorsqu’elles sont publiées. L’historien doit donc se montrer prudent lorsqu’il s’interroge sur la valeur documentaire de ces clichés, puisqu’elles tendent à naturaliser les faits qu’elles documentent. Pour éviter les erreurs de sens ou d’interprétation, il est nécessaire de comprendre les conditions de la production et de la diffusion de ces photographies.

Pour cela, il faut prendre en compte les possibilités techniques de photographie de l’époque, pour déterminer précisément les choix techniques et esthétiques, notamment les choix de cadrage du photographe, et analyser les choix éditoriaux de publication de la photographie au sein d’un ensemble plus large (titre de l’article, légende, etc.).

Prenons l’exemple d’une photographie publiée dans le journal argentin El Descamisado, journal officieux des Montoneros, un groupe péroniste révolutionnaire d’orientation marxiste. Cette photo montre des hommes portant une pancarte « Nous ne demandons pas l’aumône, seulement que l’on respecte nos droits (No pedimos limosna, solamente queremos nuestros derechos ».

Photographie prise par un inconnu sur la manifestation des internés de l’Institut municipal de réadaptation, Buenos Aires, fin mai/début juin 1973.

photolisiados1

Source : « Lisiados », El Descamisado, Buenos Aires, n°3, 5 de junio de 1973.

Continuer la lecture